Accueil > Critiques > (...) > Depuis 2010-2011 : Révolutions arabes, guerre de Libye, guerre en Syrie

EN BREF

À lire : le témoignage de Karam al-Masri, correspondant de l’AFP à Alep

par Julien Salingue,

Dans notre magazine trimestriel Médiacritique(s) daté de janvier-mars 2016, un dossier était consacré à l’information internationale, dans lequel nous étudiions notamment la dégradation de la qualité de cette dernière et la précarisation croissante des journalistes spécialisés sur ces questions. Nous rappelions également que malgré tout, des journalistes tentaient tant bien que mal de continuer à informer sur l’international, entre autres et notamment dans les zones de conflits. En voici un exemple.

Le lundi 26 septembre, le blog « Making-of » de l’Agence France-Presse (AFP) mettait en ligne un témoignage d’une intensité rare, rédigé par son correspondant à Alep (Syrie), Karam al-Masri. La ville est, rappelons-le, victime d’un siège de longue durée et d’une intense campagne de bombardements de la part des forces armées liées au régime de Bachar al-Assad.

Dans ce texte cru et sans détour, Karam al-Masri raconte son histoire : celle d’un jeune habitant d’Alep, « sympathisant de l’opposition » [1], devenu progressivement journaliste pour l’AFP. S’il ne s’agit pas à proprement parler d’une analyse du travail journalistique dans une situation tragique telle que celle d’Alep, ce témoignage mérite amplement d’être lu pour ce qu’il dit des conditions d’exercice de la profession dans une telle situation.

Qui plus est, lire et faire lire ce texte est un moyen de saluer l’abnégation de Karam al-Masri (et de ses confrères et consœurs officiant dans les zones les plus touchées par la guerre en Syrie), qui tentent de continuer à produire une information de qualité malgré l’extrême précarité, et c’est peu dire, de leurs conditions de travail.

Un témoignage à lire sur le blog « Making of » de l’AFP, à la suite duquel on pourra également lire le récit de la journaliste Rana Moussaoui, adjointe au bureau de l’AFP à Beyrouth, quant à sa collaboration avec Karam al-Masri.


Julien Salingue

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Selon ses propres termes.

A la une

Halte aux casseurs du journalisme !

Un communiqué d’Acrimed à la suite de l’acte XXIII des gilets jaunes.

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme

Un slogan adressé aux policiers lors de manifestations… mais incompatible avec le prêt-à-condamner dominant.