Accueil > Critiques > (...) > Attentats aux Etats-Unis d’Amérique

Les lendemains du 11 septembre (2)

Tous médias : "Cachez ces causes qui nous importunent"

Le lendemain même des attentats du 11 septembre 2001, la mutilation des explications commence : un interdit de comprendre est naïvement ou cyniquement déclaré, sous couvert du refus légitime de justifier. Cela commence, par exemple, par un commentaire saisi sur TF1 et que nous avions titré en 2001 : « Cachez cette opinion que je filme pour l’anéantir. » (22 août 2002)

TF1, 12 septembre, vers 21 heures. Micro-trottoir à New-York. Des américains disent leur effarement. L’un d’entre eux, le dernier au montage, se risque à dire que les attentats s’expliquent peut-être aussi par les injustices commises dans le monde par les U.S.A. Commentaire immédiat qui conclut le reportage : " On s’imagine bien que ce n’est pas ce que pense la majorité des américains ". (Première publication : 13-09-2001)

- Chercher à ne pas comprendre

Face à l’ampleur des destructions et au nombre des victimes, la réflexion immédiate sur les causes peut paraître inopportune, voire indécente. L’une de ces causes, pourtant, ne peut être passée sous silence : "le terrorisme a pour cause le terrorisme". Et comme c’est indéniable, tous les médias se précipitent sur la chronique des avions détournés, des prises d’otages et des attentats ; sur les description de la " mouvance terroriste " et sur la biographie de Ben Laden et de ses réseaux ; sur les défaillances des services secrets et sur les failles de la sécurité aérienne. Soit.

Pourtant, ce trop plein ne suffit pas. Alors, dans la presse écrite surtout, on s’interroge sur les conséquences éventuelles de " l’isolationnisme " qu’aurait pratiqué l’administration Bush. C’est un peu court. Mais, comme il ne faut pas - ce serait inopportun, voire indécent - remonter plus haut dans la chronologie et creuser plus profond dans la détection des causes, on s’arrête là, stupéfaits au milieu des décombres.

Quelques exceptions, bien sûr, discutables - évidemment - trouent le silence. Exemples :Christian Malar, sur France 3, le 12/09 vers 19h30, et … Serge July, dans Libération (13/09, dernière page) : " La meilleure défense contre le terrorisme, ce n’est pas la guerre, c’est la justice ". Faudra-t-il décorer Serge July ? (Première publication : 13-09-2001)

- Le dur chemin de la vérité

La biographie de Ben Laden oblige à raconter qu’il a été soutenu par la CIA. Que ses "réseaux" ainsi que le talibans ont bénéficié de l’appui du gouvernement et des services secrets américains pendant la guerre contre l’intervention soviétique en Afghanistan et au-delà. Que les "terroristes" sont donc, pour une part, leur créature. Mais presque jamais le récit ne va jusque-là : ce serait basculer dans la recherche des causes...

Peu à peu, cependant, la vérité se fraie un chemin. Le soupçon de "cynisme" jeté sur la politique américaine, prudemment distillé par Le Monde, atteint reportages et commentaires. Ainsi sur TF1, dans une brève évocation au journal de 20 heures. Comment, en effet, "à l’heure de la riposte", ne rien dire du soutien accordé par les gouvernements des USA au régime des talibans, à celui du Pakistan, à celui d’Arabie saoudite ? On peut même lire, dans Libération du 17 septembre, une analyse de François Lafargue titrée, sans la moindre ambiguïté "Ceux qui ont fabriqué les taliban". Il est vrai qu’il s’agit d’une "Tribune libre"...
(Première publication : 13-09, complété le 17-09 -2001- Titre modifié)

Soyons justes (ou, du moins essayons...).

- Dès le 13 septembre, Marianne publiait (pages 21-22) une entretien avec Richard Labevière (Rédacteur en chef à RFI), titré, à propos de Oussama Ben Laden, "Un pur produit des services américains". Antiaméricanisme primaire ? (19-09-2001)

- Le Figaro s’éveille... Dans Le Figaro du 19-09, page 8, on peut lire en bas de page à droite, un articulet (mais en caractères gras..) intitulé "Liaisons dangereuses", qui rappelle le soutien accordé aux talibans par le gouvernement des USA... (Première publication : 19-09-2001)

- L’Express aussi. L’Express consacre - sous-le même titre que celui du Figaro : "Liaisons dangereuses" - un long article aux alliances tissées par le gouvernements des USA en Afghanistan. Quant à tenter d’en tirer des leçons, ce sera pour une autre fois... (Première publication : 22-09-2001)

Quant à toutes les autres questions que l’on pourrait se poser, elle seront déclarées inconvenantes et, pour tout dire, « antiaméricaines »

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Halte aux casseurs du journalisme !

Un communiqué d’Acrimed à la suite de l’acte XXIII des gilets jaunes.

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme

Un slogan adressé aux policiers lors de manifestations… mais incompatible avec le prêt-à-condamner dominant.