Accueil > (...) > Débats et initiatives : annonces et présentations

Université de Printemps de l’OFM (avril 2005)

A Dourdan (Essonne) , les 23 et 24 Avril 2005

UNIVERSITE DE PRINTEMPS DE L’OFM

I. Programme (sous réserve de modification de dernière minute)

Samedi 23 avril 2005
Plénière dans la grande salle du centre culturel de Dourdan

Tables rondes :

- États des propositions contre la concentration
présidée Christian Pradié (maître de conférence en Sciences de l’information et de la communication)

- Quelle évolution pour le service public ?
co-présidée par Pierre Musso (professeur en Sciences de l’information et de la communication) et Serge Regourd (professeur en Sciences de l’information et de la communication)

- Quel avenir pour le Tiers secteur audiovisuel ?
présidée par Guy Pineau (chercheur)

- Médias, cultures, langues, quelle diversité face à la mondialisation ?
co-présidée par Armand Mattelart (président de l’OFM, professeur en Sciences de l’information et de la communication) et Claude Michel (CGT Spectacles)

- Quelle éducation aux médias ?
présidée par Denis Rougé (président des Pieds dans le Paf)

- Quelle critique des médias ?
présidée par Henri Maler (co-animateur d’Acrimed)

- Le Traité constitutionnel européen et les médias
présidée par Bernard Cassen (président d’honneur d’Attac)

Dimanche 24 avril 2005

Matin : Comptes-rendus et plénières de conclusion.
L’université s’achèvera après le repas du midi.

II. Informations pratiques (lieu, prix, hébergement, itinéraire, préinscription...) : Sur le site de l’OFM (lien périmé)

Affiche de Max Lemoyne

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

La rédaction quitte les Cahiers du cinéma (communiqué)

Un communiqué de la rédaction des Cahiers du cinéma.

Claude Askolovitch à propos du « Masque et la plume » : touchez pas au Garcin !

Quand une défense corporatiste valide le sexisme.

Affaire Dupont de Ligonnès : les médias plaident la « méprise »

De l’impossible autocritique médiatique.