Accueil > (...) > Quel financement ?

Fin de la souscription 2017 d’Acrimed : objectif rempli à 80%

par Acrimed,

Depuis le lancement de notre souscription en mars dernier, nous avons reçu près de 50 000 €. C’est moins que les 60 000 € espérés, mais il faut savoir terminer une souscription quand satisfaction a été presque totalement obtenue. Merci à toutes celles et tous ceux qui y ont contribué !

Acrimed, qui a fêté l’an dernier ses vingt ans, demeure une créature fragile puisqu’elle repose sur une activité militante, pour l’essentiel bénévole, et ne dispose que de faibles ressources financières : les cotisations des adhérent·e·s, les dons et la vente de la revue Médiacritique(s). Nous ne recevons aucune subvention, notre site est intégralement gratuit et nous sommes réfractaires à toute forme de publicité.

Nous avons lancé cette souscription, indispensable pour que nous puissions poursuivre et développer notre activité multiforme — par nos publications, nos débats, nos actions — de critique des médias, pour une transformation démocratique des médias. Nous espérions 60 000 euros – une somme nécessaire pour pérenniser l’emploi de nos salarié·e·s.

Nous avons récolté 50 000 €. Notre situation reste précaire, mais elle est stabilisée pour les prochains mois.

La souscription proprement dite est finie. Mais il reste évidemment possible et souhaitable de continuer à adhérer à l’association et à donner (ce qui, nous le rappelons, ouvre droit à déduction fiscale) !

Encore merci à celles et ceux qui ont répondu à notre appel.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Voir aussi...

A la une

Garde à vue abusive du journaliste Taha Bouhafs : Taha doit être libéré, il en va de la liberté de la presse

Un communiqué collectif initié par Reporters en colère (REC).

Retraites : Europe 1 en tenue de combat

Un mois de propagande sur la radio privée.

Pourquoi Acrimed ne rejoindra pas le Conseil de déontologie journalistique et de médiation

Une initiative loin de remplir les conditions minimales.