Accueil > Critiques > (...) > Publicité : dépendances économiques et éditoriales

Tribune libre

A propos d’une pub parue dans Libé

Par une lectrice bien emmerdée

Eh Libé !

Il est grand temps avec le millénium d’arrêter de nous prendre pour des couillons. Non, parce que dès le lundi matin, nous placarder en couverture des condamnés à mort. En exclusivité dans Libération, financés par un marchand de pulls, alors que la Une étale "La Mondialisation saisie par le doute", c’est déjà une mauvaise plaisanterie ! Mais, quand on découvre qu’à l1 intérieur du canard, trois pleines pages viennent en rajouter des tonnes, et ça, sans le moindre message d1 accompagnement, là, on se dit : c’est plus possible ! Non, maintenant, faut être clair avec nous : combien ça rapporte une telle pub ? Combien a rapporté celle diffusée, il y a quelques années, du temps du HIV Positive tatouée sur une fesse ? Et surtout, n’essaye pas de nous faire croire que c’est un combat aussi fort que celui d’ Act Up ! Non ! Faut savoir faire le distinguo entre une crapulerie racoleuse se servant de la mort pour nous refourguer un peu plus de laine bariolée et une association qui joue la carte de la provoc’ pour forcer la survie !

Pour finir, cher Libé, dis-toi bien que quand tu broutes de la sorte, tu nous prends carrément pour des moutons. Mais prends garde : le troupeau pourrait bien déserter tes verts pâturages !

Une lectrice bien emmerdée

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Covid 19 : les éditocrates serrent les rangs derrière Macron

... et balaient d’un revers de main les critiques.

Au nom du pluralisme, taisez-vous !

Une déclaration d’Acrimed à destination des éditocrates et des économistes à gages.

Démocratiser les grands médias

Une tribune du sociologue Alain Accardo.