Accueil > Critiques > (...) > 2003 : Porto Alegre, Evian, Larzac

Comment France 2 décrit Genève en « état de siège »

Mercredi 28 mai 2003. Sur France 2, à 13 h, Daniel Bilalian, évoquant le G8 d’Evian, annonce ainsi le reportage qui va suivre : « Sur le territoire suisse, c’est véritablement, vous allez voir, l’état de siège »
Et on a vu l’état de siège !

Le reportage, sur des images de Genève (et non du « territoire suisse »…), commence ainsi : « Habituée à la tranquillité, Genève se prépare à la plus grande manifestation de son histoire ». De quelle manifestation s’agit-il ? C’est ce que nous explique la phrase suivante dont l’ordre est tout sauf indifférent : « Sur les bords du Léman, 1700 à 2700 casseurs devraient se mêler aux 60 000 altermondialistes prévus dimanche ». C’est ce qu’on appelle un « angle », dont la suite confirme l’intention : « Pour éviter la casse, les commerçants se barricadent et les marchands de bois font de bonnes affaires ». Les « bonnes affaires » en question s’expliquent par les images qui montrent des vitrines protégées par des panneaux de bois.

Quant à la vie des commerçants, la suite nous l’explique : « La plupart des bijoutiers ferment pendant le G8 et tentent de compenser ce manque à gagner avant le début des festivités ». Pour justifier cette tentative de compenser, les images montrent des vitrines de bijouteries. Eloquent ! Quant à l’emploi du terme « festivités », ce doit être une plaisanterie fine, comme l’épicerie du même qualificatif.

« Nassim Nahmias n’ouvrira pas son magasin de demain à lundi prochain ». Et Nassim Nahmias, bijoutier, d’expliquer devant la caméra qu’il va fermer son magasin parce qu’il manque d’indication de la part des autorités et que les assurances ne couvrent pas les risques.

Et notre bon commentateur de reprendre : « A Genève, en ce moment, le bois est à la mode. Sur cette place, en quelques jours, tous les commerces ont changé d’aspect ». Nouvelles images de vitrines recouvertes. Des images et un commentaire à répétition que conforte le témoignage d’un barman qui a vu, de ses yeux vu, la place en train de changer. Voilà pour introduire son propos devant la caméra. Un propos ambivalent d’ailleurs, puis que le barman constate : « C’est une psychose qui s’installe, mais gentiment ». Avant d’indiquer : « Je pars cependant quatre jours, et je pars très très loin ».

Conclusion de ce sujet dont la valeur informative n’échappera à personne : « Des commerçants qui désertent et des altermondialistes qui installent déjà leurs villages alternatifs quatre jours avant l’arrivée des chefs d’Etat du G8  ». Une bien belle phrase, sur des images fugitives (quelques secondes) de quelques stands en cours d’installation sur la « Zone autogérée ».

Quant à savoir ce que font ces gens qui viennent « déjà », ce sera pour une autre fois. A moins que ce ne soit après la fin du redoutable « état de siège », dont on vient de voir de fascinantes images.

H.M.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Filmographie - Des documentaires sur les médias et le journalisme (8) : de P à Q

Plus précisément : de « Le Pacte fragile » à « Qui sème la misère récolte la rage ».

Incendie de Notre-Dame : quand France Info balayait d’un revers de main le danger lié au plomb

En plus de sa rubrique « Vrai ou fake » dédiée au fact-checking, certains articles disponibles sur le site web de France Info ressemblent à s’y méprendre à de la « vérification des faits » : sélection (...)