Accueil > (...) > Débats et initiatives : annonces et présentations

A Paris, à Marseille

« Hackt 1 : la semaine des médias libres » (octobre 2004)

Du 1er au 8 octobre 2004

Du 1er au 8 octobre 2004

La maison des médias libres, qui regroupe
Co-errances (coopérative de diffusion de films ; livres, disques),
Les Périphériques vous Parlent (revue),
Radio Fréquence Paris Plurielle (FPP 106.3),
Zaléa TV (TV associative)
Réseau 2000 (formation aux NTIC, hébergement coopératif),

et (en résidence) :
radio-cascade
paris.indymedia.org

propose une semaine d’actions, de manifestations, de débats, d’ateliers pratiques de formations, d’expérimentations autour des médias indépendants, des logiciels libres, des méthodes de publication, des réseaux de diffusion, de l’édition et invite le public, les associations, les organisations à participer à cette réflexion et à ces ateliers...

La maison des médias libres lance cette idée à tous les médias indépendants pour qu’ils s’approprient cette semaine ’Hack’t 1’ en organisant dans leur ville des débats, actions, ateliers, mises en réseaux de plusieurs supports (sites, vidéo, radio, magazines, tracts...)...

- Tous les renseignements : Appel, programme, participants

La maison des médias libres
ag45
45 rue d’Aubervilliers
75018 Paris
M° Stalingrad
Tél : 08 70 71 67 88
Email : semainemediaslibres@ag45.org
Site : http://ag45.org

La semaine des médias libres est organisée par la Maison des médias libres et : ecolonews.info, 1d-photo.org, paris.indymedia.org,
radio-cascade, CQFD...

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »