Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Le journalisme précaire

France 3 : Lettre ouverte collective des CDD

Où l’on apprend comment entretenir un « vivier » de journalistes précaires (Acrimed)

Le 19 mai 2010. Lyon, Amiens, Lille, Strasbourg, et partout en France....

Les CDD ex-stagiaires écoles, c’est fini. Sur le groupe de 31 personnes à avoir sillonné la France et les rédactions de France3, seules 9 ont obtenu le droit de continuer. Félicitations à elles et à eux.

Le verdict est donc tombé hier. Mais au lendemain de cette annonce, plusieurs questions restent en suspend. Alors, en bons journalistes, nous avons enquêté, recoupé nos infos. De fuites en coups de téléphones, de confidences en infos confirmées, voici le scénario d’un limogeage pour le moins... opaque et qui se termine de la pire des façons puisqu’à aucun moment, la DRH n’a même pas pris la peine de téléphoner aux virés. Ou quand France3 invente le limogeage silencieux !

Des critères flous

La DRH qui nous a suivis pendant un an à toujours refusé de nous expliquer comment se déroulerait la sélection. Depuis un an, nous tournons tous très régulièrement. Et à chaque nouvelle station, chacun de nous est évalué. Un bulletin de notes censé être réclamé par Paris afin de constituer "une base" pour la sélection finale.

Seulement voilà, à l’heure du choix, les avis des rédacteurs en chefs sont loin d’avoir tous été collectés. Certains d’entre nous, avec parfois plus de douze régions à leur actif, n’ont été jugées que sur deux ou trois avis. Et encore, sans savoir quels étaient les critères de jugement. Enfin, lorsque certains ont essayé de récupérer leurs évaluations pour en connaître la teneur, il leur a été répondu que les documents étaient.. ;confidentiels !

Un jury mystérieux

Il s’est tenu la semaine dernière. En guise de "sages" : trois personnes des ressources humaines et un ancien rédacteur en chef devenu DRAP. Depuis quand les ressources humaines sont-elles aptes à juger, quasiment seules, de la qualité d’un reportage ?

Surtout, il apparaît que Paris a décidé, en fin de semaine dernière, de rapatrier en urgence un sujet par personne, sujet pris au hasard. Comment peut-on juger du travail d’un journaliste sur un seul reportage, surtout sur un reportage qu’il n’a pas choisi lui-même de présenter ? Et ce, alors que plusieurs d’entre nous ont pourtant appelé Aude le Clec’h, "notre" DRH, pour lui proposer, en vain, d’envoyer un DVD avec quelques sujets en vue du jury !

Juge et partie ?

On l’a dit, le jour du jury, il n’y avait qu’un ancien rédacteur en Chef de Reims devenu DRAP à Dijon. Loin de nous l’idée de mettre en doute son sérieux et son professionnalisme. Mais à l’heure du verdict, au moins six des neuf repêchés sont des habitués des rédactions de Reims et de Dijon. Cela n’enlève rien aux qualités respectives de ces confrères débutants comme nous, mais force est de constater que la coïncidence est troublante !

Et maintenant ?

Nous savions tous que notre collaboration avec France3 pouvait s’arrêter au bout d’un an, qu’il y aurait une sélection. Nous avions tous accepté les principes du jeu et en aucun cas nous ne regrettons cette année riche en expériences. Mais nous étions loin de penser que la fin de notre aventure serait aussi chaotique, que l’on nous traiterait avec un tel mépris.

Ce n’est pas le principe de la sélection que nous remettons en cause (encore que nous ayons tous eu du travail toute l’année, preuve que les rédactions ont des besoins) mais sa forme. Qu’il y ait un jury, passe encore. Mais qu’au moins ce jury soit juste et équitable. Qu’au moins il prenne le temps d’analyser les dossiers avec tous les avis qu’ils auraient dû comporter et en prenant la peine de regarder un échantillon de notre travail.

La direction nous a informés qu’une liste d’attente serait constituée. Réalité ou simple carotte pour nous pousser à nous taire ? Et sur quels critères serait formée cette seconde liste ?

Quoi qu’il en soit, nous vous remercions tous, vous, les rédacteurs en Chef, les collègues rédacteurs et JRI. Merci pour cette expérience que vous nous avez offerte. Merci de nous avoir fait confiance durant toute cette année. Merci.

Les CDD promo 2009.

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique