Accueil > Critiques > (...) > Publicité : dépendances économiques et éditoriales

Le Nouvel Observateur et la publicité (1)

Chiffres de vente, suppléments et publicité

Quelques réponses de Laurent Joffrin

Sur le site du Nouvel Observateur, Laurent Joffrin répond [1]. Et ses réponses permettent se faire une idée du rapport entre la diffusion, les suppléments et la publicité dans cet hebdomadaire

Chiffres de vente et suppléments

Question de Emmanuelle Vignolles :Le bilan chiffré de la nouvelle formule de l’Obs, quelques mois après sa mise en œuvre ?

Réponse  : Depuis les changements de l’automne dernier, nous sommes repassés en tête des ventes en kiosque. Nous avons progressé de 4% en 2000. le supplément Paris nous a procuré une augmentation des ventes de 20% environ dans la zone concernée. Le supplément Télé semble apprécié par nos lecteurs interrogés par sondage. La réforme de la maquette a été bien accueillie. Nous avons établi cette année une vente totale record (470 000) et un bénéfice également record.

Informations et suppléments


Question de MichelBaissiere
:Le supplément Paris-Ile-de-France, qui aborde quand même les sujets au ras des pâquerettes (où draguer, le classement des lieux de culte, paris in &out), ressemble plus à une sorte de sous-VSD raté qu’au Nouvel Observateur que nous aimons. Envisagez-vous de relever le niveau ou, au contraire) de rester dans le caniveau ?

Réponse : Le supplément Paris est de bonne qualité, même si l’on peut contester tel ou tel choix (comme on le fait pour l’Obs lui-même). Nous nous efforçons chaque semaine de l’améliorer. Je ne vois pas en quoi le guide des lieux de cultes nous jette dans le caniveau, pas plus que la recension des lieux à la mode et de ceux qui le ne sont plus. C’est le rôle d’un hebdo de proximité que d’aborder ces sujets.


Question de KarineLiret
 : Que pensez-vous de la rubrique les Choses de la vie, avec ses objets spécial prolétariat en lutte, genre pull à 5000 francs sans les manches, canapé à 30.000 francs début de gamme etc. ?

Réponse : Nous traitons de la mode et de la consommation en laissant une part aux objets de luxe. Je comprends que cela puisse choquer. Nous nous efforçons de varier les recommandations et les prix. Mais le luxe fait partie de la vie contemporaine. il arrive même qu’il fasse rêver. Mais je reconnais que cette position nous expose à une critique légitime, dont nous essayons de tenir compte.

Suppléments et publicité ...

Question de OlivierNederlec : Le dernier Obs. compte moins de page de rédaction (publicité déduite) que les suppléments qui n’ont d’autre intérêt que de faire croire à l’acheteur qu’il trouvera du contenu et de l’information. GROSSE DECEPTION Sans compter vos rubriques "consommation" déguisées en mode de vie ("les choses" faudrait-il en avoir ....) qui font facilement penser aux plus belles heures des années 80. Au moins dans la "Défonce du consommateur" du magazine Lui, la plastique des modèles compensait partiellement la faiblesse du rédactionnel. TRES GROSSE DECEPTION Comme patron de la "rédaction" souhaitez-vous vraiment transformer ce grand hebdomadaire que vous réalisiez (il y a qq. temps) en catalogue ? La Redoute commentée ? A décharge qq. rares bons articles mais là n’est pas l’objet.

Réponse : Vous êtes injuste avec les suppléments de l’Obs, qui sont d’une bonne qualité. Le nombre de pages est essentiellement lié à la présence d’un programme Télé, que les lecteurs ont l’amabilité de trouver utile.


Question de mathieu b
:On a dit que le Nouvel Observateur était un journal de gauche parce que c’est sur les pages de gauche qu’on lit les articles vu que sur les pages de droite il n’y a que de la publicité. Etes-vous d’accord ? Combien coûterait le journal avec 30% de pub en moins ?

Réponse : Nous avons trop de publicité. Nous nous efforçons de mieux répartir les annonces, ce qui n’est pas facile. Mais il est dangereux de refuser de la publicité. Avec 30% de chiffre d’affaires publicitaire en moins, nous sommes déficitaires. Nous devrions alors trouver de l’argent à l’extérieur, ce qui menacerait notre indépendance, ou bien réduire la pagination et licencier, ce que nous souhaitons éviter.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1 : http://www.nouvelobs.com/cgi/nouvelobs/forum_visu?last=01.000000775 (attention ce lien n’est peut-être pas permanent)

A la une

Covid 19 : les éditocrates serrent les rangs derrière Macron

... et balaient d’un revers de main les critiques.

Au nom du pluralisme, taisez-vous !

Une déclaration d’Acrimed à destination des éditocrates et des économistes à gages.

Démocratiser les grands médias

Une tribune du sociologue Alain Accardo.