Accueil > Critiques > (...) > Crise du coronavirus

Matinale de France Inter : parlez, parlez, mais de grâce, parlez dans les clous !

par Pauline Perrenot,

Le 27 mars, dans le grand entretien de France Inter, Ali Baddou recevait Frédéric Worms, professeur de philosophie contemporaine à l’ENS et membre du Comité national d’éthique. Parmi d’autres thématiques, il sera question de la continuité du débat politique en temps de crise. Un sujet dont on peut visiblement discuter à l’antenne… mais uniquement sur un plan théorique ! Car lorsqu’un auditeur choisit de mettre les pieds dans le plat et de critiquer la réponse du gouvernement avec des exemples concrets, Ali Baddou n’oublie pas le rappel à l’ordre.

En milieu d’entretien avec Frédéric Worms, Ali Baddou s’interroge :

On ne pense qu’à ça, on ne pense qu’à nos vies confinées. On ne pense qu’au virus. Que deviennent les autres problèmes qui se posent et qui n’ont pas disparu ? Ils ont disparu de l’espace médiatique, ils ont disparu de la conversation générale, mais ils sont toujours là les grands sujets politiques dont on a arrêté de parler. Comment est-ce qu’ils vont ressortir de cette crise ?

« On » se demande d’emblée qui est ce « on »… dont Ali Baddou se fait le porte-parole. « On » se questionne sur ce que l’animateur entend par la « conversation générale », d’où auraient « disparu » « les autres problèmes ». « On » se demande si, comme souvent, Ali Baddou ne projetterait pas arbitrairement sur la population les réflexes et réflexions propres à « l’espace médiatique »… et à ses têtes d’affiche.

Car le moins qu’on puisse dire actuellement, c’est que les « sujets politiques », les questionnements et la colère sont loin d’être sous le tapis dans de très nombreux secteurs (confinés ou non) de la population. Encore moins parmi les travailleurs, qui, de l’hôpital à la grande distribution en passant par La Poste, les entreprises du BTP, de l’automobile, etc. ont largement de quoi « parler »...

Ce que son invité lui fait d’ailleurs remarquer en répondant que non, « on » n’a pas « arrêté de parler »… et que ce ne serait d’ailleurs pas souhaitable :

- Frédéric Worms : Heureusement, ils sont encore là. Les gens discutent, ils ont en tête leur situation sociale, leur situation économique, la question de l’éducation, de l’avenir des enfants, du soin. […] Tous ces sujets sont là, et moi mon souci justement, c’est de ne pas attendre la sortie de la crise pour en parler, pour mobiliser autour, pour construire un débat citoyen mais qui ait des effets réels. Si on attend la sortie, ce sera très dangereux.

- Ali Baddou : Mais pendant la crise ? Pendant la crise il faut penser l’après, Frédéric Worms ? Il faut dès maintenant essayer de penser l’après ?

- Frédéric Worms : Exactement. Et y participer dès maintenant.

Seulement voilà : Ali Baddou ne semble pas convaincu. Car à peine cinq minutes plus tard (soit « dès maintenant »), et alors qu’il est question du concept de « guerre » employé par Emmanuel Macron, un auditeur va mettre les pieds dans le plat. Et s’il parvient à s’exprimer, il est interrompu puis définitivement coupé, avant que son intervention soit littéralement aseptisée par l’animateur :

- Ali Baddou : Justement, c’est une question que veut vous poser Marc, qui est auditeur d’Inter, et qui est avec nous ce matin. Bonjour Marc, et bienvenue dans la matinale !

- Marc : Bonjour, merci. Moi, je ne supporte pas les discours martiaux de monsieur Macron. C’est pas la guerre, c’est une crise sanitaire comme vous l’avez dit. Et à mon avis, il ferait mieux de dire la vérité, à savoir qu’il a choisi la stratégie de l’immunité collective, puisqu’il n’y a pas de masques, pas de tests, pas de moyens ! À moins qu’il considère que c’est la guerre, et que les salariés sont de la chair à canon, puisqu’il veut les faire travailler jusqu’à 60 heures par semaine, sans moyens de protection, et au moins jusqu’à la fin de l’année ! Et moi j’ai l’impression que le gouvernement est plus préoccupé de sauver les marchés financiers que la population... [Coupé]

- Ali Baddou : C’est votre point de vue Marc ! [1]

- Marc : … puisqu’il annonce des centaines de milliards pour eux alors que pour les hôpitaux et les EHPAD, on fait appel à la générosité du public, avec la Fondation de France. Il y a urgence à faire le contraire ! Par exemple, par exemple… [Coupé].

Ciao Marc ! Car non seulement la parole ne lui sera pas rendue, mais Ali Baddou va prendre grand soin de recadrer les choses : « reformuler » complètement l’intervention de l’auditeur pour son invité, tout en feignant d’accorder du crédit au premier. On ne sait jamais… Frédéric Worms aurait pu vouloir embrayer sur le cadrage de Marc. Et c’est bien là tout le savoir-faire de l’éditocrate : avec beaucoup d’eau tiède, des propos vigoureux deviennent... insipides :

Ali Baddou : Il y a malgré tout, il y a malgré tout Marc, un grand effort collectif, et c’est vrai que c’est le temps du débat alors même qu’on est en pleine crise. Mais votre question était forte justement sur les mots qu’employait le Président de la République et ce mot de « guerre » Frédéric Worms, qui gêne et qui irrite Marc. Pourquoi ce besoin d’employer ce mot-là en particulier ?


***


« Que deviennent les autres problèmes qui se posent et qui n’ont pas disparu ? » se demandait Ali Baddou avant cet épisode. Il aura donc répondu, en actes, à sa propre question, en refoulant quelques-uns de ces « autres problèmes » dès leur énonciation. Cette mise en veilleuse nous rappelle combien les garants autoproclamés de la parole médiatique ne renoncent jamais – avant, pendant et probablement après la crise – à veiller au bon respect du pré-carré politique : parlez, parlez ! mais de grâce, parlez dans les clous !


Pauline Perrenot

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Ce truisme permet à Baddou de dire indirectement qu’il n’est pas d’accord avec l’auditeur. Il n’est jamais utilisé quand l’auditeur est favorable au gouvernement, ou plus largement dans les clous de la parole médiatique acceptable...

A la une

Didier Raoult et les éditocrates, le grand néant du débat médiatique

Personnalisation à outrance et misère de l’information.

Ce que les médias font à la justice

Une contribution d’Acrimed pour la revue Délibérée.

Formation des journalistes : quel bilan pour les dispositifs « d’égalité des chances » ?

Une enquête sur les dispositifs d’égalité des chances aux concours d’entrée aux écoles de journalisme.