Accueil > Critiques > (...) > D’autres quotidiens nationaux

Grève et licenciement à "France Soir"

En grève depuis quatre jours, les journalistes de France Soir se réunissent en Assemblée Générale le 13 septembre 2002. C’est le lieu et le moment choisis par la direction pour annoncer le licenciement du président de la Société des journalistes , Jean-François Kervéan. La grève a été reconduite et la résolution suivante a été adoptée par les grévistes.

Aubervilliers, le 13 septembre 2002

Pression à l’italienne

Après les réductions budgétaires, les licenciements, voici venue l’heure des menaces et des chantages.

Alors que la rédaction du quotidien FRANCE SOIR est en grève depuis quatre jours pour s’opposer aux nouveaux licenciements annoncés mardi, le directeur de la publication, Giovanni Serafini, a annoncé, lors d’une assemblée générale, que Jean-François Kervéan, président de la Société des journalistes de FRANCE SOIR, était licencié et qu’il allait recevoir une lettre recommandée à son domicile, lundi 16 septembre.

Cette mesure est évidemment dirigée contre l’un des porte-parole des catégories menacées. Il s’agit évidemment de faire taire " les agitateurs ", comme la direction a l’habitude de nommer certains élus du personnel.

La rédaction, qui, le matin même, avait reconduit à une large majorité (41 voix pour, 30 contre) la grève qui dure depuis le mardi 10 septembre, juge scandaleux que les dirigeants de Poligrafici Editoriale, société italienne éditrice de FRANCE SOIR, s’en prennent à un représentant de la rédaction, élu à la Société des journalistes, et considère indignes et consternantes de telles méthodes.

La rédaction

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

François Pinault (et Le Point), rendez l’argent !

L’hebdomadaire profite si bien d’un système tant décrié.

Appel à dons : 20 000 euros pour préparer 2020 !

Nos seules ressources financières : votre soutien.

Le mépris des médias : une raison de plus pour se mobiliser !

Un tract pour les manifestations « contre le projet de réforme des retraites » (10/12).