Accueil > Critiques > (...) > International

Les médias dominants, parties prenantes à part entière dans le processus électoral

par FAIR,

Nous publions ci-dessous en tribune un entretien paru sur le site de FAIR, observatoire des médias étatsuniens. Au moment où les primaires de l’élection présidentielle des Etats-Unis sont à l’arrêt et tandis que Trump accapare le terrain médiatique, Jim Naureckas, de FAIR, revient sur le rôle des grands médias dans la campagne présidentielle. Et notamment sur les mécanismes de l’ostracisation médiatique de Bernie Sanders [1]. Des mécanismes déjà observés il y a quatre ans lors de la précédente élection présidentielle étatsunienne.

Janine Jackson a interviewé Jim Naureckas, de FAIR sur les primaires démocrates pour le bulletin du 14 février de CounterSpin [2]. En voici une transcription légèrement modifiée.

Janine Jackson : Débats privilégiant la forme sur le fond, spéculations sur les chances et les dynamiques des uns et des autres, marginalisation de propositions bénéficiant en fait d’un large soutien : c’est peu dire que la couverture des élections par les médias dominants est décevante. Mais compte tenu des enjeux de 2020, la déception est d’autant plus grande - et elle constitue une raison de plus de soutenir le journalisme indépendant. Jim Naureckas est aujourd’hui avec nous pour analyser la couverture des élections. Il est rédacteur en chef de FAIR.org et de notre bulletin d’information Extra. Il est ici en studio. Bienvenue de nouveau sur CounterSpin, Jim Naureckas.

Jim Naureckas : Content d’être de nouveau parmi vous.

JJ : Toutes les élections sont importantes, mais celle-ci est vraiment cruciale. Les orientations que le pays, ou que ses dirigeants vont prendre, les stratégies électorales sont si tranchées et opposées… Nous parlons souvent de ce que font les médias dominants, pas seulement au regard des autres médias ou bien de ce qu’ils ont fait dans le passé, mais au regard de ce qu’une démocratie requiert de ses journalistes. Je me demandais donc : globalement, que pensez-vous de la façon dont les journalistes traitent cette campagne électorale ?

JN : Je dirais que les médias dominants essaient de suivre leur routine pendant les élections, à savoir cadrer la discussion, en contrôler les paramètres. Et le processus est en train de changer, vraiment. La façon dont la politique se mène aujourd’hui est différente de ce que j’ai pu connaître au cours de ma vie (j’ai 55 ans).

Il y a une rupture avec le schéma classique, où de riches bailleurs de fonds financent les hommes politiques, qui défendent en retour leurs intérêts ; où les médias traitent ceux qui reçoivent ce genre d’argent comme des gens sérieux qu’on doit écouter ; et où quiconque n’est pas financé par ces riches bailleurs n’est, par définition, pas sérieux, parce qu’il n’a pas les ressources nécessaires pour gagner.

Voilà que maintenant, de nouveaux modèles politiques se mettent en place, où certains candidats lèvent des fonds auprès du grand public, en rejetant en grande partie l’argent des riches bailleurs de fonds, et les citoyens sont disposés à donner de l’argent parce qu’ils voient que ces gens-là ne sont pas redevables à une élite. Ça change le type de débat que nous avons, ça change le type de problématiques sur lesquelles ces candidats-là font campagne. Aussi, il y a une parfaite adéquation entre les intérêts des grandes entreprises qui possèdent les médias, les grandes entreprises dont les publicités financent les médias et le milieu des des riches bailleurs de fonds. Mais comme celui-ci compte relativement moins, les médias dominants cherchent à se repositionner.

JJ : Oui.

JN : Je dirais que c’est l’élection la plus intéressante depuis que je fais métier de suivre la politique.

JJ : Et les médias dominants semblent presque pris de panique. Ils ont l’habitude de dire de manière paternaliste : « Oh, l’assurance maladie pour tous, c’est sans doute une belle idée, mais ce n’est pas possible ». Ils ont l’habitude en somme de définir ce qui est possible. Je pense qu’il y a rupture entre leur façon de penser convenue, et ce que beaucoup de gens viennent à reconnaître comme possible. On le voit très bien dans leur traitement de Bernie Sanders, et aussi dans l’accueil réservé à Michael Bloomberg, dans ce qui leur paraît viable et ce qui leur paraît réaliste. En fait, c’est limpide. Tout le monde peut le voir à présent.

JN : Il y avait jadis une façon assez simple pour les médias de traiter les outsiders qui essayaient de s’introduire dans le processus - et de tout chambouler, du point de vue des professionnels de la politique - qui était de les ignorer. Il suffit de ne pas en parler, et ils n’auront aucun impact dans le débat politique. Avec l’essor des réseaux sociaux, il est en grande partie impossible de réussir à ignorer les gens. Car ils continueront de parler entre eux des candidats qui les intéressent, même si le New York Times n’en dit pas un mot. C’est un fait déconcertant pour les médias dominants.

Howard Dean [3] ne fut pas un candidat aussi tranchant et radical que Bernie Sanders ou Elizabeth Warren, mais quelqu’un qui mettait les médias dominants mal à l’aise avec un discours incitant les gens à s’impliquer dans le processus, en gros. Et les médias dominants ont mis un terme à sa candidature avec ce qu’on appelle le « cri de Dean », un drôle de bruit qu’Howard Dean a fait dans un meeting.

JJ : C’était en évoquant la progression de sa campagne, un simple cri de ralliement...

JN : Oui, il a fait comme un glapissement. Et c’est passé en boucle, comme si c’était le désastre de Challenger [4]. Ridiculisé par les médias dominants, il a été mis hors course. Voilà le genre de pouvoir qu’ils avaient à l’époque. Mais ils ne peuvent plus virer les gens en faisant le coup du « cri de Dean ». Ces derniers jours, nous avons vu Chris Matthews sur MSNBC, suggérant que si Bernie Sanders était élu, il y aurait des exécutions de masse dans Central Park, puis Chuck Todd, parlant de – quelle expression déjà - des « chemises brunes numériques » ?

JJ : Oui c’est ça, des chemises brunes numériques.

JN : Ils paniquent. Ils sont effrayés de voir des hommes politiques se présenter et réussir sans leur bénédiction, malgré leur réticence affichée. On a signifié à l’électorat démocrate, en termes très clairs, que Bernie Sanders n’est pas en situation d’être élu et la consigne, à vous le peuple, est de ne pas voter pour lui, parce que l’éditocratie s’est prononcée.

C’est une position stratégique à défendre, pour eux. Il y a beaucoup de sondages sur la capacité des gens à être élus - c’est sans doute le sens qu’il faut donner à la notion d’« électabilité ». Les sondeurs demandent régulièrement : « Pour qui voteriez-vous, Trump ou Sanders ? » Ils ont posé cette question 68 fois, selon le site Internet de Real Clear Politics qui compile les sondages, et 63 fois, les gens ont dit : « Bernie Sanders. Nous voterions pour Bernie Sanders plutôt que pour Donald Trump », ce qui semblerait indiquer qu’il a un certain potentiel pour être élu. Même si vous glissez dans la question que Trump qualifie Sanders de « socialiste qui défend le dirigisme étatique en matière de soins et l’ouverture des frontières », ils choisissent toujours Bernie Sanders plutôt que Donald Trump. En fait, différentes descriptions de Sanders ont été testées , et quand vous le qualifiez de « démocrate », il fait un moins bon score que quand vous le taxez de « socialiste » - juste un peu moins bon.

JJ : Oui, c’est vraiment ça.

JN : Mais cette idée que, lorsque les gens découvriront que Bernie Sanders est un socialiste, ce sera la fin pour lui, comme si c’était une sorte de secret qui a été caché au public...

JJ : Et ça montre précisément la déconnexion, chaque jour plus évidente, entre les priorités, et même le langage, des journalistes de l’élite, et ceux de la plupart des gens ; cette idée qu’une fois que vous aurez dit « assurance maladie universelle » ou « Sécu pour tous », eh bien, les gens vont être effrayés par ça, et malgré les efforts inouïs des médias, les gens ne sont pas effrayés par ça.

Bien sûr, les élections sont fonction des idées, mais aussi beaucoup du processus électoral lui-même. Vous vous demandez « pourquoi les gens se sentent déconnectés de la campagne ? » C’est en partie à cause de situations comme en Iowa [5]. Vient le moment des primaires en Iowa, et c’est comme si vous sortiez votre règle à calcul et votre manuel d’instruction civique de quatrième. Et c’est comme si c’était un truc juste pour les intellos. Et ça devient très compliqué de saisir dans quelle mesure cela correspond vraiment à la volonté des gens, mais pourtant c’est très, très important dans le récit médiatique. Voilà clairement le véritable processus auquel nous sommes confrontés, et cependant il pose problème pour plusieurs raisons. Comment les journalistes s’y prennent-ils pour faire la lumière sur les questions de procédure, ou de processus électoral ?

JN : L’Iowa s’est enlisé dans ce comptage interminable qui a pris plusieurs jours, pour déterminer exactement combien d’« équivalents-grands électeurs » allait obtenir chaque candidat, le genre de formule qu’ils utilisent pour traduire les voix que les candidats obtiennent en nombre de délégués. Et les équivalents-grands électeurs sont une étape intermédiaire, censée être en rapport avec le nombre de délégués que vous obtiendrez à la convention nationale.

Il y a alors eu cette longue période où les gens se disaient : « Oh, on ne sait pas qui a gagné. Vous savez, on dirait que Buttigieg [6] est en tête. Mais c’est dur à dire », parce que les chiffres mettaient tellement de temps à sortir. Mais il était clair, très tôt, que Sanders avait beaucoup d’avance dans les votes effectifs, que beaucoup plus de gens avaient voté pour lui que pour Buttigieg, le candidat numéro 2. Et ça n’avait pas d’importance, parce que vraiment, ce qui comptait ici, c’était les équivalents-grands électeurs, et c’est donc à cela qu’ils n’arrêtaient pas de revenir.

Et c’est marrant, parce que quand Sanders a dit « Vous savez, nous avons vraiment obtenu plus de voix » et a considéré ça comme une bonne raison de revendiquer la victoire, les gens se sont dit « Oh, c’est un genre de coup tordu, parce que ce n’est pas comme ça que ça se joue. C’est vraiment les équivalents-grands électeurs qui comptent ». Et ensuit, dans le New Hampshire, le fait que Buttigieg se soit rapproché de Sanders en termes de voix est soudain devenu très important.

Quand vous observez ça, vous voyez que les médias dominants ne sont pas des observateurs du processus électoral, mais des parties prenantes. Et les histoires qu’ils vous racontent sur ce qui s’est passé jusqu’à présent dans la compétition sont des histoires fabriquées et racontées d’une certaine façon. Ce ne sont pas des comptes rendus objectifs de la réalité. Ils passent beaucoup de temps à parler de la course de petits chevaux ; et vous vous dites : « Oh, ils doivent être des experts en cuisine électorale ». Et le fait est qu’ils sont très souvent en train de la fabriquer.

Je regardais les moyennes des sondages. En remontant au 1er décembre, Sanders devançait Buttigieg de 5 points dans les moyennes des sondages, et je pense qu’ils étaient, à ce moment-là, troisième et quatrième dans la course - c’était il y a un peu plus de deux mois. Aujourd’hui, Sanders devance Buttigieg de 12 points dans la moyenne des sondages, et pourtant c’est Buttigieg qui a le vent en poupe, selon les médias dominants.

J’ai lu un tweet de Jeremy Peters, qui est journaliste politique pour le New York Times, dans lequel il écrit : « Après avoir gagné l’Iowa, Pete [Buttigieg] bat presque Bernie [Sanders] dans un Etat où celui-ci a gagné de 22 points il y a quatre ans. Selon n’importe quel critère normal d’évaluation des primaires démocrates, Pete serait considéré comme favori ». Eh bien, selon n’importe quel critère normal d’évaluation d’une course, la personne qui se trouve en cinquième position dans les sondages nationaux ne serait pas considérée comme tête de peloton. C’est seulement si vous avez décidé qui vous voulez la voir gagner, et que vous étiquetez cette personne comme favorite, que le cinquième sera considéré comme le favori.

JJ : Je vois des raisons d’espérer, en quelque sorte, dans la clarté dont les médias dominants font preuve en montrant leurs priorités, leur volonté d’ignorer des faits patents et de monter en épingle des détails infimes, pour vendre un scénario donné. A quoi s’attendre dans les prochaines semaines, les prochains mois ?

JN : Je crois vraiment que les médias vont essayer de faire à Bernie Sanders le coup du « cri de Dean » tout au long de la convention, et probablement jusqu’au 3 novembre. Je pense que s’il n’est pas arrêté par l’un des autres candidats, les médias seront son adversaire le plus coriace. Et je pense que les gens doivent s’entraîner à lire les nouvelles de manière critique, à chercher quelle intention se cache sous les comptes rendus que vous lisez, et apprendre à écarter les discours des médias qui tentent de créer des prophéties auto-réalisatrices, lesquelles affecteront vos arbitrages dans la prise de décision démocratique.

JJ : J’ajoute un mot, il s’agit bien sûr des candidats, car c’est l’élection présidentielle, mais il s’agit aussi d’idées. Et quand les médias, les médias dominants, s’en prennent au sénateur Sanders, ils s’en prennent aussi à l’idée de changer radicalement le statu quo socio-économique dans ce pays. Il ne s’agit pas seulement de Bernie Sanders ; ils trouveraient moyen de s’en prendre à quiconque proposerait ce genre de changement, à mon avis.

JN : Autrefois, les gens considéraient qu’augmenter les impôts, c’était le baiser de la mort pour un candidat. C’était du genre : « Cette personne est trop à gauche pour gagner, parce qu’elle croit en l’augmentation des impôts. » Pourtant augmenter les impôts des riches est une position très largement soutenue. La plupart des gens pensent que les riches ont trop d’argent et aimeraient qu’ils en aient moins. J’ai l’impression que les médias finissent par comprendre que l’augmentation des impôts des riches n’est plus l’épouvantail qu’ils croyaient.

L’accent est mis sur la Sécu pour tous, et sur l’idée que les gens perdraient la possibilité de choisir de leur système de soins. J’aimerais vraiment voir un sondage où l’on dirait : « Aimeriez-vous avoir un système de soins gratuits, financés par les impôts, ou plutôt payer de votre poche des milliers de dollars pour vous soigner ? » Et voir comment l’option « des milliers de dollars de votre poche » s’en sort dans un sondage. Si le principe de choix du système de soin prévaut, c’est à cause de l’idée reçue qu’un système de santé publique sera si médiocre que même payer des milliers de dollars pour des soins privés serait préférable.

Je me rends compte qu’à cause des médias, j’en viens moi-même à parler de « système de soins d’Etat » et de « système de soins privé », plutôt que de système de soins public ou commercial.

JJ : Il faut dire que les idées que Sanders et Warren ont promues, présentées par les médias comme des voies sans issue, ont malgré tout réussi à percer. Il est clair maintenant que ces idées sont populaires, et j’ai l’impression que les médias dominants essaient désespérément de nous faire croire qu’elles ne peuvent pas être mises en oeuvre, qu’elles ne sont pas populaires. Et pourtant les gens n’y prêtent plus attention et soutiennent ces idées, voyez-vous ?

JN : La grande arnaque en politique, peut-être la plus grande arnaque, c’est l’idée que le plus plus sûr et le plus sage, politiquement parlement, est de soutenir des responsables politiques attachés à préserver les revenus des riches, comme si ce que l’électeur moyen recherchait, de s’assurer que la richesse des riches ne soit pas menacée. Voilà un contresens total sur la réalité sociologique de l’Amérique.

Et il est basé sur l’idée qu’il y avait un droit de veto, des bailleurs de fonds et des médias, sur le type de politiques que l’on pouvait proposer. Les donateurs étant évincés par certains candidats et les médias ayant de moins en moins la possibilité de dicter les termes du débat, on peut voir que ces propositions autrefois taboues - comme un salaire minimum qui suive réellement la productivité ou un impôt sur la fortune qui redistribue vraiment les revenus des hautes sphères, où ils se sont concentrés ces 50 dernières années – sont désormais à l’ordre du jour, que les médias dominants le veuillent ou non.

JJ : Ainsi se termine notre entretien avec le rédacteur en chef de FAIR, Jim Naureckas ; vous pouvez trouver son travail qui s’étale sur plusieurs décennies sur FAIR.org.


Traduit par Olivier Moreau

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Le candidat de la gauche du parti démocrate vient de se retirer de la course à l’investiture après avoir longtemps fait la course en tête. A noter que la couverture du Monde, sur laquelle nous sommes revenus dans un précédent article, se fait l’écho de ces mauvais traitements médiatiques dans les médias étatsuniens.

[2La radio en ligne de FAIR.

[3Candidat aux primaires démocrates de l’élection présidentielle américaine de 2004, qui s’était positionné à l’aile gauche du parti démocrate.

[4La navette spatiale Challenger s’est désintégrée au décollage le 28 janvier 1986, tuant les sept membres de l’équipage.

[5Lors du caucus de l’Iowa, surmédiatisé parce qu’il inaugure la campagne présidentielle américaine, les électeurs de l’Etat d’Iowa élisent, au sein du parti politique qu’ils soutiennent, leurs délégués de circonscription pour la convention de comté. Chacune des conventions des 99 comtés de l’Iowa sélectionne ensuite des délégués pour les conventions des districts congressionnels et de l’Etat, lesquels choisissent finalement les délégués pour la convention nationale, qui déterminera le candidat du parti.

[6Ce candidat n’est désormais plus dans la course.

Voir aussi...

A la une

Actualité des médias : Macron serre la vis, médias en crise, harcèlement à France Télévisions…

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Coronavirus : les patrons de presse brocardent les postiers « déserteurs »

… alors que tant d’autres se comportent en héros. (crédit photo : Amre Ghiba)