Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > (...) > Les jeudis de 2003 à 2014

Jeudi d’Acrimed : « La presse satirique », le 14 mai

Présentation rapide du débat. La vidéo de l’intervention de Stéphane Mazurier se trouve ici.

Qu’elle soit investigatrice comme le Canard Enchaîné, engagée à gauche comme Charlie Hebdo ou engagée à l’extrême droite comme Minute, la presse satirique a toujours joué un rôle majeur de la vie politique française.

Qu’elle soit anticolonialiste comme Siné Massacre, soixante-huitarde comme L’Enragé ou anti-gaulliste de droite comme le Crapouillot, la presse satirique s’est (presque) toujours bâtie et développée contre le pouvoir institutionnel.

Qu’elle soit infréquentable comme l’Idiot International ou bête et méchante comme Hara Kiri, la presse satirique a souvent dû faire face aux interdictions, procès et autres formes de prohibitions.

Pour discuter de l’histoire de la presse satirique – et notamment celle de Charlie Hebdo - de son évolution et de tous ces sujets, venez participer au prochain Jeudi d’Acrimed :

« Jeudi d’Acrimed »


Jeudi 14 mai, à 19h,
à la Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d’eau, Paris 10ème

Avec :
- Stéphane Mazurier, Agrégé d’Histoire, auteur de Bête, méchant et hebdomadaire. Une histoire de Charlie Hebdo (1969-1982) [1].

***

En guise d’introduction

- La presse satirique dont la vocation est ouvertement politique et classable à la gauche de gauche comme Charlie Hebdo (avant son évolution droitière sous l’ère de Philippe Val) ou La Grosse Bertha, s’inscrit plus exactement dans une histoire marquée par deux journaux créés par Siné : non seulement Siné Massacre, mais surtout L’Enragé. Voir notre article ici-même : La presse satirique (1) : De Siné Massacre à L’Enragé (avec vidéo).

- Du hold-up sur un titre par Philippe Val au détournement de son orientation éditoriale avec le concours des plus jeunes : retour sur la normalisation de Charlie Hebdo. Voir notre article ici-même : Une histoire de Charlie Hebdo.

- Le premier Charlie Hebdo, celui de Choron et Cavanna entretenait parfois des rapports conflictuels avec la presse dite « sérieuse ». Stéphane Mazurier s’est penché sur le sujet dans un chapitre de son livre. Extraits ici-même : « Ces gens-là nous ignoraient » : Charlie Hebdo et la presse « sérieuse ».

- Lors de l’été 2008, Acrimed a été solidaire du dessinateur Siné dont le congédiement de Charlie Hebdo constitua une atteinte évidente à la liberté d’expression. Voir notre article ici-même : Face à Philippe Val, Charlie Hebdo et BHL, Acrimed soutient Siné.

 

Notes

[1Aux éditions Buchet/Chastel, Paris, 2009.

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique