Accueil > (...) > Les Jeudis d’Acrimed en vidéos

Le traitement médiatique des violences faites aux femmes (vidéo d’un jeudi d’Acrimed)

Le 15 octobre 2015, nous consacrions un « jeudi d’Acrimed » au traitement médiatique des violences faites aux femmes, avec Audrey Guiller, journaliste indépendante et co-autrice (avec Nolwenn Weiler) de Le viol, un crime presque ordinaire [1] et Lénaïg Bredoux, journaliste à Mediapart et membre du collectif « Prenons la Une ».

À la fin du mois d’août, le quotidien L’Indépendant titrait à la « une » : « L’amoureux est passé aux aveux », avec pour surtitre « Perpignan : égorgée par dépit ». Cette « une » faisait suite au meurtre d’une jeune femme par son ex-compagnon à Perpignan. Ce cas n’est que l’un des derniers exemples du traitement médiatique déplorable des violences faites aux femmes. Le vocabulaire utilisé dédouane le meurtrier, forcément trop « amoureux », le crime est « passionnel », la parole est toujours donnée à l’agresseur plutôt qu’à l’agressée ou aux parties civiles, et tout est souvent bon pour trouver des responsabilités à la victime.

Pourquoi note-t-on une telle absence de réflexion autour des violences faites aux femmes dans les médias ? Le sensationnalisme des affaires relatées est-il seulement lié aux difficultés économiques des groupes de presse, qui ne prennent donc pas le temps d’interroger les experts, les associations de victimes, et ne réalisent qu’un travail de court terme, ou doit-on également interroger la composition des rédactions et leur perméabilité à l’idéologie sexiste ? Y’a-t-il un travail de prise de conscience à effectuer dans les rédactions, face à des crimes et délits trop souvent banalisés ou réduits à des euphémismes ?


Introduction et interventions d’Audrey Guiller et de Lénaïg Bredoux


Réponses aux questions du public



N.B. : on pourra également (re)lire le n°2 de notre magazine Médiacritique(s) dont le dossier principal est consacré au sexisme médiatique.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Le Cherche Midi, 2011. Nous avions publié sur notre site un extrait de l’ouvrage : « Le viol dans les médias : un fait divers ».

A la une

Le groupe Bolloré condamné pour procédure abusive face à Benoît Collombat

L’oligarque perd le procès en diffamation intenté contre le journaliste de France Inter.

DGSI et journalistes : la récidive !

Un communiqué du SNJ (22 mai 2019).

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.