Accueil > Critiques > (...) > Loin du Venezuela

Tribune

Venezuela : Appel à Charlie Hebdo

Nous publions ci-dessous, sous son titre original, un appel de 18 signataires à Charlie Hebdo (Acrimed)

Contre la bonne parole au sujet du Venezuela.
A Charlie-Hebdo et à ceux qui croient qu’un autre journalisme est possible.

«  Si l’humour n’est pas un coup de poing
dans la gueule, ça fait une émission de télévision
 »
Cavanna

Interrogez le passant de New York ou de New Delhi, de Paris ou de Tokyo sur ce qu’il sait du Venezuela, vous aurez partout, la même réponse : « il y a une sorte de fou là-bas, il faudra bien un jour qu’on s’en occupe ». Trois ans seulement pour que, déclinésad nauseam et dans toutes les langues, les poncifs deviennent « opinion publique ». Une image digne du temps des colonies. Construite grâce à l’immense pouvoir que représente la propriété des médias par les grands groupes économiques. Tellement écrasante que le peu de médias restés indépendants finissent par s’y rallier, de peur de heurter leurs lecteurs.

Rien qu’un « ex-putschiste », donc, celui qu’ont conforté sept scrutins successifs en cinq ans, tous validés par les observateurs internationaux, et qui a introduit dans la Constitution le référendum révocatoire à mi-mandat, qu’il vient d’accepter ? « Futur Castro » , celui qui en cinq ans et malgré un coup d’État médiatique n’a fait fermer aucun journal, emprisonné aucun journaliste, censuré aucun article ? « Populiste » , ce chef d’État qui tient ses promesses (contrairement à un Lula) ?

La suppression des correspondants étrangers, la dépendance commerciale d’une poignée d’agences de presse, l’embourgeoisement et l’inculture historique des écoles de communication, l’évitement par la plupart des journalistes des quartiers où vivent 80% de Vénézuéliens, l’abdication face au besoin de garder sa place, permettent de faire croire n’importe quoi à n’importe qui. Faudra-t-il, dans quelques années, entendre des historiens nous raconter, entre deux soupirs, que le seul gouvernement qui avait osé bouter Monsanto et son maïs transgénique hors de son territoire, qui était admiré pour sa réforme agraire par le MST et la Via Campesina, tomba sous l’action conjuguée de la Maison Blanche et des grands médias internationaux ?

« Oui mais comment faire confiance, vient d’écrire Charlie-Hebdo, á quelqu’un qui cite pêle-mêle Mao, Jésus, et Nietzche dans ses discours ?  » La même phrase fut publiée dans Libération... le 7 décembre 2002. L`intemporalité de l’argument en dit long sur la volonté d’enquêter.

Pourquoi ne pas expliquer les raisons pour lesquelles, malgré l’opposition de l’Église catholique, des partis de droite, du quasi monopole de la télé, radio et presse privées, de l`élite patronale, de la CIA et du Département d`État, Hugo Chavez est toujours là ? Pourquoi occulter ces millions de Vénézuéliens aux mains nues qui ont déjoué le putsch médiatique d’avril 2002 et ont réussi en 48 heures - première historique - à remettre au pouvoir un président élu ? Pourquoi ne jamais évoquer la mise en place du budget participatif et de coopératives d’économie solidaire, du droit des communautés indigènes à disposer de leurs territoires, des avancées des droits de la femme, des programmes sociaux gigantesques financés par un pétrole redevenu souverain et qui permettent à des millions de Vénézuéliens d’accéder aux modules de santé publique, aux bancs de l’éducation publique, aux documentaires latino-américains de la télévision publique, à la propriété de la terre urbaine et rurale ?
Pourquoi passer sous silence la mobilisation de tout ce que l’Amérique Latine compte de mouvements sociaux, Sans Terre du Brésil, CONAIE et CLOC indigènes, d’Équateur, de Bolivie, du Guatemala, Piqueteros et Mères de la Place de Mai, en faveur du changement en cours au Venezuela ?
Pourquoi ce besoin compulsif des ex-journaux de gauche d’assimiler toute contestation de l’ordre néo-libéral par un gouvernement, á du stalinisme en puissance ? Qu’est-ce qui oblige Charlie Hebdo à répéter ce que j’ai déjà lu hier dans Le Monde ou dans Libé, ce que je vois aujourd’hui au 20 heures sur TF1 et ce que me répétera demain la chronique économique de Jean Marc Sylvestre sur France Inter ? Si l’amélioration concrète de la vie de millions de Vénézuéliens, aisément vérifiable sur le terrain, vaut moins que l’opinion d’une poignée d’intellectuels médiatiques, qu’attendre encore pour confier la gestion de l’actu à Seguela et Messier ?

Nous avons pu, pour notre part, séjourner au Venezuela. Pour observer d’abord l’étau des médias privés. En 2002 ceux-ci célébrèrent sur un ton jubilatoire le décret des militaires renversant Hugo Chavez, dissolvant le parlement, abolissant la constitution, le Défenseur du peuple, et autres institutions démocratiques. Leurs « journalistes » menèrent la chasse aux opposants en direct, sur un ton haletant, en compagnie de la police politique, tout en imposant le black-out sur la résistance croissante de la population civile. Cible privilégiée, les médias associatifs furent persécutés, certains de leurs membres arrêtés...

Ce quasi monopole des médias privés vénézuéliens, source principale de Reporters Sans Frontières et de la presse de France, se déclare constamment victime de Chavez. Il ne recule pas devant les auto-attentats pour nourrir une image mondiale répétitive á souhait. A sa tête Gustavo Cisneros, le Murdoch latino, ami personnel de George Bush, qui se rêve déjà en futur président du Venezuela.
Nous avons observé le boom impressionnant du Tiers Secteur Audiovisuel. En 2003 et 2004, 120 radios et télés associatives, fabriquées par les habitants des quartiers populaires sont passées de la clandestinité a la légalité, grâce à l’élection de Hugo Chavez. On en attend 200 pour la fin de l’année, qui disposent d’une fréquence 24 heures sur 24, pour un terme de cinq ans renouvelables, à la condition de former l es habitants au maniement de l’image et du son. Est-ce le signe d’un affaiblissement de la démocratie ? Une loi demandera bientôt aux télévisions publiques et privées de s’ouvrir à la production indépendante asphyxiée par le monopole médiatique. Le cinéaste argentin Solanas et l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano, qu’on ne peut suspecter de naïveté en matière de Droits de l’Homme, ont témoigné de « l’incroyable liberté d’expression en vigueur au Venezuela  ».
Le genre d’information que l`on ne lira plus, semble-t-il, dans Charlie Hebdo, soudain pressé de recopier la bonne parole sur le Venezuela.

- Mamadu Bokum, Etudiant en Théolologie
- Georges Bartoli, Photographe
- Marie-Ange Druart, Assistante Monteuse Cinéma
- Frédéric Lévêque, Lic. Sciences Politiques Coordinateur RISAL
- Thierry Deronne, Journaliste, Fondateur TV communautaire Teletambores
- Nicolas Economides, Maîtrise Cinéma Documentaire, Monteur professionnel
- Glenn Felix, Licence de Cinéma, Monteur, membre Zalea TV
- Mehmet Arikan Réalisateur/formateur membre de Videoreme, Roubaix
- Benjamin Durand Maîtrise Cinéma documentaire et anthropologie
- Christan Gloasguen Maîtrise de Cinéma, Membre de Zalea TV
- Nadia Bouferkas, Réalisatrice/Formatrice documentaire Videoreme, Roubaix
- Julien Laffont, BTS économie de la construction
- Nicolas Burlaud , Président Primitivi, Marseille
- Gael Brustier, Politologue
- Thomas Francard, Dir. Relations Internationale Administration française
- Claudia Jardim Journaliste
- Ataulfo Riera, Journaliste, Brasil de Fato
- Carme Mayugo, Assemblée pour la communication sociale, mensuel la Gauche, Barcelone

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.

Le Parisien atteint par des tirs de LBD ?

Abus de titraille.

Lire : Ces cons de journalistes ! d’Olivier Goujon

Dans Ces cons de journalistes ! (Max Milo, 2019), le journaliste et photoreporter Olivier Goujon revient, exemples et témoignages à l’appui, sur la détérioration des conditions de travail des (...)