Accueil > Critiques > (...) > Les médias et les quartiers populaires

Mort de Nahel : l’interrogatoire en règle d’Apolline de Malherbe face à Manuel Bompard

par Florent Michaux, Pauline Perrenot,

Le 6 juillet, Apolline de Malherbe n’a certes pas battu son record du 1er mai 2016 : une « interview » au cours de laquelle elle somma Olivier Besancenot (NPA) de « condamner les violences » (à au moins 8 reprises) et de se « désolidariser des casseurs » (à 11 reprises). Mais les révoltes populaires survenues après la mort de Nahel lui ont donnée l’occasion d’un nouvel interrogatoire au sommet. Face à Manuel Bompard de LFI, tout a été bon pour matraquer la gauche : injonctions, sommations, interruptions et disqualifications permanentes.

« Évidemment que j’allais vous poser la question sur cette suite. Et on va la poser cette question de la suite  », plastronne Apolline de Malherbe au cours de cet entretien à sens unique. Elle y vient, en effet... à trois minutes de la fin. Et ce, moins pour s’enquérir des « suites  » proposées par La France insoumise que pour mettre en débat... la « boîte à outils » de la droite. Comme le résume très bien Apolline de Malherbe elle-même, le cadrage du débat ne peut être que répressif : les « sanctions  », les « prises de sanctions ». Dès lors, plutôt que de laisser son invité avancer son propre agenda, elle le noie sous celui des autres. Les « bonnes idées » d’Emmanuel Macron, d’abord – ayant déclaré sa volonté « à la première infraction » de « sanctionner financièrement et facilement les familles » – et celles d’Arnaud Robinet (maire Horizons de Reims), ensuite, ayant proposé de « faciliter la résiliation des baux voire l’expulsion de familles ou de personnes seules [en cas de condamnations pénales] qui pourrissent la vie des gens dans nos quartiers » [1]. Bilan des courses : Manuel Bompard n’a pas pu avancer un cadrage alternatif... ni formuler la moindre proposition sur le terrain social. Du coup, une question se pose : pourquoi continuer à accepter de tomber dans de tels guet-apens ?


Pauline Perrenot et Florent Michaux pour le montage vidéo

 
Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1BFM-TV, 5 juillet 2023.

A la une

Purge politique à France Inter

Les méfaits d’Adèle Van Reeth, suites.