Accueil > Critiques > (...) > Crise du coronavirus

Le tabac protège du Covid ? Gare à l’enfumage…

par Frédéric Lemaire,

Tout est parti d’une « révélation » de France Inter : une équipe de la Pitié Salpêtrière, inspirée par le neurobiologiste Jean-Pierre Changeux, avance l’hypothèse que la nicotine serait un remède préventif et curatif contre le Covid. Une information aussitôt reprise par la plupart des grands médias. En oubliant souvent de faire preuve d’une prudence élémentaire… Et de préciser que Jean-Pierre Changeux a bénéficié, par le passé, de nombreux financements de l’industrie du tabac.

Depuis un certain temps déjà, la question de l’incidence du tabagisme sur la gravité des cas de Covid se pose dans le débat médiatique. En mars, une étude publiée dans une revue médicale étatsunienne concluait que fumer serait un facteur aggravant face au coronavirus. Plus récemment, plusieurs séries de données (souvent incomplètes) tendaient à indiquer que les fumeurs seraient moins touchés par le Covid.

Disons-le haut et fort : il n’est pas du ressort ni de la compétence d’Acrimed de prendre parti dans des controverses scientifiques. Et encore moins de pontifier, à la manière d’un éditocrate, sur la validité de telle ou telle étude. Mais le traitement médiatique des travaux scientifiques relève quant à lui bien du champ de la critique des médias. Surtout dans une période d’épidémie, où l’urgence et l’importance du travail de recherche font mauvais ménage avec la soif de scoops médiatiques. Et où la rigueur journalistique n’est pas toujours au rendez-vous.

C’est le cas, semble-t-il, dans un article publié par France Inter le 22 avril. Il évoque une étude menée par une équipe de la Pitié-Salpêtrière visant à montrer que la nicotine protégerait contre le Covid :



Malgré l’usage du conditionnel, l’article se fait volontiers affirmatif, évoquant « une étude qui vient d’être menée par l’hôpital, et qui conclut que les fumeurs seraient moins atteints que les autres par le virus ». On y apprend qu’une autre étude clinique est prévue visant à prouver que la nicotine aurait des vertus préventives, « une hypothèse qui semble solide ». On apprend, enfin, que ce projet est né de la rencontre entre l’équipe de la Pitié-Salpêtrière et de Jean-Pierre Changeux, « neurobiologiste de renommée mondiale ». Bref, tous les éléments semblent réunis pour concourir au sérieux de cette information. Et pourtant son traitement pose plusieurs problèmes majeurs.

Premier problème : la première étude menée à la Pitié-Salpêtrière ne permet pas de conclure à une corrélation entre la gravité de l’infection au coronavirus et le fait de fumer quotidiennement [1]. Comme l’explique cet article publié sur le site de Franceinfo :

Le faible nombre de fumeurs quotidiens parmi les patients observés ne permet cependant pas de conclure à une corrélation entre la consommation journalière de tabac et la gravité de l’infection au coronavirus. Les auteurs reconnaissent aussi que leurs travaux ne prennent pas en compte les patients placés en soins intensifs, et qu’une étude plus large est nécessaire.

Deuxième problème : la nouvelle étude repose sur une hypothèse avancée par le neurobiologiste Jean-Pierre Changeux, présenté comme membre de l’Académie des sciences et reconnu mondialement. Mais il aurait été utile d’ajouter un détail non négligeable : le fait que le chercheur a été, par le passé, épinglé par la presse pour ses relations « troubles » avec l’industrie du tabac. Une simple recherche suffit à trouver plusieurs articles à ce sujet, comme celui du Monde (31/05/12) :



Ou encore, datée de la même année, une enquête de Mediapart (21/06/12) :



Précisons-le d’emblée : rien ne permet de prouver que les travaux actuels du spécialiste soient financés par l’industrie du tabac. En elles-mêmes, les informations révélées Le Monde et Mediapart n’invalident pas non plus a priori toutes les recherches de Jean-Pierre Changeux, ni les hypothèses de ses travaux en cours. Elles constituent néanmoins des éléments de contexte importants. Et témoignent également des moyens considérables déployés par l’industrie du tabac en termes de relations publiques. Cet aspect devrait appeler à la plus grande transparence, et à la plus grande prudence, de la part des médias lorsque des études portant sur la nicotine tendent à souligner des effets positifs sur la santé.

Troisième problème : si l’article précise trivialement qu’il ne faut pas « se ruer sur les cigarettes » et que le tabac « reste un fléau », l’article omet de replacer cette étude dans un champ plus vaste ; et de mentionner par exemple d’autres études selon lesquelles le tabagisme serait un facteur aggravant à partir de l’entrée à l’hôpital, comme le note à juste titre un article de Sciences et Avenir.

Ces trois éléments de contexte sont loin d’être anecdotiques ; ne pas les mentionner constitue une entorse à la rigueur journalistique… Qui caractérise aussi la plupart des articles reprenant avec empressement l’information. Avec à la clé, une titraille plus ou moins spectaculaire :


L’Obs, 22/04 :



Le Monde, 22/04 :



Le Figaro, 22/04 :



Le Point, 22/04 :



CNEWS, 23/04 :



BFM-TV, 23/04 :



LCI, 22/04 :



Il existe heureusement des exceptions, comme les deux articles déjà cités dans ce texte, publiés sur le site de France Info et sur le site de Sciences et Avenir. Ou encore une chronique de Serge Raffy appelant à la prudence ainsi qu’une interview du physicien Etienne Klein appelant à ne pas confondre causalité et corrélation (un problème récurrent dans la couverture médiatique de la recherche scientifique).

Mais pour le reste, l’écrasante majorité de la production médiatique ne prend pas ou peu de précautions pour diffuser la nouvelle. Circulation circulaire de l’information oblige... au grand détriment de la rigueur journalistique.


Frédéric Lemaire, grâce au signalement de Cédric Normand


Post-Scriptum : à noter tout de même, cette précision bienvenue donnée par Baptiste Beaulieu, chroniqueur dans l’émission « Grand bien vous fasse » le matin du 27 avril sur France Inter :

L’étude dont on a beaucoup, beaucoup entendu parler en France et un peu partout ailleurs, elle est basée sur une hypothèse qui est émise par un neurobiologiste. Alors, je ne donne pas son nom, vous pourrez le trouver facilement sur Internet.

Une chose qui n’a pas été dite dans les médias et qui me paraît importante, c’est que, quand on est soignant, soignante ou chercheur, et qu’on s’exprime dans les médias sur quelque sujet que ce soit, nous nous devons d’exprimer publiquement la présence ou l’absence de liens d’intérêt avec le sujet qui est débattu. Eh bien, en l’occurrence, ce neurobiologiste, il a bénéficié de financements par l’industrie du tabac durant de longues années. Il a été épinglé par plusieurs médias sérieux, comme Le Monde ou Mediapart, sur le sujet.

Alors, évidemment, je ne dis pas qu’il y a ici un conflit d’intérêt, je dis simplement que c’est un devoir, quand on est chercheur ou chercheuse ou médecin, de révéler au public la présence d’un conflit d’intérêt quand on parle d’un sujet publiquement. Alors, c’est une garantie, mais c’est aussi notre crédibilité qui est en jeu.

Évidemment, rappelons qu’on en apprend tous les jours sur ce virus, qu’il y a d’autres études qui tendent à montrer que le tabac aurait une action délétère […]

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Addendum (27/04/20) : pour plus de détails lire cet article de Checknews qui récapitule tous les biais des études sur le sujet : « Est-il vrai que les consommateurs de nicotine contractent moins le Covid-19 ? ».

Voir aussi...

A la une

Didier Raoult et les éditocrates, le grand néant du débat médiatique

Personnalisation à outrance et misère de l’information.

Ce que les médias font à la justice

Une contribution d’Acrimed pour la revue Délibérée.

Formation des journalistes : quel bilan pour les dispositifs « d’égalité des chances » ?

Une enquête sur les dispositifs d’égalité des chances aux concours d’entrée aux écoles de journalisme.