Accueil > Critiques > (...) > Nice Matin, Var Matin, Corse Matin : les triplés du sud-est

Comme chaque année en cette période, le groupe Nice-matin a la patate (Cuverville)

[Article paru sur le site de Cuverville, le 18 avril 2007.]

Mi-mars : les chiffres de l’Association pour le contrôle de la diffusion des médias (OJD) sont rendus publics, ils dénombrent les ventes des journaux adhérents. La démarche est essentielle pour valoriser les espaces publicitaires et séduire les annonceurs.

On le sait depuis quelques années : la presse va mal. Qu’à cela ne tienne. Rien n’empêchera le groupe Nice-matin de se gargariser chaque année de sa bonne santé triomphante.
Le ton a bien sûr gagné en sobriété, la façade se lézarde. On n’atteint plus les sommets du ridicule, comme ce fut le cas en 2004. Il faut dire que l’animal est souffreteux. Difficile de le vendre comme une bête de concours ; pourtant, la direction fait comme si.

La niaque








Le 7 mars dernier, sous ce titre, un constat aigre-doux : « l’année dernière, où l’actualité a globalement été un peu en creux malgré le "mondial de football", l’audience nationale de la PQR  [1] s’est un peu tassée : -1,75% par rapport à 2005. Mais au total, si l’on compte le nombre de lecteurs occasionnels de nos journaux, on en arrive à 82,6% de la population française ». On remarquera que si l’audience de la PQR baisse, c’est sans doute à cause de l’actualité « en creux ».

« 17.674.000 lecteurs au numéro moyen ! C’est le nombre de Français de 15 ans et plus qui, comme vous chaque jour, lisent au moins un des titres de la presse quotidienne régionale. C’est bien mieux, à titre de comparaison, que la meilleure audience de l’année pour un journal télévisé : celui de Claire Chazal le 12 mars 2006 avec 11,5 millions de téléspectateurs ». Hé oui. Oser une comparaison pareille, ça impressionne.

« Dans ce classement des audiences de quotidiens "Nice-matin" prend la 16e place avec 354000 lecteurs, "Var-matin" la 20e avec 252000 lecteurs, "Corse-matin" la 29e avec 127000 lecteurs ». Corrigeons : ces journaux ne « prennent » pas la place indiquée, ils la « tiennent ». Quant aux chiffres présentés, on leur préférera ceux, officiels, de l’OJD dont voici la progression sur quatre ans :

DFP 03 DFP 04 DFP 05 DFP 06
Nice matin 128.655 123.717 119.401 115.455
Var matin 82.483 79.709 77.030 73.539
Corse matin 48.612 47.722 45.890 43.603

DFP 03 : diffusion payée (nombre d’exemplaires par jour) en 2003. En quatre ans, Var-matin a perdu 10,8% d’acheteurs.

« L’atout principal de nos journaux corollaire de leur sens de la proximité ? Une pénétration qui demeure exceptionnelle malgré, bon an mal an, des variations [...] Au total, le taux moyen de pénétration de la PQR est de 35,8% quand il n’est que de 16,4% pour la presse quotidienne nationale [...] Autant d’indicateurs propres à nous encourager pour encore mieux mériter votre fidélité. » L’article est non signé, c’est-à-dire qu’il a été rédigé à l’initiative de la direction.

Bref, dans ce contexte morose, on a quand même la grosse patate !

La patate ? Le 16 avril, après la grève surprise de « certaines catégories de personnels » [2], le PDG de Nice-matin Michel Comboul se fendait d’une note à l’intention de ses salariés dans laquelle il condamnait la désinvolture des grévistes, « au moment où notre presse a tant de mal à conserver ses lecteurs et, depuis un an, ses annonceurs »...

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Presse Quotidienne Régionale.

[2Inquiets avant le rapprochement (qui n’en finit plus d’être annoncé) de certains journaux des groupes Le Monde et Lagardère (Midi libre d’un côté, La Provence et Nice/Var/Corse-matin de l’autre).

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »