Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Le groupe Le Monde

Naissance du groupe La Vie-Le Monde

Le Monde : Minc, président à vie ?

par Patrick Lemaire,

Alain Minc n’est plus président de la Société des lecteurs du Monde... mais reste président du Conseil de surveillance.

A l’occasion de la constitution officielle, le 29 décembre 2003, du groupe La Vie-Le Monde, né de l’absorption des Publications de La Vie catholique (PVC) par le groupe Le Monde, Alain Minc, président de la Société des lecteurs du Monde, est remplacé par Marcel Desvergne (professeur des écoles, fondateur de l’université d’été de la communication de Hourtin et auparavant vice-président de la Société des lecteurs).
L’information, dévoilée par La Correspondance de la presse le 26 décembre, a été publiée le 31 décembre par Le Monde en deux phrases sybillines à la fin d’un long article d’autopromotion : " Naissance d’un nouveau groupe de presse indépendant ", qui précise qu’Alain Minc, " après avoir présidé la Société des lecteurs du Monde pendant plus de dix-huit ans (...) a décidé de passer la main ".

Il semble qu’Alain Minc reste néanmoins président du Conseil de surveillance. Par quel " biais représentatif " ? Ce " tour de passe-passe " en laisse perplexe plus d’un, tel Alain Rollat, ancien pilier du journal et ex-" bras droit " de Jean-Marie Colombani [1] (lire La face cachottière du Monde : Alain Rollat écrit à ses (anciens ?) amis).

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique