Accueil > Critiques > (...) > Pieuvres transnationales : Edipresse et Ringier

Edipresse en Europe

- En Espagne, où il est le numéro deux des éditeurs de magazines, surtout les hebdo people type Semana et Sorpresa ; il y a aussi Clara et Lecturas, et le mensuel féminin Silueta.

- En Pologne, Edipresse est "leader" de la presse féminine, avec l’hebdo Przyjaciolka et le bimensuel people Viva, plus Vita, mensuel sur la santé.

- Edipresse est présent au Portugal, mais plus en difficulté, il restructure. Il travaille avec le groupe de presse brésilien Abril.

- En Grèce aussi, où il est présent dans la presse féminine dite haut de gamme (Ego Magazine), mais aussi un mensuel masculin (Status). Il est présent en Grèce avec la société Liberis Publications. Avec cette société, il lance des magazines sous licence, comme Vogue Hellas (autrement dit Vogue grec), ou encore le magazine The Games, consacré aux futurs Jeux olympiques, Focus, mensuel "scientifique".

- Edipresse est aussi présent en Roumanie.

- En France, Edipresse contrôle M magazine, mensuel masculin... selon leur dénomination, et Vital, mensuel "forme et santé", Tribune Mont-Blanc (à 7000 exemplaires).

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Retraites : mais où sont (encore) passés les magazines féminins ?

Une couverture au rabais pour des enjeux de taille

Garde à vue abusive du journaliste Taha Bouhafs : Taha doit être libéré, il en va de la liberté de la presse

Un communiqué collectif initié par Reporters en colère (REC).

Retraites : Europe 1 en tenue de combat

Un mois de propagande sur la radio privée.