Accueil > Critiques > (...) > Des attentats à la guerre : tribunes

Une tribune libre

Des « Les » et des « Nous » d’enrôlement

par Zen Panic,

Une tribune libre et une mise en garde contre les « expressions qui « brouillent tout » [*].

Depuis des semaines, des expressions brouillent tout .
On entend, on lit "les Américains", "Les Français", "Les Afghans", " l’opinion publique jordanienne ", etc.

Dans tous les pays plus ou moins démocratiques il y a des gens d’opinions variés.

Par exemple il y a des athées, des polythéistes dans les pays dits musulmans, ou même dans un pays dit chrétien comme les USA. (Et au Japon, donc.). Il y a aussi des Américains plus cartésiens que beaucoup de journalistes français en balade à New York. Susan Sontag par exemple.

Des milliers d’Américains (au fait, combien n’avaient pas la nationalité américaine ?) sont morts assassinés à New York.

"Des" Américains enrégimentés veulent une Croisade.

D’ailleurs c’est ce que demandaient depuis longtemps "beaucoup de" Musulmans paumés de plusieurs pays, et des … ou plutôt là " les "intégristes musulmans appellent souvent " croisés " les dirigeants des pays occidentaux.

"D’autres" Américains s’y opposent.
Et "d’autres" Musulmans : "des" Arabes, "des" Iraniens, "des" Afghans, "des" Pakistanais, etc. D’accord là-dessus avec "des" non musulmans de ces pays.
En minorité ?
Et alors ?

Et si on allait d’abord voir ? rencontrer des gens pas seulement dans la rue ?

La culture démocratique apprend-elle à comprendre et intégrer dans les raisonnements la variété des convictions nationales ?
Peut-on penser les sociétés dans une vision en mosaïque et en conflits internes ?

Quand l’ Etat français et les grands médias de France évitent-ils le bourrage de crânes ?
Pas en temps de guerre :
- 14-18 (beaucoup de propagande)
- la guerre du Golfe. Pas mal de bourrage de crânes ; rectificatif : Saddam Hussein est "un" Irakien mais pas "les " Irakiens, "beaucoup d’Irakiens » sont morts, pas Saddam.
- la guerre du Kosovo. Totalisation : " les " Serbes avec Milojevic.

- la guerre spéciale qui vient. On nous intimide en nous prenant par les sentiments, mettant en scène la détresse de pauvres gens et de gosses des USA - mais pas la joie tranquille des futurs profiteurs de guerre.

Gaffe aussi aux "nous" ceci "nous" cela - même pour se culpabiliser des crimes de "l’occident" en général.
"Bien des" Français n’étaient pas d’accord avec les guerres coloniales de l’Etat français - ni avec la Françafrique.
"Bien des" Américains n’étaient pas pour la guerre du Vietnam.

Comment lutter contre la confusion entre
"Dirigeants"
"Pays" (avec les montagnes, les bêtes et les plantes ?)
"Peuple" (les dirigeants et les petites gens, les représentants et les représentés, les citoyens actifs et les citoyens passifs dans le même sac ? Même pouvoirs et mêmes responsabilités ?) ?

A quoi ça sert d’être instruits – quelle école républicaine ? - et informés – quels médias ? - et de pouvoir discuter plus ou moins librement, si c’est pour raisonner avec la pensée foot des supporters ?
New York microcosme. Comptons les morts.

Dans les tours foutues en l’air le 11 septembre, combien d’Afghans, de Serbes, de Ruandais, de Syriens, d’Irakiens, de Palestiniens, de Pakistanais, d’Iraniens ?

Zen Panic

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[*Les articles présentés comme des tribunes n’engagent pas nécessairement la responsabilité d’Acrimed

A la une

Quand la presse portait Macron au pinacle – et au pouvoir

Extrait de notre livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » qui revient sur l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle 2017.

Appel à dons : le compte n’y est pas… Acrimed a encore besoin de vous !

Le 9 mars dernier, nous vous alertions sur nos faibles ressources financières et lancions un appel à dons afin de poursuivre nos activités, nos publications et nos interventions publiques. (...)

Christophe Barbier, ou les leçons de journalisme d’un éditocrate militant

Christophe Barbier ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.