Accueil > (...) > Quelle association ?

Appel à dons : pour continuer, Acrimed a besoin de vous !

par Acrimed,

Depuis plus de vingt ans, Acrimed fait vivre une critique des médias indépendante et exigeante. Mais notre activité repose sur de faibles ressources financières. Pour poursuivre notre combat, nous avons besoin de votre soutien !

Jamais la critique des médias n’a été autant d’actualité. Dans cette période de mobilisations sociales, les valets médiatiques du pouvoir se déchaînent. La concentration bat son plein dans la presse, et accentue la mainmise de quelques milliardaires sur l’information. La liberté d’informer, et le droit à être informé, sont remis en cause par des lois liberticides.

C’est pourquoi Acrimed est présente sur de nombreux fronts. Pour contester, mobiliser, porter des alternatives et faire de la question des médias une question politique. Et dans ce combat inégal face aux tenants de l’ordre médiatique, nous avons besoin de vous !

Alors, à toutes celles et ceux qui ont lu avec quelque intérêt ou satisfaction nos articles, aux hésitant·e·s et indécis·e·s qui n’auraient pas, jusqu’ici, franchi le pas, ou qui auraient oublié de le faire, nous disons : en versant quelques dizaines (ou quelques milliers…) d’euros, vous contribuerez, tout simplement, à faire vivre Acrimed pour les années à venir.

Vous nous permettrez de faire vivre une critique des médias radicale, engagée… et gratuite !


Vous souhaitez soutenir Acrimed ?

- Devenez membre de l’association !
(Cotisations De 5€ à 70€ par an)

- Vous pouvez aussi faire un don.


Pour ce faire nous vous invitons à visiter notre boutique, où vous pourrez régler par carte bancaire, virement, Paypal, chèque ou prélèvement automatique. Nous vous rappelons également que les dons et les adhésions ouvrent droit à déduction fiscale.



Nous comptons sur vous pour convaincre vos ami·e·s, camarades, collègues, contacts et abonné·e·s des réseaux sociaux, de faire de même. N’hésitez pas à solliciter également votre famille, votre voisin·e, votre député·e, votre patron·ne ou votre éditocrate préféré·e.


Pour que vive l’indispensable critique des médias,
soutenez Acrimed !




Vous trouverez ci-dessous plus d’informations sur notre financement et sur notre association.


Notre financement


Notre association tient à son indépendance : nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions . De plus, nous avons fait le choix d’un site gratuit, accessible sans conditions.

Plus des trois-quarts des ressources d’Acrimed proviennent de ses adhérent·e·s et donateurs·rices, loin devant les abonnements et les ventes de notre magazine Médiacritique(s) (21 %) et celles de la boutique (2 %).

En 2018, nous sommes parvenus, en grande partie grâce à votre générosité, et nous vous en remercions, à rassembler 115 000 euros, qui nous ont permis de financer nos activités dans leur diversité. Mais cette année encore, nous aurons besoin de votre concours.

Que faisons-nous de cet argent ?

En 2018, 60 % des dépenses de notre association étaient destinées à payer les salarié·e·s, qui contribuent fortement à l’activité rédactionnelle, à la gestion administrative et à l’animation d’Acrimed. Au 1er janvier 2019, trois personnes travaillent pour notre association (à temps plein).

Les autres dépenses de l’association en 2018 concernaient les frais d’impression de notre revue trimestrielle Médiacritique(s) et des tracts (11 %), les affranchissements (5 %) et les loyers de notre local (8 %). À cela il faut ajouter divers frais de fonctionnement : locations de salles, frais de déplacement, hébergement du site Internet, etc.


Notre association


Née du mouvement social de 1995, dans la foulée de l’Appel à la solidarité avec les grévistes, notre association, pour remplir les fonctions d’un observatoire des médias s’est constituée, depuis sa création en 1996, comme une association-carrefour.

Elle réunit des journalistes et salariés des médias, des chercheurs et universitaires, des acteurs du mouvement social et des « usagers » des médias. Elle cherche à mettre en commun savoirs professionnels, savoirs théoriques et savoirs militants au service d’une critique indépendante, radicale et intransigeante. Acrimed poursuit plusieurs objectifs :

Informer

Informer sur l’information (sur son contenu et sur les conditions de sa production), sur les médias, sur les journalismes et les journalistes, grâce à la mise en commun de savoirs théoriques, de savoirs professionnels, de savoirs militants.

Contester

Contester l’ordre médiatique existant, sa concentration, sa financiarisation, la marchandisation de l’information et de la culture, l’anémie du pluralisme et du débat politique, l’emprise des sondages (et des instituts qui en font commerce), les connivences, les complaisances, l’implication des entreprises médiatiques dans la contre-révolution néolibérale… Contester également celles et ceux qui dominent et perpétuent un ordre médiatique qui, en l’état, est tout sauf le pilier d’une véritable démocratie.

Mobiliser

Mobiliser et se mobiliser avec toutes les forces disponibles (partis, syndicats, associations…) pour construire un véritable front de lutte à la mesure des enjeux. La question des médias est une question politique essentielle, elle doit le devenir ou le redevenir, et doit faire l’objet d’un combat politique.

Proposer

Proposer des transformations en profondeur des médias. Si un autre monde est possible, d’autres médias le sont aussi. Et pour qu’un autre monde soit possible, d’autres médias sont nécessaires. C’est pourquoi Acrimed s’efforce d’élaborer des propositions, précises et concrètes, qui font l’objet d’un débat toujours ouvert au sein de l’association et avec nos partenaires.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.

Dupont de Ligonnès. Jour 2 : l’autocritique médiatique n’aura pas lieu

Quand le « décodage » remplace l‘autocritique.

Dupont de Ligonnès : à France Info, le fait divers était presque parfait

La triste fin d’un fait divers cuisiné aux petits oignons.