Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Mai 68... Quarante ans après

« Commémoration » et dépolitisation de mai 68 sur France Info

par Vincent Bollenot,

En 2008, la commémoration du 40e anniversaire de mai 68 avait été celle d’un mai 68 « consensuel », autrement dit « culturel » dont quelques figures (trop) bien connues avaient monopolisé l’interprétation. En ce début avril 2018, alors que Daniel Cohn-Bendit, Serge July ou Henri Weber ont à peine commencé leur marathon médiatique, la célébration s’annonce encore comme un océan de dépolitisation, de mièvreries et de récupération. « Sous les pavés 2018 », une série d’entretiens diffusés quotidiennement sur France Info n’est que l’une des vaguelettes de cet océan. Mais une vaguelette malheureusement représentative de biais récurrents lorsqu’il s’agit de traiter, dans les médias dominants, de la plus grande grève générale que la France ait connue depuis l’après-guerre.

Du lundi au vendredi, Olivier de Lagarde propose dans « Un monde d’action », une interview de cinq minutes, diffusée cinq fois dans la journée, avec un « acteur de la vie publique qui vient défendre une idée, un projet ou une initiative pour changer le monde ». Le plus souvent des représentants de start-up branchés viennent présenter leur dernière application pour smartphone, à moins que ce ne soit un « associatif » perfusé de subventions publiques qui ne vienne expliquer comment il lance des actions en faveur du « développement durable » en partenariat avec des multinationales.

Une émission un peu convenue qui exalte donc la bonne-volonté et l’initiative individuelles pour « changer le monde »... Et comme mai 68 peut décidément être mangé à toutes les sauces médiatiques, nul ne sera surpris qu’Olivier de Lagarde rebaptise son entretien quotidien « Sous les pavés 2018 » et ajuste l’angle sous lequel il questionne son invité pour se demander : « S’il pouvait lancer un pavé, quel combat choisirait-il ? »

Cinquante ans après 68, en plein mouvement social, il n’était pas très difficile de dénicher des invités susceptibles d’entrer en résonnance avec les « évènements de mai ». Alors que de nombreuses universités sont bloquées, alors que les syndicalistes du rail, de la santé et de l’éducation s’organisent pour s’opposer dans la durée aux plans libéraux du gouvernement, alors que des collectifs organisent les luttes partout en France, on aurait pu penser – et ceci que l’on soit « pour » ou « contre » ces mouvements – qu’ils seraient les premiers invités pour évoquer des évènements qui représentent un acmé et une référence toujours vivante des luttes sociales en France.

Mais alors que les opposants aux audacieux projets gouvernementaux n’ont pas vraiment le vent en poupe dans les médias, et que mai 68 y est tendanciellement ramené à une vaste kermesse de « la jeunesse », il ne fallait pas trop se prendre à rêver ! Et de fait, la première invitée avait beaucoup à dire sur les évènements de 68, mais depuis… l’autre côté de la barricade, puisqu’il s’agissait d’Élisabeth Lévy, directrice de la rédaction du magazine d’extrême-droite Causeur ! Un choix journalistique en forme de contre-pied (et de bras d’honneur), dont on ne saisit pas bien la logique sinon celle de la recherche de la polémique et du « buzz ».

L’émission se donne pour objectif d’inviter telle ou telle personnalité prestigieuse pousser un « coup de gueule », soi-disant digne de mai 68. Que mai 68 ait été un événement collectif, marqué par des partis, syndicats, associations, collectifs et coordinations en tous genre, que les événements n’aient rien eu d’un simple « coup de gueule » ou même d’un jet de « pavé » le journaliste s’en moque bien. Tout comme il n’a visiblement cure du rôle des organisations de gauche et d’extrême-gauche lorsqu’il multiplie les invitations de personnalités marquées par leur conservatisme.

Ainsi de Nicolas Baverez, qui a commencé sa carrière dans des cabinets ministériels de droite, avant de la poursuivre comme avocat d’affaires, essayiste et médiacrate patenté, décoré de la légion d’honneur, dont l’un des principaux passe-temps est de diagnostiquer le « retard » français et de prescrire au pays « les réformes qui pourraient permettre de le combler […] pour réinventer un modèle français adapté au monde du XXIe siècle » [1]. Ainsi encore d’Alain Minc, économiste à gage, conseiller multicarte (mais toujours libéral), essayiste en tout genre et éditorialiste multiservice. Ainsi encore de Jacques Attali, dont le « pavé 2018 » consiste en un appel « à l’éducation des femmes à la création d’entreprises » (sic !) et dont le principal hobby est de profiter de son omniprésence médiatique pour faire la promotion du libéralisme économique. Que dire encore de l’invitation de Roselyne Bachelot, ministre des gouvernements Raffarin, Fillon et Sarkozy ?

Des invitations quelque peu saugrenues, à la pertinence journalistique plus que douteuse, mais qui témoignent d’un sens aigu du pluralisme dont on aimerait qu’il ait également cours lorsqu’il s’agit de rendre compte des mobilisations sociales ou de la politique du gouvernement… Quant au contenu des entretiens, on a grand peine à y retrouver ne serait-ce que l’écho des formes de politisation et de la radicalité qui imprégnaient les débats de mai 68.

De petites anecdotes moralisantes, des indignations toutes personnelles, ou au contraire si consensuelles qu’elles tournent à la platitude, sont montées en épingle, comme en témoignent les quelques titres qui suivent. Des phénomènes certes critiquables et préoccupants sont dénoncés par des invités qui prennent cependant bien soin de ne jamais sortir de la simple déploration et de ne jamais en évoquer les causes (politiques), ni les moyens (politiques) d’y mettre un terme :



On peine à voir ce qui dans ce robinet d’eau tiède pourrait évoquer en quoi que ce soit les évènements de mai 68… Alors même que certains de ces invités pouvaient avoir des choses plus percutantes et (im)pertinentes à dire, la titraille choisie par France Info révèle la ligne éditoriale d’une émission conçue pour être apolitique, individualisante et… consternante d’anachronisme !

***

Les commémorations sont souvent l’occasion de construire des images ternes, dégradées puisque figées et mythifiées des évènements qu’elles célèbrent. Pire encore sont ces commémorations médiatiques de « mai 68 » qui chantent les louanges de l’ordre établi, qui s’approprient pour mieux le dissimuler un héritage de luttes collectives, et qui tendent le micro à des individus déjà ultra médiatisés, qui viennent clamer leur révolte face à la « censure », « la faim dans le monde », ou encore « les promesses politiques non-tenues »… Et que dire des promesses journalistiques non tenues d’un média de service public ?

Vincent Bollenot

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Nicolas Baverez, Que faire ? Agenda 2007, Paris, Perrin, 2006, quatrième de couverture.

A la une

John McCain et le Washington Post : un hommage et des omissions (Fair)

Le Washington Post loue la contribution de John McCain aux « droits de l’homme » en l’illustrant par une photo où il se tient à côté d’un nazi.

« Cadeau fiscal » : un langage d’ « ultra-gauche » selon Éric Brunet

Quand l’éditocratie soutient que le langage est politique, mais uniquement quand il est… « de gauche ».

Actualité des médias n°18 (juillet/août 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.