Accueil > Critiques > (...) > Interventions et prises de position

Communiqué de presse

« Débat sur le Projet de Traité Constitutionnel » (communiqué de la FSU)

Nous publions ci-dessous un communiqué de la Fédération Syndicale Unitaire (FSU) qui soutient notamment les protestations contre les déséquilibres constatés dans les grands médias. (Acrimed)

La FSU tient à exprimer son inquiétude face à l’inéquité qui marque de plus en plus le débat sur le Projet de Traité Constitutionnel.

Des présidents d’Université (Aix en Provence, Paris IV..) refusent des salles à des réunions en faveur du non mais accueillent des meeting pour le oui (la Sorbonne par exemple). Une brochure, vantant le traité et financée par la Commission Européenne, est distribuée aux élèves de terminale dans les lycées avec l’accord du ministère alors que celui-ci a censuré un débat contradictoire dans la revue Textes et Documents pour la Classe.

Cela s’ajoute au constat que chacun peut faire du déséquilibre qui caractérise la plupart des grands médias, notamment audiovisuels, où la quasi totalité des chroniqueurs font campagne de façon unilatérale et où nombre de dossiers sont déséquilibrés ou tronqués.

La FSU considère que cette situation est préjudiciable au débat démocratique et va à l’encontre de l’aspiration que manifestent les citoyens à débattre, échanger les arguments, se forger une opinion.

Elle soutient les protestations qui se multiplient là dessus. Elle entend également se donner les moyens de faire valoir dans le débat ses arguments et les raisons de son profond désaccord avec le projet de traité.

Paris, le 4 mai 2005

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Halte aux casseurs du journalisme !

Un communiqué d’Acrimed à la suite de l’acte XXIII des gilets jaunes.

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme

Un slogan adressé aux policiers lors de manifestations… mais incompatible avec le prêt-à-condamner dominant.