Accueil > Critiques > (...) > Publicité : Invasions et résistances

Le « Sarko-show » et le double langage de Publicis

par Marie Bénilde,

600 journalistes, 25 000 militants inscrits, un film sur écran géant à la gloire de Nicolas Sarkozy avec Richard Virenque, Michel Sardou, Alain Delon, Elie Wiesel et Christian Clavier comme témoins de moralité... Le congrès qui a intronisé le nouveau président de l’UMP, le 28 novembre 2004 au Bourget, est l’œuvre de Publicis Conseil.

« Un congrès qui se voulait par son ampleur et sa mise en scène signe de renouveau » (France 2, le 28 novembre).

L’agence phare du groupe Publicis s’est employée à redessiner le logo du parti, à réaliser ce « sarko-show » comme elle l’aurait fait pour n’importe quelle assemblée générale d’une grande entreprise. On lui doit l’orchestration à l’américaine de ce non événement mégalo-médiatique dont le budget, estimé à 5 millions d’euros, a été critiqué jusque dans les rangs de la majorité.

Publicis, qui se prétend apolitique, s’est déjà illustré par son appui au gouvernement Raffarin à travers le plan Fillon de réforme des retraites et la remise en cause de l’assurance maladie... A l’instar d’Euro RSCG, dont la partie « corporate », présidée par Stéphane Fouks, assure des conseils en communication au parti socialiste, Publicis n’hésite plus à assurer un soutien militant à un mouvement de droite, l’UMP, et à son nouveau chef présidentiable.

Le 24 novembre, les lecteurs de Libération ont pu apprécier cette déclaration d’un grand analyste de la campagne (électorale ?) aux Etats-Unis : « Publicitaire dans l’âme et croyant énormément dans mon métier et sa capacité à faire gagner les marques dans les combats de la compétition commerciale, je suis plus circonspect lorsque la publicité se met au service de la politique ».

La phrase est signée Maurice Lévy, président du directoire de Publicis, actionnaire à 49% de la régie publicitaire de Libération.

Marie Bénilde [1]

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Lire également, du même auteur, sur le site du Monde Diplomatique, « Publicis, un pouvoir » (note d’Acrimed)

A la une

Médias et violences policières : aux sources du « journalisme de préfecture »

Quand journalisme rime avec maintien de l’ordre social.

Quand Patrick Cohen calomniait une invitée de la matinale de France Inter

Un extrait du livre de Sabrina Ali Benali qui revient sur les intox de Patrick Cohen à son égard.

Le Pen et les médias, de Jean-Marie en 2002 à Marine en 2017

Extrait de notre livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » qui revient sur l’évolution du rapport aux médias des Le Pen (et réciproquement).