Accueil > Critiques > (...) > Les droits d’auteur des journalistes et créateurs

L’exception et la règle : Le nouveau barème de la Scam

Refuser le nouveau barème proposé par la Société Civile des Auteurs Multimédia (Scam). Tel est l’objet de la « tribune libre » de Jean-Louis Comolli, parue dans Le Monde daté du 1er juin 2005 sous le titre « La création audiovisuelle tuée par les siens » et que dont nous publions ci-dessous la version originale. Elle est suivie d’un « Appel des documlataristes », émanant de plusieurs syndicats et associations (Groupe 24 juillet, SRF, Addoc, CARDO,SFR-SGT). (Acrimed)

Des auteurs en désaccord avec leur propre société ? Des dizaines, des centaines d’auteurs et réalisateurs de documentaires contestant les choix et refusant la logique de la Société Civile des Auteurs Multimédia dont ils sont, pourtant, membres ? Il ne s’agit pas d’une guerre de clochers, d’une querelle de chapelles. Il s’agit de savoir ce que les institutions de ce pays, le nôtre, attendent de leur politique de soutien à la création cinématographique et audiovisuelle, jamais démentie, certes, mais aujourd’hui, dans les faits, bien menacée. Soutien à la création, soit. La création suppose des créateurs, et ceux-ci plus modestement se désignent comme auteurs et réalisateurs d’œuvres pour le cinéma et la télévision. La Scam, la SACD et la SACEM sont leurs sociétés.

Nous venons de formuler les mots du litige : « œuvre », « création », « auteur ». C’est là que le bât blesse les ânes que nous sommes. On nous dit par exemple que toutes les déclinaisons passées, présentes et futures des modules de télé-réalité constituent des « œuvres » et peuvent, pardon : doivent bénéficier de ce fameux « soutien à la création ». Ânes bâtés, décidément, nous avons bien du mal à nous pénétrer de la justesse de cette analyse. Loin de tout byzantin débat pour déterminer où commence l’œuf et où finit la poule, nous pensons que les œuvres tout simplement ont des auteurs qui sont responsables devant des spectateurs (pas des consommateurs). Qu’une chaîne de télévision n’est pas un auteur. Pas plus que ne l’est une société de production.

À quels crimes profite la confusion des genres et des places ? Qui vante les « docu-fictions », mi-chair, mi-poisson, sirènes d’aujourd’hui ? Qui baptise « documentaires » les albums illustrés en images de synthèse et en raccourcis historiques ? Qui ? Ne répondons pas à cette lancinante question. Contentons-nous de remarquer que, de très ancienne mémoire, le marché et les marchands qui en vivent n’ont cessé de pratiquer toutes sortes de « tromperies sur la marchandise » : de traiter leurs « clients » comme des gogos.

Que nos télévisions publiques pratiquent elles aussi de temps en temps le flirt entre marché et mépris ne peut qu’inquiéter. Ce qu’elles mettent aujourd’hui en circulation, pardon : en vente, ce sont de plus en plus souvent des produits soigneusement débarrassés de tout signe d’auteur. Cela arrive même parfois chez Arte, même parfois chez France 5, deux exceptions, pourtant. Normalisés, standardisés, objectivisés, anonymisés, les « documentaires » qui sont diffusés sur les chaînes publiques n’en portent plus que l’étiquette.

Le module aseptisé « National Geographic » est devenu modèle. Qui parle encore de « création » ? Comment ne pas voir que les « Loft » et autres « Popstars » sont d’abord des produits, des opérations de marketing, commercialisés par des firmes spécialisées dans le divertissement-poubelle ? Et si tel est le cas, comment comprendre que certains beaux experts du Centre National du Cinéma ou du conseil d’administration de la Scam puissent leur trouver un air de création ?

Nos responsables politiques, à Paris comme à Bruxelles, se rengorgent à chanter les mérites de l’« exception culturelle française ». Faut-il entendre que cette exception n’excepte pas les produits très américanisés du marché télévisuel mondial ? Qu’elle leur décerne même un brevet d’ « œuvres » qui se traduit par un droit de tirage sur les fonds de soutien à la création ? Faut-il que les dirigeants de la Scam bénissent d’un énergique coup de goupillon cette union sans scrupules ? Faut-il donc qu’une société des auteurs vole au secours du « droit du plus fort », c’est-à-dire de la règle du marché ? N’avons-nous pas adhéré à la Scam précisément pour contrer la puissance de destruction du marché télévisuel ?

Ce n’est un secret pour aucun des téléspectateurs qui nous lisent : les télévisions publiques, en France, sont attirées, faibles phalènes, par la flamme étincelante des succès d’audience dont les télévisions privées, c’est-à-dire marchandes, ont fait leur unique raison d’être. Il est vrai (qui songe à le nier ?) que les émissions de divertissement (oh ! le divertissement préhistorique !) rassemblent un bien plus grand nombre de téléspectateurs que les documentaires dits « de création » - qui ont le tort de traiter des questions du monde en d’autres termes que ceux des journaux télévisés.

Ces documentaires, actes de naissance et raisons d’être de la Scam, se trouvent depuis des années écartés des programmes ou remisés aux heures héroïques des nuits sans sommeil. Mais le succès des programmes de divertissement doit-il entraîner la disparition des œuvres plus ambitieuses ou plus contondantes ? Le marché doit-il annihiler la création ? Qui parlait d’exception culturelle ?

La direction actuelle de la Scam répond en versant de l’eau au moulin du marché. La règle, dit-elle, est qu’il n’y a plus d’exception ; et pour le prouver, elle tente de faire passer une « modification de barème » qui est en réalité une réorientation brutale de sa politique. Ce barème se propose de « classer » les œuvres audiovisuelles selon un nouveau critère : celui de leur durée.

Plus ça dure, plus œuvre c’est. Plus c’est « attributaire » de droits. Pour le dire dans les termes du marché : plus c’est gros, plus ça gagne ! Tant mieux pour les dizaines d’heures répétées ad nauseam de la télé-réalité. Mesurer les œuvres au mètre est en effet plus simple que de les regarder de près pour savoir de quelle étoffe elles sont faites.

Autrefois, au temps des auteurs responsables, les œuvres audiovisuelles étaient classées en catégories selon leur degré d’élaboration et d’originalité par une commission. Le jeu du barème était déterminé par un ensemble de jugements subjectifs. La durée, elle, n’est affaire que de chronomètre. Avons-nous besoin d’une société d’auteurs pour faire tourner le chronomètre ? Ni Beckett ni Kafka, auteurs, n’auraient à imaginer la montée en puissance d’une administration inutile mais autoritaire et intolérante : ce règne est arrivé.

Comme nous combattons cette mesure idiote du temps, la Scam lance un tsunami publicitaire pour faire passer sa mirifique réforme. Pourquoi ? Dans quel but ? À quelles bassesses vise cet abaissement du rôle des auteurs dans leur propre société ? Comme nous posons ces questions, nous sommes dénigrés et taxés d’ « élitisme ». Que ne nous accuse-t-on plutôt de faire encore et toujours « exception culturelle » ? Et comme nous demandons haut et fort que le vote des membres de la Scam sur cette question du barème s’effectue dans la transparence et la rigueur, on nous traîne en justice : comment ? plus de clarté ? plus de rigueur ? vous voulez rire ? À croire que notre demande de validation des procédures a quelque chose d’insultant ! Rappelons que selon les règles adoptées par la Scam, l’huissier ne contrôle que ce que veut bien lui transmettre la Scam elle-même. Est-ce trop demander que d’attendre de cet huissier qu’il recueille lui-même les milliers d’enveloppes des votes par correspondance ? Qu’il les contrôle dès leur réception ? Qui blessons-nous en souhaitant plus de vérité et plus de démocratie ?

Le marché, les marchands ne veulent pas seulement dominer. Ils exigent qu’on les respecte pour cela. Ils voudraient même qu’on les admire. Ah ! narcissisme des puissants ! Nous, auteurs et réalisateurs, avons une autre conception de notre métier d’hommes. Ceux à qui nous nous adressons (et qui sont de moins en moins souvent les patrons des télévisions), nos spectateurs, donc, nous avons le désir de construire avec eux un monde qui ne se résume pas à la grille des programmes.

Jean-Louis Comolli

(Grand Prix 2003 de la Scam pour l’ensemble de l’œuvre).


APPEL DES DOCUMENTARISTES

(Groupe 24 juillet, SRF, Addoc, CARDO,SFR-SGT)

La direction de la SCAM nous propose de voter simplement pour un “nouveau barème” de répartition qui touche en fait aux fondements même de notre société d’auteurs. Même si elle a procédé à des consultations, via des associations en régions, en proposant simplement de formuler des amendements à cette « réforme », le débat a été parcellaire et les différents points de vue - particulièrement ceux des opposants - n’ont pu s’exprimer ni sur le site, ni dans la lettre de la SCAM. Nous considérons donc que le débat collectif et contradictoire, associant tous les auteurs, n’a pu avoir lieu avant le vote. La vocation d’une société d’auteurs n’est pas d’opposer les auteurs entre eux, mais de les unir et de les représenter. L’urgence n’est pas de tenter un coup de force pour changer les fondements de la SCAM. L’urgence est de prendre le temps de débattre, de manière transparente et démocratique, pour consolider un mode de répartition de nos droits légitime et accepté de tous.

Si vous le pouvez, ne votez pas par correspondance, ni par le net. Venez vous exprimer sur place à l’assemblée Générale de la SCAM du 1er juin 2005 Pour dire qu’une autre SCAM est possible.

Avec ce « nouveau barème », la direction de la SCAM propose de considérer nos films d’un point de vue uniquement comptable, d’utiliser un classement mécanique et administratif en s’alignant sur les cases de programmation des diffuseurs et sur leur durée ! Comme si la durée d’une œuvre était gage de son originalité !

Accepter ce « nouveau barème », c’est accepter de voir nos œuvres débitées et pesées comme des saucisses.

Accepter ce « nouveau barème » c’est accepter la classification des diffuseurs de la télévision. Accepter ce « nouveau barème » c’est accepter que les émissions de flux entrent dans le répertoire de la SCAM comme si elles étaient élaborées de la même manière qu’une œuvre de création.

Accepter le « nouveau barème » c’est permettre à l’administration de gérer nos films en amplifiant le poids du marché, en effaçant les diversités individuelles et les originalités de chacun.

Accepter le « nouveau barème » c’est laisser l’administration de la SCAM préparer de nouvelles adaptations « simples » au marché.

Ce changement de mode de répartition de la SCAM s’inscrit dans un plus vaste mouvement de marchandisation de toute création auquel nous sommes tous largement confrontés. Il faut lui dire NON à l’AG du 1er juin et poursuivre le combat pour sauver la création, faire respecter enfin le cahier des charges des chaînes de télévision, obliger le CSA à appliquer la loi, exiger une régulation claire de l’État pour l’accès aux soutiens publics du CNC.

L’ARGENT PUBLIC DOIT ALLER AUX ŒUVRES, PAS AUX MARCHANDISES !

Nous estimons dangereuse la confusion de plus en plus entretenue entre œuvre et produit audiovisuel : « télé-réalité », « docu-fiction », « docu-soap », « reportages en immersion ». La confusion des genres et le commerce des regards s’installe au service d’une logique purement industrielle qui n’a plus rien à voir ni avec l’art, ni avec la pensée du cinéma. Ces prétendues « œuvres », dont on ne connaît pas les auteurs, (car elles sont produites à partir de pures logiques commerciales) ne sont que des marchandises : elles ont pour but d’annihiler la distance critique du spectateur, pour le transformer en simple consommateur d’images, d’appels téléphoniques et de produits dérivés. Comme ces productions ne sont pas des œuvres, elles ne doivent pas en conséquence pouvoir bénéficier des aides publiques à la création, ni entrer dans les quotas de diffusion fixant les obligations des télévisions.

La télévision est devenue le champ de tous les commerces et l’espace privilégié des trafiquants d’une « narcoculture » avilissante. Or la télévision est un espace public, un « bien commun » qui devrait être protégé de la seule logique commerciale.

Cette logique industrielle, qui nous interdit de regarder le monde en dehors d’un système de représentation pré-établi par les diffuseurs d’images, nous la nommons « formatage ». C’est un ensemble de règles éditoriales fixant la dramaturgie, la relation aux personnes filmées, leur construction en personnages, le ton, le commentaire et donc « in fine » le regard porté sur la « réalité » traitée. Ce « formatage » à la télévision comme ailleurs (dans le documentaire comme dans la fiction), qui se cache sous les oripeaux du « naturel », a aujourd’hui atteint un seuil qui constitue un véritable danger pour la démocratie !

Il nous faut donc affirmer, à nouveau, que toute image est le fruit d’un regard singulier, c’est-à-dire d’une prise de position morale et politique... Le réel n’accouche de son sens que dans une construction par laquelle un auteur s’implique complètement ; encore faut-il que la pression de l’éditeur (à travers « l’audimat » ou le « ciné-chiffres ») le lui permette et qu’il puisse maîtriser l’ensemble du processus de création.
C’est dans le rapport entre la mise en forme et la manière de regarder le monde, de le transformer par son regard, que se construit l’œuvre. Et c’est seulement au moyen de ce travail que peuvent surgir des moments de réalité : celle de l’auteur, celle du sujet montré et celle du spectateur.


TOUT LE RESTE N’EST QUE PROPAGANDE, PUBLICITÉ OU COMMUNICATION !

Nous voulons une politique publique qui cesse d’alimenter les produits et la monoculture marchande imprégnée du « formatage » en provenance d’outre-atlantique.

Nous exigeons une vraie « diversité culturelle » dans les actes (et pas seulement dans les paroles !). Pour la constitution d’un patrimoine pérenne, l’argent public ne doit plus aller au flux mais aux œuvres.

Nous exigeons, sur ces bases, que soit affirmée par le CSA, le CNC et le Ministère de la Culture une réglementation mettant un terme à la répartition des soutiens publics aux « œuvres » sans auteur, aux produits sans éthique.


Nous exigeons de la Scam, notre Société d’auteurs, qu’elle cesse d’alimenter la confusion entre flux et œuvre, en calquant la répartition des droits versés aux auteurs sur celle des durées et des cases des grilles de programmation de l’industrie. L’allégeance au marché doit cesser !

Votons NON à la « réforme du barème » de la SCAM.

L’ŒUVRE N’EST PAS UNE MARCHANDISE !

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.

Le Parisien atteint par des tirs de LBD ?

Abus de titraille.

Lire : Ces cons de journalistes ! d’Olivier Goujon

Dans Ces cons de journalistes ! (Max Milo, 2019), le journaliste et photoreporter Olivier Goujon revient, exemples et témoignages à l’appui, sur la détérioration des conditions de travail des (...)