Accueil > Critiques > (...) > Le prêt-à-penser des quotidiens d’Alsace et de Lorraine

Les DNA au secours de Tony Blair

par Stanislas,

Dans son éditorial du 31 juillet 2003 - « Tony Blair, l’Irak et l’économie » - , Alain Howiller, dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace, nous explique en quoi le Premier Ministre de Sa Gracieuse Majesté mérite de rester encore longtemps en place : l’Europe a besoin d’un tel modèle...

Dès l’ouverture de son papier, Alain Howiller ne cache pas son inquiétude : « Ebranlé par l’affaire Kelly, confronté à sa gestion de l’affaire irakienne, Tony Blair s’efforce de faire face et de sauver ce qui peut l’être. Son partenaire américain connaît les mêmes déboires. Il est pourtant un point qui permet au Premier Ministre britannique d’espérer pouvoir traverser la crise actuelle, c’est celui concernant la situation de l’économie. Certes, comme la France, l’Italie ou l’Allemagne, la Grande-Bretagne est confrontée aux déficits publics qui se creusent, mais le marché de l’emploi, même si le nombre de demandeurs d’emploi a progressé en juin, reste soutenu. »

Cela suffira-t-il ? On sent bien qu’Alain Howiller l’espère fortement. C’est pourquoi il poursuit sur le même ton :

« Le taux de chômage s’inscrit à 3,1%[...]. Il est vrai que pour comparer le taux réel d’un pays à l’autre, il vaut mieux prendre en compte un taux de chômage calculé selon les normes établies par le Bureau International du Travail (BIT) : le taux de chômage (chômeurs non indemnisés compris) s’établit alors à 5,1%, ce qui correspond à près de la moitié des taux rencontrés sur le continent, en France ou en Allemagne. »

On admirera la finesse rhétorique : par une concession de pure forme consistant à se référer au BIT pour le calcul du nombre des chômeurs, on peut alors tranquillement passer sous silence, en vrac : le problème dit des working poors (des personnes ayant un emploi mais ne pouvant en vivre décemment), l’insécurité et l’instabilité des emplois proposés ou le phénomène du travail des enfants que des sociologues horrifiés ont vu réapparaître en Grande-Bretagne ... Par ailleurs, pas un mot sur les ravages de l’ère thatchérienne que Tony Blair s’est bien gardé de réparer, avec en tête l’état de délabrement avancé du système de santé britannique.

Déjà, presque tout est dit, et notre éditorialiste entame un second paragraphe visiblement soulagé : « Les chiffres du marché du travail mettent donc un peu de baume au coeur de Tony Blair, d’autant que la Grande-Bretagne continue de bénéficier d’un fort taux d’investissements étrangers sur son territoire. » Suivent alors de fastidieuses considérations sur les « projets financés par des fonds provenant de 35 pays », faisant de la Grande-Bretagne la première « [destination des investissements directs étrangers en Europe  », grâce évidemment à « un cadre économique et réglementaire favorable », comprenez par là : plus de règlements en matière économique !

Bref, les Britanniques seraient bien ingrats s’ils venaient à renvoyer lors des prochaines élections ce dirigeant que le monde entier ne peut que leur envier.

Enfin, pour être définitivement sûr que tout le monde a bien saisi, il faut y aller de son petit couplet sur la croissance : « on assiste à une légère érosion du rythme de progression du taux de croissance, qui reste toutefois plus élevé qu’en France, voire en Allemagne où la récession s’est installée. » Toujours ce goût pour le bavardage... pour enfoncer le clou : Tony Blair est le meilleur, qu’on se le dise !.

Si les gens, Britanniques en tête, ne pensaient qu’en fonction de l’économie, les dictatures pétrolières du Golfe pourraient tranquillement instaurer la démocratie chez elles : qu’auraient-elles à craindre ? Que les habitants du Royaume-Uni, ne voyant décidément plus de différence entre la politique menée par le New Labour et les conservateurs qui l’ont précédé, décident de juger Tony Blair sur ses mensonges, son refus de reconnaître ses erreurs, sa servilité à l’égard des Etats-Unis devrait au contraire plutôt rassurer...


Stanislas

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.

Gilets jaunes : Sonia Devillers défend Radio France et élude la critique des médias

Autocritique impossible sur France Inter : rebelote.

6 juin à Paris - Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante !

Une réunion publique organisée avec des gilets jaunes et des journalistes indépendants.