Accueil > (...) > Débats et initiatives : annonces et présentations

À Lyon, le samedi 5 novembre : la critique des médias dans tous ses états

par Acrimed,

Une journée organisée par l’antenne lyonnaise d’Acrimed.


Une antenne de notre association sévit depuis neuf ans en capitale des Gaules : le samedi 5 novembre prochain sera l’occasion de fêter avec elle cet anniversaire, en partenariat avec la MJC du Vieux Lyon, en donnant la parole aux acteurs locaux, à des spécialistes de la critique des médias et... au public.

De la presse alternative au traitement médiatique de la Loi travail en passant par des ateliers sur le décryptage du journal télévisé ou le sexisme dans les médias, la matière ne manquera pas à cette journée…

Pour en débattre, rendez-vous à partir de 14 heures à la MJC du Vieux Lyon (5, place Saint Jean, Lyon 5ème) avec au programme :


14 h 30 : Vidéos et lectures
- Présentation de vidéos d’Acrimed
- Conférence-lecture « Quand les écrivains résistaient... »


15 h 30 : Ateliers et débats
- Carte blanche au Monde diplomatique avec Pierre Rimbert
- Décryptage du journal télévisé
- Le sexisme dans les médias
- Les médias et la Loi travail avec des syndicalistes et Nuit débout Lyon


18 h 00 : Tables rondes
- Les journalistes face à la critique
- Les médias alternatifs : une alternative aux médias ? avec des représentants de Radio Canut, Silence, Le Postillon


20 h 30 : Projection-débat
- D’une présidentielle à l’autre au prisme des médias
Projection de « Hollande, DSK etc... » suivie d’un débat avec Julien Brygo (réalisateur)



Davantage de renseignements sur Acrimed69BlogSpot et MJC du Vieux Lyon.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Halte aux casseurs du journalisme !

Un communiqué d’Acrimed à la suite de l’acte XXIII des gilets jaunes.

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme

Un slogan adressé aux policiers lors de manifestations… mais incompatible avec le prêt-à-condamner dominant.