Accueil > Critiques > (...) > Construction médiatique de l’opinion économique

En bref

« Une réforme de bon sens » : à la radio, des éditos partisans d’une réduction des droits au chômage

par Maxime Friot,

Dominique Seux sur France Inter, François Lenglet sur RTL, Nicolas Bouzou sur Europe 1. Trois éditorialistes économiques, trois radios, trois manières d’approuver la réforme de l’assurance chômage – qui consiste à diminuer la durée d’indemnisation si le taux de chômage est inférieur à 9 % [1].

Sur France Inter (22/11), Dominique Seux regrette qu’il n’y ait pas eu d’étude d’impact, « en clair [d’] analyse économique et sociale de ses effets concrets et de la situation actuelle ». Mais cela ne l’empêche pas de juger que la réforme « repose sur un principe logique » – elle « présente un vrai intérêt » écrivait-il la veille dans Les Échos. [2]

« Ça reste très protecteur », « rien de scandaleux » : sur Europe 1 (22/11), Nicolas Bouzou n’est pas aussi regardant que son confrère. Et celui-ci de faire le SAV du gouvernement :

Nicolas Bouzou : Les syndicats remettent en cause le principe de l’efficacité de la réforme parce qu’ils ne veulent pas admettre une vérité : c’est que les conditions d’indemnisation, elles ont des conséquences sur l’emploi.

Dimitri Pavlenko : C’est scientifiquement documenté, ça, hein ?

N. B. : Ouais, absolument. Si vous indemnisez longtemps quand le marché du travail va bien, vous encouragez les demandeurs d’emploi à prendre un petit peu de temps. C’est mauvais pour eux ! Parce que durant ces périodes de non-emploi, ils perdent en compétence, et ils reviendront sur le marché du travail avec un salaire plus faible. Tout le monde y perd, hein ! Les entreprises qui n’arrivent pas à recruter, et les demandeurs d’emploi qui perdent en compétence.

Puis d’écarter la critique d’un revers de la main : « En tout cas, il est difficile de soutenir qu’elle est méchamment antisociale ! » Et d’enfoncer le clou :

Dimitri Pavlenko : Ceci dit, le gouvernement, comme le rappelle Dominique Seux dans Les Échos ce matin, aurait peut-être pu l’assortir d’une étude d’impact, pour apporter la preuve de ce qu’il dit.

Nicolas Bouzou : Oui, mais honnêtement, il y a de la documentation, hein.

Nous voilà rassurés.

« Honnêtement, une réforme de bon sens » : sur RTL (22/11), François Lenglet va dans le même sens. Et à Yves Calvi, qui « rappelle que les syndicats sont vent debout contre la réforme », il répond : « Oui, honnêtement, c’est pas très compréhensible, ni très justifié. »

Et sinon, le pluralisme dans les médias, c’est pour bientôt ?


Maxime Friot

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Sauf si le taux de chômage connaît une progression supérieure à 0,8 point sur un trimestre.

[2Une idée qu’on retrouve d’ailleurs dans un édito… du Monde (23/11) : « Le raisonnement selon lequel l’instauration d’un régime d’indemnisation plus sévère conduirait mécaniquement à réduire les tensions sur le marché du travail peut sembler cohérent. Sa limite est qu’il ne s’appuie sur aucune étude sérieuse et détaillée. »

A la une

Reporterre : La liberté d’informer attaquée

« Un journaliste de Reporterre est poursuivi pour avoir fait son métier : informer sur une action militante. »