Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Faits et méfaits divers

Une rumeur pour en chasser une autre ?

par Henri Maler, Laurent Dauré,

Hugo Chávez, « porte-parole spectaculaire » d’une « théorie du complot » ?

France Info, du lundi au vendredi, diffuse plusieurs fois par jour [1], une chronique de Matthieu Aron (chef du service police-justice-enquêtes) et Franck Cognard (journaliste dans ce même service) intitulée « Le vrai du faux ».

Le site Internet de la radio présente ainsi l’objet de cette chronique : « Vraie manipulation, désinformation volontaire ou accidentelle, complot imaginaire, opération de déstabilisation économique ou simple canular, la chronique "Le vrai et le faux" [sic] décrypte les ressorts d’une rumeur. Comment naît-elle, pourquoi le public y croit-il, à qui profite-t-elle ? »


Quelques titres donnent un aperçu de ce dont il s’agit : « Le faux témoignage de la première guerre du Golfe » (29 juillet), « La "vraie-fausse mort" de Mickael Jackson » (11 août), « Le premier faux pas sur la Lune » (17 août), « Le football et ses rumeurs » (20 août). L’intérêt de ces chroniques est inégal, mais leur présentation (dont le ton solennel peut irriter) est en général précise et rigoureuse.

Tel est le cas, à une réserve près, de la chronique du 25 août intitulée « Haïti : les États-Unis auraient provoqué le séisme. ». Ce jour-là, comme on peut le lire sur le site de France Info, « Matthieu Aron revient sur la rumeur née après le tremblement de terre en Haïti, début 2010 ».

Après avoir évoqué ce tremblement de terre qui a ravagé Haïti le 12 janvier 2010 et provoqué plus de 300 000 morts, la chronique s’attache à démonter une rumeur et une « théorie du complot » : les États-Unis auraient provoqué la catastrophe à l’aide d’une arme secrète permettant de déclencher des tremblements de terre. La critique, salutaire, est très correctement conduite, si l’on excepte… la reprise d’une autre rumeur que l’on peut découvrir dans cet extrait :

« Autour du tremblement de terre c’est l’idée d’un complot qui surgit, un complot repéré sur le Net par les enquêteurs d’HoaxBuster, un site très sérieux qui traque les rumeurs. Son rédacteur en chef, Guillaume Brossart : "Ce qui est dit autour du tremblement de terre d’Haïti, ce serait que les Américains ont provoqué le séisme en Haïti pour pouvoir prendre possession des terres, en gros ; puisqu’ils étaient déjà positionnés au large d’Haïti, ils ont provoqué ce cataclysme et ensuite ils sont intervenus directement. Alors après reste à trouver les raisons pour lesquelles ils l’auraient fait, mais la rumeur c’est ça, c’est le tremblement de terre n’est pas un phénomène naturel, il est, il a été provoqué par les États-Unis." Cette théorie du complot car c’est bien de cela dont il s’agit va trouver un porte-parole spectaculaire : le président vénézuélien Hugo Chávez, qui dans une intervention à la télévision évoque une expérimentation américaine baptisée "HAARP", à l’origine du séisme.  »

Hugo Chávez, « porte-parole spectaculaire » de cette « théorie du complot » ? Rien, absolument rien ne l’atteste. C’est une rumeur que nous avions démontée ici-même, sous un titre qui résume l’essentiel : «  Secret des sources ? Une introuvable déclaration "paranoïaque" d’Hugo Chávez ».

La circulation circulaire de la désinformation, alimentée notamment par Russia Today, LeMonde.fr et le JDD, ne s’est pas interrompue puisque c’est dans une chronique qui se veut et qui est souvent rigoureuse – et dont l’objet est de débusquer les rumeurs... – que l’on en retrouve la trace six mois plus tard. Dans certains cas, il faudrait se méfier davantage de ses confrères…

Laurent Dauré et Henri Maler

 

Notes

[16h49, 8h49, 10h49, 13h19, 19h15 et 0h15.

A la une

Jeudi d’Acrimed avec Serge Halimi et Pierre Rimbert : « Histoire d’une critique radicale et sardonique des médias »

Le 29 novembre, à la Bourse du travail de Paris. Avec Serge Halimi, Pierre Rimbert (« Monde Diplomatique »), et Mathias Reymond pour Acrimed.

La fait-diversion de l’actualité

Un extrait d’« Une histoire populaire de la France », Gérard Noiriel, Agone, 2018.