Accueil > (...) > Débats et initiatives : annonces et présentations

« Sans Canal se fixe au Carré »

Festival de documentaires indépendants (février 2004)

lundi 23 - dimanche 29 février - Tours

Dans le cadre d’une Carte Blanche offerte par le Carré Davidson, salle de spectacle de Tours (37), Sans Canal Fixe, collectif de réalisateurs-diffuseurs propose un état des lieux des formes du film documentaire. De Richard Leacock, posant au début des années 60 les bases du cinéma direct, jusqu’aux frontières de l’expérimental, avec un détour par des films d’ateliers menés par des cinéastes, et enfin une large place au super 8.

Une semaine pour (re)découvrir des films refusant l’assujetissement aux standards télévisuels et le cloisonnement. Des films qui donnent envie de cinéma et se jouent des genres.

Ce festival veut refléter l’émergence et la vitalité des collectifs de production (liste non exhaustive) : les Inattendus (Lyon), Vidéorême (Roubaix), l’agence Im’média et Télévizone (Paris), Pierre Merejkowsky (un collectif à lui tout seul)... et s’interroger sur la production indépendante en région Centre, avec des films réalisés par La Cellule 0038753k et Cent Soleils (Orléans), l’Atelier Super 8 et Sans Canal Fixe (Tours).

La plupart des réalisateurs et des collectifs seront présents aux projections.

Nouvelles pratiques de production

Une rencontre publique sur les nouvelles pratiques de production aura lieu le vendredi 28 février à partir de 14h30 au Carré Davidson à Tours.

En 2001, Sans Canal Fixe co-organisait à Tours les Etats Généraux du Tiers-Secteur Audiovisuel qui réunissaient une trentaine de structures.
Trois ans plus tard, quelle est la réalité de ce champ audiovisuel complexe ?
Cette nouvelle rencontre s’inscrit dans la continuité des chantiers de reflexion mis en place en janvier 2004 pendant le festival "les Inattendus" de Lyon.

Au-delà des genres définis par les institutions, de nombreux collectifs réalisent et diffusent des films, puisant tour à tour dans les pratiques du documentaire, du cinéma expérimental, de la fiction.
Si on peut raisonnablement se questionner sur la pertinence du statut de producteur associatif, du fait notamment de l’impossibilité pour les associations d’introduire des demandes d’aides auprès des collectivités territoriales ou du CNC, on ne peut que constater l’existence d’un large éventail de modes de productions associatifs.
Quelles sont les pratiques, les stratégies, les alliances, permettant à ces associations de faire exister des films non standardisés, non soumis aux exigences télévisuelles ?
Comment la façon de produire influe t-elle concrètement sur la façon de faire un film ?

Pour faire avancer ce nouveau chantier, nous proposons à toutes les structures de production, à tous les réalisateurs concernés, de répondre à deux questions :

- Que produisez-vous ?

- Comment produisez-vous ?

Ces documents constitueront notre base de travail pendant cette journée et pourront contribuer à cet état des lieux des structures de production dont il a beaucoup été question pendant le festival "Les Inattendus" à Lyon.

PROGRAMME DU FESTIVAL

- Lundi 23 février / 18h30 :
Journalistes embarqués - (2003 - 120 min.). SCF et Télévizone se sont associés pour constituer un programme sur la construction de l’information par les medias.

- Lundi 23 février / 21h30 :

- L’Absent (Annie Chamerois - 2003 - 20 min.). Ce film a été aidé au montage par SCF.- A la recherche de mon père, sa jeunesse, son engagement dans la Résistance, sa mort imaginée à partir de témoignages écrits ou oraux, de photos, de documents personnels ou historiques.
- La Châtelaine de la place (Joseph Morder - 2002 - 53 min.) - Joseph Morder rend visite à son amie cinéaste Mara Pigeon dans sa maison, place du Châtelain à Bruxelles. Il filme Mara dans son intimité. Mara lui parle de son enfance au Zaïre, de ses voyages, de ses films, de sa fille.

- Mardi 24 février / 17h00
Images du temps d’avant (Charlie Rojo - 2000 - 40 min.) Cent Soleils (Orléans) - A l’aide d’images d’archives et d’images tournées à New-York, ce film part sur les traces du "rêve américain".

- Mardi 24 février / 18h30
Caravane (Mohamed Ouzine - 2003 - 80 min.) - Cent Soleils (Orléans) - Les conversions à l’Evangile sont de plus en plus nombreuses au sein de la communauté nomade. Au printemps, des familles se regroupent sous l’autorité d’un pasteur et partent en mission jusqu’à l’automne. Caravane raconte l’histoire d’une mission tsigane sur les routes de France, en quête de Dieu, et de terrains d’accueil.

- Mardi 24 février / 21h00
Séance Richard Leacock - Leacock pose avec ces 2 films les principes du cinéma direct : le réalisateur se place en observateur, caméra à l’épaule et son direct.
- The Chair (1962, 1h10) Les derniers jours d’un condamné à mort.
- Happy mother’s day (1963, 30 min)- V.O. non sous-titrée -. La naissance de quintuplés fait affluer sponsors et médias dans une petite ville du middle-West.

- Mercredi 25 février / 17h00
Séance Olivier Bosson - Olivier Bosson est un OVNI croisé aux Inattendus de Lyon...
- L’entretien à la machine (2003, 28 min) - Un film pour les voitures, les gens et les animaux, en plastique polypropylène, densité 5, couleur rouge.

- Parc et légende (2003, 10 min) - Le Parc est un parc d’activités que l’on visite depuis le ciel. Il est constitué de diverses vues aériennes, réunies et agglomérées, comme on fait pour le jambon. Le Parc est un paysage qualité choix. La légende, c’est la voix de synthèse qui commente la visite du parc, pour la rendre plus réaliste.

- Mercredi 25 février / 18h30
Séance Béatrice Dubell 1 - Les Inattendus (Lyon -
- Petites histoires près de Marseille (1998) - Comment habiter sa ville ou son quartier ? Le film se met à l’écoute de quelques uns de ses habitants, là où la crise est peut-être la plus violente, où la médiatisation a été particulièrement forte : deux municipalités gagnées par le Front national, Marignane et Vitrolles.

- Mercredi 25 février / 21h00
Séance Béatrice Dubell 2 - Les Inattendus (Lyon) - En 2001, Béatrice Dubell retourne à Vitrolles et retrouve une habitante d’un quartier populaire qui s’engageait pour la première fois sur une "liste plurielle et citoyenne". Catherine Megret est réélue. Second film : «  La défaite  ». Août 2002 : l’élection de Vitrolles est invalidée. Les vitrollais devront retourner aux urnes avant octobre 2002. C’est le point de départ de «  Une victoire amère  ». Béatrice Dubell a choisi de remonter les deux films pour n’en faire qu’un.

- Jeudi 26 février / 17h00
- Douce France - (Mogniss H. Abdallah - 1992 - 82 min.) - Agence Im’média (Paris) - Si ce film tente de restituer l’histoire politique de l’immigration des années 1980, il ne se contente pas d’une chronologie historique. Réalisé à partir d’images d’archives, il essaie de montrer les différentes options existantes dans l’immigration, sur les questions des droits politiques, culturels, économiques et sur l’islam.

- Jeudi 26 février / 19h00
- Tout va bien - (Atelier de réalisation - 1999 - 22 min.) - Vidéoreme (Roubaix) - En 99, le Nouvel Observateur écrivait : (...) "Vint le temps des drogues dures, de la délinquance, du foyer saccagé, des premières agressions contre les enseignants, des voitures de police banalisées devant la porte. (...) Aller à Turgot, "c’était préparer son BEP de proxénète".
En réaction à cette vision réductrice et injuste de nous, élèves du lycée Turgot, nous avons décidé de prendre la parole et de réaliser le film "tout va bien...".
- Cinq lettres firmées au CATTP - (2003 - 20 min.) - Cinq réalisateurs nous proposent de découvrir leurs mises en images de ce qui fait battre leur cœur. Ces lettres filmées sont autant d’actes de communication vers l’autre (réel ou imaginaire) et ont toutes le même sujet : moi et le monde

- Jeudi 26 février / 21h00
Séance Merejkowski - Les Films du Crime et du Châtiment (Paris)
- Le tribunal , documentaire-fiction, 17 min - Un exposé des faits, un acte d’accusation, un verdict. Réalisé dans le cadre d’un atelier de réalisation "Un été au cinéma".
- Le cinéaste, le village et l’utopie , autobiographie, 52 min - Le cinéaste a appartenu à un mouvement communautaire utopique. Il revient sur les lieux. Il n’a pas renoncé.
- A propos d’Eric P. , documentaire de voyage, 7 min - José Bové est entouré. Il fait la une de Newsweek. Il est propre. Eric P. se bat contre le creusement du tunnel du Samport. Il n’est plus entouré. Il est mal habillé. Il a été interné dans un asile psychiatrique.

- Vendredi 27 février / 14h30
Nouvelles pratiques de production - Rencontre

- Vendredi 27 février / 18h30
- Défense de dérailler (Michel Lethomas - 90 min.) - Des irréductibles ont stoppé plus de 160 fois le TGV Paris-Brest pour revendiquer « l’électrification de leur ligne pour faire venir la modernité ». Le réalisateur a suivi pendant plus de 10 ans ce collectif.

- Vendredi 27 février / 21h00
- Séance Jean Riant - Atelier Super 8 (Tours) - "Mes films, pour la plupart, parlent du travail, ou de la guerre. Ils convoquent ainsi les chefs, les petits chefs, les tortionnaires, les torturés, les rendus-fous, les violeurs, les violés... Tous ces personnages étant, dans mes films, parfaitement interchangeables."

- Samedi 28 février / 14h30.
Séance François Lecointe - Atelier Super 8 (Tours)<
- Paris - Tours (1998, 25 min) : Le temps d’un trajet...
- Marseille porte ouverte (2003, 20 min) : Ce n’est pas vraiment un film d’histoire. Juste une fiction où la nécessité de l’imagination lutte contre l’absence de traces. Entre le centre de rétention impossible à filmer et les documents de la station de contrôle sanitaire détruits, il ne reste qu’à chercher les mots pour faire passer ces paroles, se rappelant sans cesse cette phrase du second homme de Montreuil : « les prolétaires, lorsqu’ils sont d’exportation, ne laissent pas de traces ».

- Samedi 28 février / 17h00<
- Nothing so strange (Brian Flemming - USA- 2002 - 83 min.) - Le 2 décembre 1999, alors qu’il participe à une œuvre de charité, Bill Gates est assassiné d’une balle dans la tête. Pour la police le meurtrier n’est autre qu’un jeune noir, retrouvé abattu quelques minutes après l’attentat. Cependant, un groupe de citoyens sceptiques dénonce les incohérences d’une investigation bâclée et révèle les pressions exercées sur les témoins. - Film diffusé en Version Originale Non Sous-titrée

- Samedi 28 février / 18h30
- Chasse, nature et découverte (Eric Foucault - 2002 - 11 min.) - Dans un style oscillant entre "Histoire Naturelle" et "Envoyé Spécial", le film nous invite à une traversée dans un sous-bois. Entre archéologie contemporaine et sociologie contemplative, la déambulation nous informe sur les modalités de la cour en milieu bucolique.
- 53 minutes de vidéo multi-usages en temps réel - La Cellule 0038753K (Orléans) - Collages, détournements, parodies acides de la télévision, du télé-achat. Un collectif indescriptible de plasticiens-graphistes-vidéastes etc.

- Samedi 28 février / 21h30
- Politique chronique (Yvan Petit, Xavier Selva - 2002 - 120 min.) - Sans Canal Fixe (Tours)- Elections municipales de 2001 à Tours. Les médias nationaux sont convaincus d’avoir trouvé une ville moyenne idéale pour « illustrer » nationalement les divisions de la gauche plurielle et le retour de la droite. La scène politique locale vit ces trois derniers mois de campagne au rythme des visites de ténors nationaux et des sondages.- Nouvelle version du film.

- Dimanche 29 février / 14h30
- Lap Rouge (Lodewijk Crijns - Pays-Bas - 1996 - 43 min.)- Herman et Egbert quittent la Hollande avec leur mère. Après 35 ans d’isolement dans un village du sud de la France, les 2 frères sont presque complètement coupés de la société. Leur petite vie bien ordonnée va être troublée par une jeune voisisne qui devient l’objet de leur convoitise et un Hollandais qui tente d’acheter le village à des fins touristiques.

- Dimanche 29 février / 17h00
- Les bobines de Joseph - Clôture en super 8 et retour de Joseph Morder, avec dans ses valises une sélection de ses films super 8, du journal filmé aux sorties meurtières de Charlerine Dupas.

Contact SANS CANAL FIXE : 02 47 20 19 76 / contact@sanscanalfixe.org
Le festival a lieu au CARRE DAVIDSON
17 rue des Cerisiers, quartier du Vieux Tours

SCF remercie pour leur aide précieuse et leur engagement Le Carré Davidson, Contre-Feux, l’Atelier Super 8 de Tours, Les Inattendus de Lyon

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »

L’ode au « pragmatisme », dans les médias dominants US

Vous avez dit pragmatisme ?