Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > L’Express

Les « Unes » tapageuses de L’Express

par Denis Perais, Henri Maler,

Quels enseignements peut-on tirer des couvertures de la version imprimée de L’Express, lorsqu’on passe en revue cinquante-trois d’entre elles, pour la période du 25 septembre 2008 au 8 octobre 2009 [1] ?

Nous l’avons vérifié plusieurs fois : les titres des journaux radiophoniques et télévisés sont de puissants révélateurs. Les couvertures des magazines généralistes le sont aussi : elles permettent de repérer comment « s’harmonisent » les choix rédactionnels et les -choix commerciaux qui guident la hiérarchie de l’information. Ainsi des « “Unes” racoleuses de Marianne ». Ainsi des « Unes » de L’Express [2]

Service (s) payant (s) pour cadres actifs (13 titres principaux)

L’Express se préoccupe particulièrement du sort réservé à son lectorat.

- Et d’abord à sa santé : deux « Unes » consacrées, respectivement, au « danger » représenté par les médicaments et à la « Grippe A [3]. Deux autres titres de première page prétendent faire la différence dans le concert apocalyptique puisqu’ils annoncent qu’ils vont révéler les « vrais risques » [4].

- Santé et jeunesse, puisque le même jour (23 juillet 2009), en dépit des « vrais risques » de la grippe A, L’Express nous invite d’abord à « Rester jeunes ».

Curieusement ( ?), la photo choisie pour décorer la « Une » est celle de Sophie Marceau, égérie publicitaire des magazines féminins que L‘Express imite en l’occurrence, bien qu’il ait fallu attendre plusieurs mois pour que Marie France (octobre 2009) explique à ses lectrices non pas comment rester jeune, mais comment le paraître.

Ce pastiche « express » des « féminins » est aussi une façon de remercier les généreux annonceurs qui inondent chaque semaine de publicité les pages du supplément « mode, beauté loisirs, sorties », Styles  ? L’Express n’est pas le seul magazine généraliste à « nous » rajeunir : Le Nouvel Observateur et Le Point le font aussi : le premier le 19 janvier 2006 dans « Rester jeune dans son corps et dans sa tête » avec Nathalie Baye en photo ; le second, le 9 avril 2009, en titrant « Rajeunir », avec une photo d’une autre égérie publicitaire, l’actrice américaine Sharon Stone.

« Comment rester jeune » et… « Comment vivre avec les ados » (10 septembre 2009) : question grave pour les familles que les « féminins » abordent souvent [5]

- Plus importants que la santé, la jeunesse ou la famille : le patrimoine et l’argent.

Sur l’immobilier la concurrence est rude avec ses confrères, comme nous avons déjà eu l’occasion de le signaler [6] Pas moins de deux « unes » sont consacrés à ce délicat sujet [7]. Les dossiers correspondants sont réalisés en partenariat avec les « Notaires de France », dont le désintéressement est patent.

Ces dossiers annoncés « à la Une » sont – harmonieusement… – complétés par les dossiers « Argent » évidemment dédiés à ceux qui n’en ont pas. Est-il question des conséquences de la crise à la « Une », L’Express n’oublie pas de sous-titrer : « Comment mettre votre argent à l’abri ? » et consacre ses titres seconds de première page, plus ou moins explicitement, aux soucis de sa clientèle : « Comptes en banques, crédits, pouvoir d’achat, licenciements. Crise : ce que vous risquez », des « Salaires des cadres » ou deux « Spécial placements 2009 » [8].

Ces services rendus aux cadres actifs pour garantir leurs placements culminent avec les « palmarès » sur « les diplômes qui marchent », « les hôpitaux les plus sûrs », les « Lycées publics et privés » [9],. auxquels, il faut ajouter d’autres titres de second rang en première page sur les classements des « écoles de commerce » et autres « classes prépas » [10].

Visites guidées, kits culturels et promotions (9 titres principaux)

L’Express se préoccupe de la culture de ses lecteurs, en assurant au passage la promotion de quelques livres.

- D’abord, tout ce qu’il faut savoir sur la religion, la philosophie, l’art, les médias

- « Le choc Jésus-Mahomet » [11] (le 30 octobre 2008) dont le titre est emprunté à celui du livre du directeur délégué de la rédaction de... L’Express, Christian Makarian » - Le choc Jésus-Mahomet publié aux éditions JC Lattès - dont est ainsi assuré la promotion par la publication d’extraits. Merci pour lui ;
- « Juifs, chrétiens, musulmans. La Grande histoire de la Bible et du Coran » (le 25 décembre 2008) ;
- « Nietzsche. Le philosophe des temps modernes ». C’est-à-dire : « Ce qu’on lui doit par Raphaël Enthoven. Médias politique, religion, travail...pourquoi il était visionnaire. Ce qu’il pensait des femmes, de Wagner, de la France » (le 2 juillet 2009) » [12] ;
- « “Spécial Picasso“. Une exposition exceptionnelle. L’itinéraire d’un génie. Ses chefs d’oeuvre décryptés » (le 2 octobre 2008) [13]
- Au chapitre de la culture et des idées, on peut faire figurer également cette « Une » : « Le livre événement de Karl Laske et Laurent Valdiguié. “La face cachée du Canard enchaîné” [14]. Son magot, ses scoops, ses dérapages, ses liens secrets avec Sarkozy, Mitterrand et les autres... » (le 20 novembre 2008). Un « livre événement » dont L’Express se borne à reproduire les « bonnes feuilles ».

Bref : des philosophes célèbres, des artistes consacrées et les religions dominantes ont droit à d’ébouriffantes investigations…. au même titre que les « Unes » périodiquement consacrées à « l’’Immobilier » et aux divers « Palmarès ».

- Ce tourisme culturel qui en appelle un autre : « Quoi de neuf ? Venise ! Exclusif : Philippe Delerm raconte sa cité des Doges. Le renouveau du mythe. Le feu d’artifice culturel. Les meilleurs adresses de Philippe Starck » (le 30 avril 2009)) [15]

Au chapitre des visites guidées, peuvent également figurer :
- « Notre amie la Lune. Les dessous de la conquête. Sa vraie influence sur la terre et les hommes. Religion, astrologie : mythes et légendes » (le 16 juillet 2009).
- « New-York. Le renouveau. Manhattan et Brooklyn... » [16]. Et, moins poétique :
- « Le Havre dans 10 ans » (Le 26 mars 2009) [17].

Grandes enquêtes et secrets éventés (7 titres principaux)

Ce sont les gros titres de « Une » qui l’annoncent : L’Express combat pour la transparence et la justice,… et enquête.

- Au nom de la transparence : L’Express débusque les réseaux et révèle les secrets les mieux dissimulés.
- Les réseaux antisémites : « Les nouveaux réseaux antisémites. Enquête sur les fans de Dieudonné. Les officines de la haine. Internet des sites dangereux » (le 26 février 2009) ;
- Les Francs-Maçons : « Les Francs-Maçons au coeur de l’Etat. Le livre choc de Sophie Coignard. Quand Sarkozy courtise les « frères ». Pourquoi il faut en finir avec le secret maçonnique » (le 12 mars 2009) [18] ;
- Les sectes : « Scientologie. Enquête sur la secte qui fait peur. Ses techniques de manipulation. Le procès qui peut la détruire. Exclusif. Les révélations d’un ancien adepte »(le 14 mai 2009) ;
- La Mafia : « Mafia. Quand les femmes prennent le pouvoir. Pourquoi elles font jeu égal avec les parrains. Comment la police les traque. Angela, mère et martyr »(le 13 août 2009).

- Au nom de la justice, L’Express combat les privilèges (mais si…) :
- « Santé. Logement. Formation. Etat laxiste, abus, fraudes, escroqueries, fausses factures... Le scandale des gaspillages »

- « Logement. Les privilégiés de la République. Où sont logés les ministres. Elus, fonctionnaires : les vertueux, les profiteurs » (les 4 décembre 2008 et 1er octobre 2009)

De quoi remédier aux injustices sociales les plus criantes… Devinez qui manque dans la liste des profiteurs, des gaspilleurs et des escrocs, hormis l’Etat, ses fonctionnaires et les délinquants de bas de gamme….

Gros plans sur les personnalités politiques (21 titres principaux+Michaël Jackson)

Et la politique, malgré tout ? Vingt quatre « unes » lui sont consacrées qui titrent sur… les personnalités politiques. La politique – évidemment ? - se présente d’abord sous la forme de quelques responsables transformés en stars, à l’image de Michaël Jackson (le vingt-cinquième ?) que L’Express n’a pas oublié (3 septembre 2009).

Quelles stars et pour en dire quoi ?

Nicolas Sarkozy décroche évidemment la timbale avec sept nominations (qu’il partage en « une » à deux reprises, avec Rachida Dati et, une fois seulement pour chacun d’eux avec Chirac et Mitterrand. [19] Loin, très loin devant tous les autres….

Barack Obama ne monopolise que quatre unes [20]. Il est suivi de près par Rachida Dati qui n’a droit qu’ à trois (dont celle , déjà citée, qui l’accouple avec Nicolas Sarkozy) [21].

Que disent ces titres (et les articles correspondants ?). Nous y reviendrons dans un prochain article. Relevons simplement que L’Express ne rechigne pas à « singer » les magazines « people » en annonçant des « révélations » sur la vie personnelle, voire intime des intéressés. Est-il question de « L’espoir Obama », L’Express sous titre « L’influence réelle de sa femme ». L’hebdomadaire nous promet-il une « Enquête sur Angela Merkel », c’est pour souligner « « Le mystère de sa vie privée », Quant au transfuge du Parti socialiste, il a droit à un traitement de faveur, puisque l’annonce de « La face cachée d’Eric Besson » repose sur ce « scoop » : « Exclusif : le livre choc de son ex-épouse »

Le 30 juillet 2009, l’hebdomadaire titre : « Politiques. Le piège people. Les dessous d’une dérive ». Simple question : sans vouloir les dédouaner, les politiques sont-ils les seuls responsables ? L’Express serait-il totalement étranger à ce phénomène ? Les « Unes » de L’Express permettent déjà de se faire une idée. Nous y reviendrons à partir des articles eux-mêmes.

Christophe Barbier, offrant ses impressions sur la gestion de la communication du malaise du président de la République, condamne ainsi certaines de ces dérives : « Il ne s’agit pas de jeter en pâture chaque mésaventure anatomique du président [...], il n’est pas question de filmer des échantillons de leurs sécrétions ni de publier le détail de leurs humeurs » (éditorial, le 30 juillet 2009). Certes… Mais pour ne parler que des « Unes », condensées dans celle du 18 décembre 2008, il est « question » de « révéler » les secrets les mieux gardés... de toutes les célébrités médiatiques, principalement politiques dont nous est racontée l’histoire chaque semaine. Jugez plutôt :

La politique, à la « Une de L’Express, c’est cela. Et dans les pages intérieures la politique réduite à ses personnages et à ses jeux. Rien ou presque sur les projets et les programmes. Marcelo Wesfreid justifie ainsi ce désintérêt le 30 octobre 2008 à l’occasion du Congrès du Parti socialiste : « Dans leur boîte aux lettres, les adhérents ont reçu un pavé de 160 pages jargonneuses [déclinant] les six « motions ». Autrement dit [pourtant, ndelr] les orientations stratégiques [...] Ces textes [...] rédigés avant la crise financière [...] fourmillent de principes très généraux en matière économique. Le décalage est frappant avec l’actualité  » [22].

Il n’empêche : le 30 juillet 2009, l’hebdomadaire titre : « Politiques. Le piège people. Les dessous d’une dérive ». Dérives de qui ? Des politiques ou des médias qui, à l’instar de L’Express ne font pas tout à fait ce qu’ils font beaucoup !

Les miettes du festin (3 titres principaux)

A la « Une » de L’Express, les questions internationales et sociales, sont présentées de biais, quand elles ne sont pas réduites à des miettes.

- Si l’on excepte les deux couvertures qui font partiellement référence aux questions internationales en évoquant les intentions de Barack Obama (les 15 janvier et 11 juin 2009) une seule « Une » leur est prioritairement consacrée : sur l’intervention militaire israélienne à Gaza fin décembre 2008 [23] ). Inévitable, malgré tout…

Quant aux autres régions et continents… Même L’Europe ne mérite pas de figurer en titre principal de la « Une », en dépit des vertueuses déplorations de L’Express lui-même sur les élections européennes, comme on peut le lire dans notre article : « « Elections européennes 2009 : L’Express prêche dans le désert »..

- Si l’on excepte les couvertures consacrées aux « fraudes et aux gaspillages » et aux « privilégiés de la République » (entendez de l’Etat, et non des entreprises), deux couvertures sont consacrées directement à la politique économique et sociale (les 16 octobre 2008 et 12 février 2009). Inévitable, malgré tout, puisque la crise économique est passée par là.

Mais que l’on n’attende pas de L’Express qu’il fasse figurer en « Une », des travailleurs licenciés et des chômeurs, des salariés précarisés et pressurés, des ouvriers et des employés.

***

Les « Unes » de L’Express, vitrines de l’hebdomadaire, ne suffisent évidemment pas à saisir ce que l’on trouve à l’intérieur de chaque numéro, mais elles sont révélatrices à la fois de l’approche de l’actualité que propose l’hebdomadaire et du lectorat auquel il s’adresse.

Quel est ce lectorat et que lui propose-t-on ?

Christophe Barbier lui-même, le 17 septembre 2009, explique ce qui le réjouit et, peut-être, l’obsède : « Selon la dernière étude de l’AEPM (Audience et études pour la presse magazine), L’Express est lu chaque semaine par 2 251 000 lecteurs soit 17 % de la population de 15 ans et plus[...]L’Express se renforce notamment au sein des CSP +, avec une hausse de son audience de 11 % » [24].

Une semaine auparavant, le 10 septembre dans la rubrique « Indiscrets », le magazine se réjouissait de l’origine d’un autre « segment de sa clientèle : «  Les patrons des très petites entreprises (moins de 20 salariés) sont de gros lecteurs de newsmagazines et ils privilégient... L’Express ! 24 % d’entre eux nous lisent au moins une fois par mois, contre 22 % pour Le Nouvel Observateur, 21 % pour Le Figaro Magazine et 20 % pour Le Point. C’est le résultat d’une enquête réalisée en juillet par Fiducial et l’Ifop pour le Baromètre des TPE. Autre enseignement : ces dirigeants boudent la presse people ». Il est vrai qu’ils n’ont pas besoin de la lire, puisqu’ils trouveraient dans L’Express, sous la forme d’une personnalisation qui ne néglige nullement la vie privée, de quoi satisfaire leur curiosité.

Cadres et petits patrons sont donc des cibles privilégiées, comme ils le sont pour d’autres publications [25]. L’Express leur offre à la « Une » les services qu’ils recherchent, les kits culturels qui les épanouissent, les peurs qui les font frissonner et les dessous de la politique telle qu’ils la perçoivent.

Denis Perais et Henri Maler

 

Notes

[1Hors son supplément « Styles » : un véritable « sac à pubs » auquel le qualificatif d’information ne peut en aucun cas être attribué et sans le numéro du 11 décembre 2008 qui a été égaré.

[2Une comparaison avec celles de ses principaux concurrents, Le Nouvel Observateur et Le Point, permet de vérifier aussi cette homogénéïté : Voir les rubriques correspondantes du Nouvel Observateur et du Point.

[3Respectivement, les 4 juin et 26 août 2009.

[4« Grippe mexicaine. Les vrais risques » et « Grippe A. Les vrais risques. Comment vous protéger » (respectivement les 7 mai et 23 juillet 2009).

[5Par exemple Marie France en juin 2007 et Elle le 28 août 2009.

[7Les 5 mars et 27 août 2009.

[8Respectivement les 25 septembre, et 16 octobre 2008, 7 mai, 10 septembre et 8 octobre 2009

[9Respectivement, les 9 octobre 2008, 22 janvier et 9 avril 2009

[10Respectivement, les 27 novembre 2008 et 15 janvier 2009

[11« Leur itinéraire. Leur message. Leur vision du monde »

[12La « philosophie » est également invitée en titre troisième de première page six semaines plus tard : « De Platon à Sartre [et après, ndlr ?]. Le sexisme et les philosophes »

[13A l’occasion du démarrage de deux expositions respectivement aux Grand Palais et Musée d’Orsay de début octobre 2008 à début février 2009 consacrées à Picasso et Delacroix d’un côté et à Picasso et Manet de l’autre.

[14Publié en 2008 aux éditions Les documents Stock (note d’Acrimed)

[15Qui est aussi l’occasion de faire la promotion d’un des gros annonceurs de la presse à travers ses différentes sociétés, François Pinault, à l’occasion de l’exposition de ses collections d’art dans sa nouvelle acquisition, la Punta della Dogana. Sur la glorification des milliardaires amateurs d’art, lire « La berceuse à 374 millions » et « Le jardin des délices » paru dans les numéros 18 et 20 du Plan B.

[16Le 25 juin 2009. Et qui tombe au début de l’été et donc à point nommé pour donner envie aux lecteurs de se rendre dans la cité américaine.Et rendre ainsi service aux deux organismes cités dans un encart de la page 67 « New-York pratique », La Maison des Etats-Unis et Go Voyages, dont l’objet est justement de commercialiser séjours et voyages

[17Un dossier qui retrace les principaux travaux d’équipement que projette de réaliser la commune dirigée par le maire UMP Antoine Rufenacht, et dont on comprend assez aisément à sa lecture qu’il a été réalisé à partir de kits de communication établis par la collectivité ou du moins pour son compte

[18A ce titre en « Une ». Le 8 octobre 2009, on peut ajouter en second titre de première page ? « Francs-maçons et politiques. Les liaisons dangereuses ». Qui est l’occasion d’assurer la promotion du livre du journaliste de ...L’Express Eric Koch, Le vrai pouvoir des Francs-maçons préfacé par le Directeur de la...rédaction, Christophe Barbier et publié par les éditions...Express Roularta.

[19Les sept nominations : les 25 septembre et 13 novembre 2008 ; 5 février, 19 février, 19 mars, 28 mai, 18 juin et 17 septembre 2009.

[20les 6 novembre 2008, 15, janvier, 2 avril et 11 juin 2009

[21Les 13 novembre 2008, 7 mai et 30 juillet 2009). Quant à Dominique Strauss-Kahn, Ségolène Royal, François Bayrou, Jean-François Copé, Valérie Fourneyron[Député-maire PS de Rouen et pour l’édition de la région rouennaise spécifiquement], Frédéric Mitterrand, Angela Merkel et Eric Besson, ils doivent se contenter d’une seule apparition[[Respectivement les 23 octobre, 27 novembre 2008, 16 avril, 23 avril, 21 mai, 9 juillet, 6 août, 24 septembre et 8 octobre 2009

[23Sur la « couverture médiatique » de cette guerre, voir notre rubrique : « 2008-2009 : Guerre contre Gaza ».

[24Dans l’encart « A nos lecteurs » qui suit immédiatement son éditorial.

[25Claude Perdriel, propriétaire du concurrent de L’Express, Le Nouvel Observateur est très explicite sur les raisons de ce ciblage le 17 septembre 2009 dans le magazine Stratégies  : «  C’est une tendance générale des journaux de qualité dans le monde que de vouloir monter en gamme, en se débarrassant des lecteurs inutiles pour la publicité  » (cité par Le Plan B n° 20 d’octobre 2009). On comprend ainsi mieux pourquoi les ouvriers et les employés, plus désargentés, sont absents des « Unes »...Stratégie qui devrait d’ailleurs s’amplifier pour les newsmagazines, confrontés qu’ils sont tous à une érosion de leur lectorat : « - 4 % d’audience » pour L’Express contre respectivement « -6 %  » et « - 12,5 % » pour Le Point et Le Nouvel Observateur, toujours selon l’étude AEPM cité dans les colonnes de l’hebdomadaire le 17 septembre 2009

A la une

Actualité des médias n°21 (novembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »