Accueil > Critiques > (...) > 2005-2012 : Haro sur la critique des médias

Conte de Noël : Le site de Marianne se paye Acrimed

Les vastes bureaux d’Acrimed au dernier étage de la Tour Montparnasse résonnent encore du fou rire collectif qui s’est emparé des convives du Tout Paris que nous avions réunis à l’occasion du réveillon pour donner une lecture publique d’un article publié sur le site Internet de Marianne le 21 décembre 2007 [1].

Le titre de ce conte de Noel ? « Serge Halimi crée la surprise au Monde Diplomatique ». Une surprise ? Soit. Mais pour qui ? « Au Monde Diplomatique » ? C’est vrai : les journalistes du Monde Diplomatique, en apprenant qu’ils avaient choisi Serge Halimi pour succéder à Ignacio Ramonet ont dû être très surpris… de leur propre décision !

Car c’est du vote intervenu au sein de la rédaction du Diplo qu’il est d’abord question : « A moins d’un ultime retournement de situation, et comme Marianne2 l’avait envisagé, Serge Halimi devrait prendre la succession d’Ignacio Ramonet ». Comme Marianne2 l’avait envisagé ? Avant de se référer ainsi à lui-même, l’auteur de l’article – Régis Soubrouillard - aurait mieux fait de se relire. Dans son article précédent, il avait proclamé par sous-titre interposé : « Maurice Lemoine à la tête du journal ». Avec cette précision : « Maurice Lemoine paraît aujourd’hui le mieux placé pour prendre la succession d’Ignacio Ramonet, mais un partage des tâches avec le journaliste Serge Halimi est largement envisageable. ».

Certes, l’article de Marianne2.fr n’omet pas de mentionner que la nomination de Serge Halimi ne peut devenir définitive qu’après validation des Amis du Monde Diplomatique et du Conseil de surveillance de la SA Le Monde diplomatique. Mais, est-il précisé, « c’est peut-être désormais là que le bât blesse car la désignation de Serge Halimi en surprendra certains. » Qui sont ces « certains » ? Et pourquoi le bât blesse-t-il ?

Les réponses figurent après un sous-titre qui … « surprendra certains » : « Acrimed fait l’impasse ».

Le paragraphe qui suit commence ainsi : « Très critique à l’égard des journalistes et des médias, animateur du site Acrimed, de la revue PLPL et du Plan B, le journaliste n’était, semble-t-il, pas le favori de la direction du groupe Le Monde qui détient 51% des parts du Diplo. ».

Un joli galimatias… Non seulement PLPL n’existe plus depuis 2 ans, mais Le Plan B est animé collectivement. Quant à Acrimed, c’est une association dont le site n’est que le média le plus connu. Or Serge Halimi, simple adhérent actif de l’association n’a jamais eu la moindre responsabilité dans l’animation de son site.

Une nuée d’approximations destinée - « semble-t-il » - à cautionner – « c’est là que le bât blesse » - la déception que pourrait manifester la direction du groupe Le Monde.

Or, souvenez-vous : « Acrimed fait l’impasse ». Fichtre ! Mais avant de savoir sur quoi, il faut encore digérer des considérations sur la… crise du Monde .

... Quand viennent enfin les dernières phrases de ce conte : « Dans sa dernière livraison [sic], le site Acrimedqui fait régulièrement le point avec un œil acéré [re-sic] sur la situation dans « tous » les médias ignore superbement celle du Diplo. » Diable ! (si l’on peut se permettre cette interjection hors de saison…). Qui nous dira ce que sont les « livraisons d’Acrimed » ? Et sur quoi nous nous taisons ? Sur les « scoops » tortueux publiés sur Marianne2.fr  ? Sur un changement en cours à la direction d’un mensuel, un changement inachevé qui devrait mobiliser, toutes affaires cessantes, notre « œil acéré » ? Le journalisme professionnel a parfois de drolatiques exigences à l’égard de la critique des médias…

Mais c’est en lisant l’explication de notre coupable silence que nous avons été pris d’un fou rire irrépressible : « Attention, chien de garde… » . Telles sont la conclusion de l’article et la moralité de ce conte de Noël…

C’est vrai : nous sommes de dangereux molosses en charge de la défense du Monde Diplomatique… et de Serge Halimi !

De quoi nous inciter à exercer vraiment notre « œil acéré ». Nous avons hésité entre une version polémique : « Les nouveaux [et authentiques] chiens de garde sont régulièrement protégés par des caniches ». Et une version littéraire encore plus désobligeante : « L’âne de Sancho Pança se prend pour Don Quichotte. »

Avant d’opter finalement pour une version sociologique, la seule qui résiste à l’analyse : la plupart des soutiers de l’information gagnent difficilement de quoi payer leur loyer ; certains d’entre eux doivent multiplier les « piges » hâtivement rédigées (pour des « gratuits » comme Métro) ou des articles d’information désinformée (pour des sites comme Marianne2.fr). Cela n’est pas sans conséquences...

C’est pourquoi, pas rancuniers, nous souhaitons à M. Soubrouillard, à l’équipe de Marianne2.fr, et notamment à ses journalistes précaires, une bonne année…

Acrimed

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1NB : L’article qui suit ainsi que son titre ont été modifiés après la première publication. Trop de traits polémiques – jeux de mots de mauvais goût notamment - nuisaient gravement à son contenu.

A la une

Réunification de l’Allemagne : Un résumé pamphlétaire sur France Info

Patrice Romedenne dresse un mur contre le « Monde diplomatique ».

Nouveau : Nicolas Demorand accueille avec enthousiasme les critiques !

L’éditocrate aurait-il changé ?

Islamophobie : la surenchère complice des médias dominants

Un tract pour la « Marche nationale contre l’islamophobie » (10/11 à Paris)