Accueil > Critiques > (...) > Élection présidentielle de 2022

En bref

Chiffrage du programme de Mélenchon : Dominique Seux tord la vérité

par Mathias Reymond,

En première ligne pour défendre les dogmes libéraux, le journaliste économique des matinales de France Inter prétend que Jean-Luc Mélenchon n’a pas « chiffré le coût du retour de l’âge de la retraite à 60 ans ». Ce qui est faux.

Avec la constance d’un métronome, les chroniqueurs de la matinale décochent des flèches contre Jean-Luc Mélenchon. Quand ce n’est pas Thomas Legrand, c’est au tour de Sophia Aram, et lorsque ceux-ci reprennent leur respiration, Pierre Haski sort du gué. Et ce mardi 15 mars, Dominique Seux a pris le relai.

Dans une chronique consacrée au chiffrage des programmes des candidats à l’élection présidentielle, l’éditorialiste enfile le costume d’arbitre pour rappeler à l’ordre ceux qui sortent du cadre : « Mélenchon est de très loin le plus ambitieux, avec 250 milliards d’euros de dépenses nouvelles, en face desquelles il compte surtout sur un surcroît de "consommation populaire" (sic) pour remplir les caisses. » Et d’ajouter : « Curieusement, il a oublié de chiffrer le coût du retour de l’âge de la retraite à 60 ans – c’est trop bête. »

Il est pour le moins curieux que Dominique Seux réduise trois heures d’exposé en deux phrases puisque le candidat de la France Insoumise venait de se livrer – trois jours auparavant – à un long exercice de présentation de son programme chiffré devant quatre journalistes économiques de médias dominants [1].

Au cours de cette émission, réalisée par l’équipe du candidat et diffusée sur Youtube, Jean-Luc Mélenchon avait justement précisé qu’il comptait « sur l’augmentation des cotisations » mécaniquement liée à la hausse de l’emploi (et donc à la baisse du nombre de chômeurs) pour financer le retour de l’âge de la retraite à 60 ans. Il ajoutait également un argument qu’il martèle depuis des mois : « Mettre une surcotisation de 2 points supplémentaires pour les salaires supérieurs à 3400 euros ». Cette mesure avait déjà été développée et discutée dans plusieurs médias notamment en novembre 2021, lorsque que le leader de la FI était venu débattre sur BFM Business.

Qu’on les approuve ou pas, ces propositions existent et sont même quantifiées. Mais, arcbouté sur ses idées reçues, Dominique Seux les néantise, et balaie les démonstrations de Mélenchon d’un « c’est trop bête ». Le même Dominique Seux qui, sur la même antenne, disait le 11 mars : « Je pense que la France n’a pas le choix de relever l’âge légal de départ ou d’allonger la durée de cotisation. » Bref, un journaliste en campagne.


Mathias Reymond

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Ghislaine Ottenheimer de Challenges, Jean-Christophe Catalon d’Alternatives économiques, Pascal Perri de LCI et Jade Grandin de l’Épervier de L’Opinion.

A la une

Sortie de Médiacritiques n°42 : Médias en campagne

À commander dès maintenant.

Anatomie d’une campagne médiatique contre la gauche (1/3)

Mépriser, moquer, délégitimer : les chiens de garde sont lâchés.