Accueil > Critiques > (...) > Loin du Venezuela

Pourquoi CNN et El Pais agressent le gouvernement vénézuélien

" Nombreux sont les négoces de l’économie globale qui ne résultent pas d’une meilleure position de compétitivité sur le marché, mais sont le fait de l’intégration de l’élite économique à des réseaux informels de pouvoir et de trafics d’influences. (Liens revus). C’est sur cet aspect que le pouvoir du Groupe Cisneros est redoutable et lui permet d’influencer la politique nationale et internationale. " Deux articles de Heinz Dieterich Steffan, parus dans Rebelión, et traduits par Frédéric Lévêque, pour RISBAL.

Pourquoi CNN agresse le gouvernement vénézuélien ?

Par Heinz Dieterich Steffan, Rebelión, 28.12.02.

L’agression médiatique prolongée de la transnationale étasunienne CNN (Cable News Network) contre le processus bolivarien est due à quatre facteurs :

- 1. les intérêts et les réseaux économiques, politiques et académiques internationaux du magnat anti-chaviste vénézuélien Gustavo Cisneros et d’autres membres de l’oligarchie vénézuélienne, comme l’ex-président de PDVSA (l’entreprise pétrolière publique vénézuélienne, NdT), Luis Giusti, qui, en 1998, a voulu privatiser l’entreprise et est, de nos jours, conseiller sur les questions énergétiques du président George W Bush ;

- 2. la vente de CNN à la transnationale Time Warner, Inc. en 1996, et la fusion ultérieure avec America Online (AOL), en 2001 ;

- 3. la subordination inconditionnelle de CNN au projet de Nouvel Ordre Mondial de George W.Bush, Donald Rumsfeld et Dick Cheney, après le 11 septembre et ;

- 4. L’état professionnel déplorable de ses journalistes, modérateurs et de commentateurs.

[Lire l’article](Lien périmé)

Traduction (esp-fr) : Frédéric Lévêque, pour RISBAL. - Article original : ¿Por qué CNN agrede al gobierno venezolano ?© COPYLEFT Rebelion 2002.

Pourquoi "El País" agresse le gouvernement vénézuélien ?

Par Heinz Dieterich Steffan, Rebelión, 23.12.02.

Trois années de guerre d’information de la chaîne de télévision étasunienne CNN et du journal espagnol El País contre le gouvernement constitutionnel de Hugo Chávez obligent à s’interroger sur les motifs de cette agression médiatique incessante. Comment explique-t-on leur attitude anti-éthique contre un des gouvernements les plus démocratiques de l’Amérique latine ?

La réponse se trouve au sein du réseau d’affaires économico-politiques du néo-colonialisme espagnol, du néo-libéralisme américain et de certaines oligarchies latino-américaines. Sont en scène le magnat vénézuélien Gustavo Cisneros, l’ex-président social-démocrate vénézuélien Carlos Andres Pérez, de l’Espagne l’ex-premier ministre social-démocrate Felipe González, l’actuel premier ministre José María Aznar, le magnat Jesus de Polanco, l’ex-président argentin Carlos Saúl Menem et l’élite politique républicaine des Etats-Unis, la dynastie Bush en particulier.

Le versant européen du réseau a été établi durant les années 70, quand Felipe González était secrétaire général du Parti Socialiste Ouvrier espagnol (PSOE), et Carlos Andres Pérez président du Venezuela (1974-79). González, choisi, formé et financé par le chef de la social-démocratie allemande et de l’Internationale Socialiste (IS), Willy Brandt, pour la charge de futur premier ministre de l’époque post-Franco, partageait avec Pérez les files de l’Internationale Socialiste. Rapidement, le "Calife rouge andalou" et le caudillo des Caraïbes ont entamé une grande amitié, à laquelle se joignit l’important homme d’affaires Gustavo Cisneros, dont les multiples relations internationales et les richesses furent utiles au socialiste espagnol.

Lire l’article : [lien périmé, mars 2010]

Traduction : Frédéric Lévêque - Texte original : ¿Por qué CNN y El País agreden al gobierno venezolano ?© COPYLEFT Rebelion 2002

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.

Dupont de Ligonnès. Jour 2 : l’autocritique médiatique n’aura pas lieu

Quand le « décodage » remplace l‘autocritique.

Dupont de Ligonnès : à France Info, le fait divers était presque parfait

La triste fin d’un fait divers cuisiné aux petits oignons.