Accueil > Critiques > (...) > Sexisme et journalisme

EN BREF

À la « Une » des Inrocks : sexe ou sexisme ?

par Julien Salingue, Pauline Perrenot,

L’hebdomadaire qui refuse les normes, mais pas trop.

Fin juillet est sorti le « traditionnel » numéro d’été des Inrocks « spécial sexe » :



On peut lire dans l’éditorial de ce « numéro spécial », entre autres, ce qui suit : « Ce numéro est une façon pour nous de rappeler notre volonté de regarder toujours un peu à côté, là où la lumière est faible, là où les repères sont flous, là où le tout-est-possible règne en maître. [...] Parce que l’érotisme se glisse sur les chemins de traverse, en décalage permanent par rapport à une certaine “norme” en laquelle nous n’avons jamais cru. »

Pas normé, Les Inrocks ? On ne demande qu’à y croire… Après vérification [1], voici donc l’intégralité des « Unes » « spécial sexe » (depuis 2005) [2] :



Soit, si l’on compte l’édition de 2017, 19 personnes figurant sur 13 « Unes », parmi lesquelles 17 femmes et... 2 hommes.

Ainsi, et sans préjuger de la diversité des contenus, force est de remarquer que pour Les Inrocks, parler de sexe en étant « en décalage permanent » par rapport à la « norme », c’est tout de même mettre à la « Une », dans près de 90% des cas, des femmes nues et/ou dans des poses lascives, et jamais seulement un (ou des) homme(s). Des femmes nues aux corps blancs et sveltes : on suppose que c’est également par rejet de la norme que l’hebdomadaire ne donne à voir qu’une représentation calibrée, homogène et ainsi parfaitement exclusive des corps féminins.

Aux Inrocks, on ne croit peut-être pas à la « norme », mais on semble manquer cruellement d’imagination et on croit visiblement à certains clichés et à leurs vertus commerciales.


Julien Salingue et Pauline Perrenot



Post-scriptum : interrogé sur France inter à propos de ce déséquilibre hommes/femmes, Pierre Siankowski, directeur de la rédaction des Inrocks, s’est fendu de la réponse suivante : « On peut se dire que pourquoi pas l’an prochain, on se retrouve avec un homme nu de face en couv’ ». C’est bien noté.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Alors que nous étions en train de réaliser cette compilation de « Unes », nous avons découvert que la journaliste Marie Kirchen, de BuzzFeed, avait relevé, quelques jours plus tôt sur Twitter, le même phénomène.

[2Nous avons bien conscience de la contradiction résidant dans le fait d’exposer ce que nous critiquons. La critique des médias et ses paradoxes...

A la une

Docteur Cymès et mister Michel, experts médiatiques en coronavirus

On le sait, les experts osent tout... et leur magistère ne connaît pas la crise.

Pendant la crise, pas de confinement pour la critique des médias !

Quelques pistes de réflexion sur notre activité dans la période de crise actuelle.

Assange, krach pétrolier : le complotisme bon teint du Monde

Trop de complots tuent le complot…