Accueil > (...) > Débats passés (2003)

Rencontres radiophoniques de la C.N.R.L. ( du 10 au 12 octobre à Valence)

11 octobre à 20 h30 : "Les médias et le façonnage de l’opinion publique" , avec Henri Maler, Aline Pailler, Pierre Péan et Jacques Soncin.

Présentation du débat du 11 octobre dans le cadre des Rencontres radiophoniques de la Confédération Nationale des Radios Libres, suivie d’une présentation de ces Rencontres, du 10 au 12 octobre 2003, à Valence

Le samedi 11 octobre 2003 à 20h30 :

Débat et projection : Les médias et le façonnage de l’opinion publique

Un véritable séisme affecte les médias et la société de l’information depuis une dizaine d’années : jamais les télé-technologies (téléphonie, télévision, web, médias) n’ont eu une si grande importance dans les rapports humains planétaires. Tels des performances, le « 11 septembre » ou la « Guerre » se regardent à la télé en direct. Pourtant, dans le même mouvement, des faits sociaux considérables passent totalement inaperçu : c’est ainsi, - entre autres Tchernobyls -, qu’une certaine canicule fit douze mille victimes en France, mais on pourrait aussi évoquer l’appauvrissement linguistique mondial, les femmes qui meurent sous les coups ou les désastres de l’esclavage (salarié ou non). Signe des temps, cette nouvelle ère médiatique s’accompagne aussi d’une réflexion critique qui fut longtemps absente, sur le rôle et l’influence des médias dans l’Histoire. Les enjeux technologiques sont toujours hautement politiques et plus la puissance médiatique s’accroît plus les forces de manipulations sont actives : pour les Etats comme pour les grands lobbys économiques, contrôler, fabriquer et façonner l’opinion est devenu la clé de toute gouvernance bien avant l’intérêt général. Les médias étant intimement liés aux réseaux économiques dominants, le monde leur appartient au point que la dramaturgie institutionnelle des « plans de communication » semble au-dessus des lois...

Le soir du 11 octobre, au Crac, ce sont quatre acteurs et spécialistes de ces questions qui débattrons à l’initiative de la Confédération nationale des radios libres : Henri Maler, universitaire, animateur et fondateur de « Action Critique Médias », Aline Pailler, journaliste et ancienne députée européenne, Pierre Péan, écrivain, auteur notamment de TF1, un pouvoir et La face cachée du Monde, et Jacques Soncin, journaliste, auteur de Au cœur des radios libres. Le débat sera animé par Olivier Morel.

Issue de la libération des ondes en 1981, la Cnrl regroupe 260 radios libres associatives, laïques, indépendantes des pouvoirs économiques, politiques et religieux, attachées aux droits de l’Homme.

Ce débat sera suivi d’une projection en avant-première du film Attention danger travail, de Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane Goxe.


Présentation des Rencontres radiophoniques de la Confédération Nationale des Radios Libres :

Pour des médias libres


« Il y a vingt-deux ans, après des années de piratage, et à la faveur d’un changement de majorité présidentielle, les radios libres faisaient irruption dans le champ médiatique institutionnel français, mettant fin à près de quarante années de monopole étatique sur les ondes hertziennes. Aujourd’hui le paysage audiovisuel français est composé d’un service public, qui cherche encore sa place, d’un secteur commercial envahissant et racoleur, et de quelque cinq cents radios associatives qui remplissent des missions reconnues par toutes les institutions, mais jamais sérieusement rémunérées. Et derrière ce paysage, se profile un débat de plus en plus impérieux sur le rôle, la nature, le financement et le but des médias. Eduquer, informer, divertir, tel était le triptyque incontournable fixé aux radios et télévisions. Le divertissement, de " reality-shows " en jeux débilitants, en passant par les séries insipides et l’invasion du porno a bouffé tous les autres genres, devenant une simple machine à gagner de l’argent. L’information, qui se réduit le plus souvent à la " voix de son maître ", provoque débats sans fin et éclats de colère chaque fois qu’un événement particulièrement douloureux met en lumière la " face cachée " des médias. Quant à l’éducation, hélas, trois fois hélas !

Dans le monde entier, face à la servilité, à la course au profit, à la carence en services de ce qu’il est convenu d’appeler " les grands médias ", se sont constitués des moyens de communication associatifs et communautaires. Radios libres, télés libres, serveurs internet alternatifs, les citoyens des divers continents essaient de reconquérir le droit à la parole, le droit à l’information, à la culture et à un autre divertissement. Ce débat est fondamental et il va être de plus en plus au cœur de l’action de tous ceux et celles qui aspirent à un monde meilleur.

C’est dans ce contexte, et un mois avant la réunion du Forum social européen, qui abordera aussi cette thématique, que la Confédération nationale des radios libres, héritière des radios pirates qui se sont battues pour la libération des ondes, tiendra ses Rencontres radiophoniques. On y abordera ce débat fondamental, mais aussi les conditions de financement, l’impact de la révolution technologique et l’environnement institutionnel des radios associatives. »

Programme et informations pratiques sur le site de la CNRL : http://www.cnrl.org/rencontres.html

A noter en particulier :

REUNION PUBLIQUE : Samedi 11 octobre 2003 - 20H30. Centre de Recherche et d’Action Culturelle (CRAC), 36, boulevard du Général de Gaulle. Pour en savoir plus : http://www.cnrl.org/pleniere1.html

Ces informations seront régulièrement réactualisées.

Sur le site d’Acrimed : Présentation de la Confédération Nationale des Radios Libres (CNRL)

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.

Dupont de Ligonnès. Jour 2 : l’autocritique médiatique n’aura pas lieu

Quand le « décodage » remplace l‘autocritique.

Dupont de Ligonnès : à France Info, le fait divers était presque parfait

La triste fin d’un fait divers cuisiné aux petits oignons.