Observatoire des media

ACRIMED

L’actualité des médias n°41 (28 avril au 6 juin 2005)

par William Salama,

I. Au-dessus des médias

- Commission Lancelot - ordres des jours. La commission Lancelot, chargée d’une réflexion sur la concentration des médias, étudierait, selon Ecran Total (19 mai 05), les règles du jeu, sous plusieurs aspects, certains présentés sous un abscons jargon derrière lequel se nichent toutes les problématiques des nœuds à détricoter pour libéraliser entre amis plus encore..., et d’autres clairs comme de l’eau de roche :
« - l’absence de toute règle concernant la presse écrite autre que quotidienne ;
- le poids, dans les règles spécifiques, de règles sur le contrôle du capital, par opposition aux règles définies par référence à l’audience ou au contenu des programmes ;
- l’insuffisante prise en compte des problèmes de concentration verticale ;
- l’absence de prise en compte de la téléphonie mobile et de la télévision par internet ;
- l’hétérogénéité entre les règles applicables au mode analogique et celles concernant le mode numérique ;
- l’obsolescence de la règle interdisant de détenir plus de 49% du capital d’une chaîne nationale hertzienne analogique ;
- l’insuffisance des règles applicables au niveau local ou régional.
Et enfin, l’incohérence des règles plurimédia, qui autorisent une fusion Socpresse-TF1 tout en interdisant des opérations plus anodines
 » [1].

- Perception du journalisme - Sondage. [2] Les 26 et 27 avril 05, 1000 personnes âgées de « 18 ans et plus », qualifiées d’ «  échantillon national représentatif  » avaient pour «  Quatre-vingt-six pour cent d’entre elles  » «  une bonne opinion du métier de journaliste  », selon un sondage CSA pour Reporters sans frontières (RSF) relayé par l’AFP le 3 mai 05.

Et l’institut de sondage CSA de remettre cela le 14 mai 05 avec Marianne, en interrogeant un échantillon de 1006 etc..., pour résumer que : «  les médias ne sont pas indépendants, mais les journalistes font plutôt objectivement leur travail  » [3]. Lire plus loin : « Blog et médias - aveuglement. »

- Sport et TV - Zinedine Zidane, «  bankable  ». [4] Selon la lettre d’information Sport.fr « une non qualification des Bleus coûterait cher à TF1, qui milite pour un retour du numéro 10 ».

Si les Bleus n’allaient pas en Allemagne l’an prochain, l’impact financier pourrait être bien supérieur. Car cette fois la chaîne a « déboursé 100 millions d’euros pour les vingt-quatre meilleurs matchs de la compétition !  ».

TF1, dont la perte « avait atteint de 17 à 19 millions d’euros pour un investissement de 68,7 millions dans le précédent Mondial, en 2002 » dément [5].

- Sport et TV - convergence en Belgique. Belgacom a raflé les droits du foot aux télévisions.

Belgacom est l’équivalent belge de France Telecom et, La Tribune de se demander pour ce dernier : « à quand le tour ?  » (13 mai 05) [6].

Si quelques partenariats existent en la matière pour le football et dans d’autres domaines, pour l’instant en France, c’est toujours Canal Plus qui détient les droits «  exclusifs  » de la ligue 1. Rappelons qu’elle les a obtenu face à TPS (TF1) le 10 décembre 2004.

Les commentaires de l’époque brocardaient cette " folie économique " (lire L’actualité des médias n°35 (6 déc. - 31 déc. 2004)).

Aujourd’hui, autre son de cloche («  Le pari gagné de Canal +  », Le Parisien du 12 mai 05) : «  Pour s’offrir les droits exclusifs de la Ligue 1 pour les trois prochaines saisons, la chaîne cryptée va débourser 1,8 milliard d’euros. De la folie ? Non : la dépense va être amortie grâce à un afflux de nouveaux abonnés.  »

Moralité légendaire : rien n’est jamais définitif dans les médias.

- Lagardère - recentrage sur les médias. Challenges (12 mai 05) s’interroge à propos d’une rumeur de désengagement du pôle aéronautique de Lagardère au profit de Dassault : «  Serge Dassault, fédérateur de l’aéronautique européenne ?  ». Un « scénario est à l’étude chez l’avionneur. Dassault Aviation, avec ses 2,65 milliards d’euros de trésorerie, a les moyens de reprendre les 15% du capital d’EADS que Lagardère s’apprête à céder, comme prévu de longue date  »

«  Côté Dassault, aucun tabou : «  Dassault Aviation peut s’offrir n’importe quelle participation dans n’importe quel groupe  », assurait en septembre son président, Charles Edelstenne, bras droit de Serge Dassault. Le projet satisferait l’Elysée, soucieux de maintenir l’équilibre franco-allemand dans le capital d’EADS  ».

Illustration pour Lagardère : « vues sur les Etats-Unis, l’Angleterre et l’Italie. Lors de l’assemblée générale mixte ordinaire [...] Arnaud Lagardère [...] a indiqué qu’il était " ouvert à certaines acquisitions " » dans ces pays. Par ailleurs, interrogé sur Le Monde dont le groupe Lagardère doit prendre « 15 à 17% », Arnaud Largardère a confirmé qu’il restait intéressé par un accord de régie : « L’idée est d’avoir un retour sur investissements à travers les régies publicitaires, d’une part entre la régie d’Europe 1 et Le Monde et, d’autre part, entre les magazines Hachette et Publicat » (la régie des magazines du groupe Le Monde), selon l’ AFP (11 mai 05) (lire aussi plus loin sur la TNT).

- Blog et médias - aveuglement. Le blog m’a tuer ?...
En s’en prenant à certains d’entre eux qui auraient « des visées hégémoniques [tandis que] d’autres se veulent des aiguillons, sinon un contre-pouvoir au quatrième pouvoir », Bertrand Le Gendre, rédacteur en chef au Monde, déplore évidemment que « la campagne référendaire a décuplé l’ardeur des blogueurs, tout comme la campagne présidentielle avait dopé leur audience aux Etats-Unis. Dans le collimateur des blogueurs hexagonaux, les médias installés, leurs chroniqueurs et leurs éditorialistes, trop ouvertement partisans du oui à leur goût. » (Le Monde, 25 mai 05).

L’occasion une nouvelle fois de botter en touche en évitant de se mettre en cause, et donc refuser d’assumer ses responsabilités éditoriales, ne serait-ce que de façon hypothétique : « relayée par les blogs et par Internet, cette accusation est comme le poil à gratter de la campagne. Réalisé début mai, un sondage CSA-Marianne sur le traité constitutionnel donne la mesure de ce désenchantement : moins d’un Français sur trois (31 %) crédite les médias d’être indépendants du pouvoir politique ».

Un élément de conclusion de son " analyse " (têtière) est pourtant bien contradictoire en regard de son titre (« La blogosphère contre les médias ») : « Il n’empêche qu’une forme nouvelle de journalisme s’affirme. »

Précisons qu’on décompte ces six derniers mois dans la presse généraliste plus de 400 articles consacrés aux blogs. Cette couverture médiatique massive n’entretiendrait-elle pas le phénomène ? CQFD.
Le site du Monde lui-même propose à ses visiteurs de créer des blogs, sans préciser qu’ils seront pollués par la publicité, au plus grand profit du Monde.

II. Audiovisuel

-  France Télévisions - objectif présidence. Le CSA, qui doit nommer le successeur de Marc Tessier (président depuis 1999, lui-même candidat), a commencé ses consultations officielles. Verdict fin juillet.

Un choix ? Voire... Le Monde (1er juin 05) titre sur une « bataille  » [7], pour mieux tenir le lecteur en haleine avec ce nouveau feuilleton, et décrit les ressorts du suspens : « Depuis plus de vingt ans, les nominations des dirigeants du service public ont, chaque fois, donné lieu à des surprises. Déjeuners, invitations, coups de fils amicaux, rendez-vous discrets : chaque candidat utilise tous les moyens pour faire du lobbying auprès des membres du CSA et surtout auprès de l’Elysée et de Matignon, qui continuent de jouer un rôle essentiel dans la nomination du président de France Télévisions. »

Outre le président sortant, seraient sur les rangs, selon le Monde, le journaliste Patrice Duhamel (Le Figaro, ancien directeur général de France 3 et France 2), allié à Patrick de Carolis ("Des racines et des ailes" sur France 3, et coauteur d’un livre d’entretiens avec Bernadette Chirac) ; José Frèches (ancien conseiller de Chirac à la mairie de Paris et à Matignon en 1986, ancien patron du Midi libre [8], écrivain) ; la productrice Simone Harari ; Robert Namias, directeur de l’information sur TF1 ; Jean-Pierre Cottet (responsable de l’audiovisuel chez Lagardère, ancien directeur-général de France 2 puis de France 5, il « dément toute candidature »). Le Monde mentionne aussi Catherine Colonna, ex-porte-parole de Chirac à l’Elysée puis directrice générale du Centre national du cinéma (CNC). Mais quelques heures après la parution de cet article, elle devenait ministre des Affaires européennes...

Et Le Monde d’appâter avec un coup de théâtre : « Dans cette partie d’échecs où il faut jouer fin, la crise politique qui s’est ouverte dimanche soir avec le rejet de la Constitution européenne, risque de brouiller tous les plans. Certains redoutent déjà une "radicalisation" de l’Elysée qui, retrouvant de vieux réflexes, pourrait décider d’imposer "son" candidat en prévision de l’échéance présidentielle de 2007 qui coïncide avec le mandat du futur président de France Télévisions » [9].

- TF1 vacille ? Une chute de 14,1% de son bénéfice net, faute à l’« augmentation ponctuelle de 13% du coût de la grille » qui, pourtant, n’est pas du luxe (Les Echos, 31 mai 2005).

Pour Médiamétrie, en mai 2005, si TF1 reste «  leader devant France 2 avec 19,2%  », elle perd 1 point [10]. Il va falloir réagir...

- TNT - bingo. Quatre nouvelles chaînes présentes, depuis le 31 mars 2005, sur les canaux de la Télévision numérique terrestre [11], ont diffusé, les quatre premières semaines, «  9 376 spots de publicité  » ; «  parmi les secteurs représentés, la toilette beauté domine l’alimentation et les télécommunications  » (Les Echos, 13 mai 05).
Bolloré, trop heureux de diffuser, résiste.

- TNT- Remise de fréquence. À l’issue de son second appel d’offres, le CSA (9 mai 05) a «  sélectionné  » les huit nouvelles chaînes de la TNT.

La Tribune (10 mai 05) salue le «  grand retour de Canal Plus et Lagardère sur la TNT  » [12], lesquelles obtiennent à eux deux «  la quasi-totalité des fréquences mises en jeu  » (Le Figaro , 10 mai 05) dont i-télé en diffusion gratuite pour Canal Plus.

Autre réjouissance : les enfants auront leur chaîne (dans tous les sens du terme), Gulliver (de Lagardère), une «  bonne nouvelle  » pour Télérama (groupe Le Monde dont régie publicitaire rime avec Lagardère, voir plus haut), le 18 mai 05.
- Première conséquence : le groupe Lagardère, «  prévoit d’investir " 150 M€, dont 100 M€ pour les programmes" sur les cinq premières années » (Le Figaro , 10 mai 05).
- Seconde conséquence : les (mauvais) perdants (TF1 et AB) sont logiquement tentés de rechigner (Le Figaro, 10 mai 05). Car «  l’info déboule sur la TNT gratuite  » comme l’écrit Libération (10 mai 05).
Et Le Figaro, qui sentait déjà le vent venir le 22 avril («  Entre LCI et i télé, la guerre de l’information menace  »), se donne raison le 11 mai 05 («  le big bang attendu du tout-info  »).
Car, un sou est un sou (une position, idem) et TF1 pense à la riposte : «  Un recours en conseil d’Etat est envisagé car l’achat d’adaptateurs TNT risque de se traduire par un renoncement des abonnés du câble et du satellite à LCI. Du coup, la chaîne d’information continue du groupe TF1 pourrait envisager de demander au CSA, au moins à terme, de basculer sa fréquence TNT en gratuit  », selon Stratégies Newsletter (11 mai 05).
- Troisième conséquence : y a-t-il assez de place pour les chaînes infos sur la TNT, se demande Le Monde (19 mai 05), avec, comme grille de lecture, budget et manne publicitaire : «  L’épreuve de la TNT ne sera pas neutre pour les programmes des chaînes info. Leurs audiences seront mesurées jour après jour. Elles devront donc séduire toutes les catégories de téléspectateurs au fur et à mesure du développement de la TNT.  »

- TNT- Deni de fréquence. A contrario, Le CSA a rejeté de l’antenne les télévisions associatives : Zalea TV et/ou à la Fédération de Vidéos de Pays et de Quartier (lire TNT : Le CSA interdit d’antenne les télévisions associatives).

- Télé locales - Lobbying 1. Les télévisions locales commerciales ont créé le Syndicat professionnel des télévisions locales hertziennes, " Les Locales TV ", présidé par Gilles Crémillieux, du groupe La Montagne-Centre-France [13] (Le Figaro, 24 mai).

- Télé locales - Lobbying 2. Ledit Syndicat professionnel des télévisions locales hertziennes s’est opposé, dans un communiqué (31 mai 05) « au projet de décret d’application concernant les décrochages locaux, qui permettrait à M6 de diffuser du football en région », craignant une «  multiplication des décrochages sur de nombreux sports de la part d’opérateurs nationaux  », à cause des «  lourdes conséquences sur l’audience des chaînes (locales)  », et donc sur l’ « attractivité pour les annonceurs  ». Imparable dans la logique.

-  Radio - consultation et contestations. Le CSA a lancé sa «  consultation publique relative à la diffusion numérique de la radio », destinée à «  connaître les projets et les attentes des acteurs du marché avant de lancer d’éventuelles procédures d’appel aux candidatures ». Les réponses à cette consultation publique doivent parvenir au CSA avant le 30 juin prochain (AFP, 26 avril 05 ).

Pour mémoire, sur l’issue envisageable des heureux lauréats, lire L’actualité des médias n°37 (31 janvier au 14 février 2005) (Radio - Plan de réaménagement 2006).

Par ailleurs, et pour ce qui concerne le présent, le Syndicat des radios et télévisions indépendantes (SIRTI) a dénoncé auprès du CSA « un véritable déséquilibre concurrentiel au détriment des radios indépendantes ». Le syndicat réagit aux demandes de plusieurs groupes de radios nationales de changer de catégorie pour diffuser de la publicité locale sur leurs antennes. Le Sirti craint un «  dumping anticoncurrentiel  » par le «  couplage des réseaux constitués par différentes radios d’un même groupe dans une zone donnée, ce qui marginaliserait sur les réseaux locaux les radios indépendantes  » (Stratégies Newsletter, 2 mai 05).
Une préoccupation similaire à celle des télévisons locales (lire plus haut : Télé locales - Lobbying 2)

- Radio - Cession. Pierre Fabre, groupe pharmaceutique, qui détient L’Eveil de la Haute-Loire, et de 6% de La Dépêche du Midi, se désengage de la radio.

Il projette de vendre Sud Radio [14] à une association de radios indépendantes mais pas philantropes [15] réunissant Alouette, Scoop et le groupe Start (propriétaire notamment d’Ado FM).

La cession a provoqué une grève préventive des salariés : ils veulent que Pierre Fabre les rassure. Mais Pierre Fabre a besoin de lecture : il lorgne sur les Editions du Rocher pour lesquels il propose environ 10 millions d’euros.

- Radio - dénonciation. Dans un communiqué, les syndicats CFDT, SNJ et CGT et la Société des journalistes de Radio France internationale (RFI) ont dénoncé le 18 mai 05 dans des communiqués des cas de « " censure " dans les informations diffusées par cette radio ».

La CFDT constate que la nouvelle direction de RFI est «  " aux ordres du Quai d’Orsay " » et pense que Philippe Couve, qui était directeur du service Internet de RFI, a « dû démissionner de ses fonctions à la suite du retrait imposé par la direction d’un article sur l’affaire Borrel, un juge français dont le suicide à Djibouti fait l’objet d’une controverse  ».

III. Presse écrite

- Presse quotidienne régionale - Chaisemartin derrière Candover ?. Rumeur qui «  revient avec insistance  » mise au jour par Stratégies (19 mai 05) [16] : l’ancien PDG de la Socpresse Yves de Chaisemartin serait «  derrière le fonds Candover, qui s’intéresse au Dauphiné libéré, au Progrès et à La Voix du Nord, détenus, comme la Socpresse, par
Dassault
 ».

- Presse quotidienne régionale - Le Télégramme en prise (de thunes) avec Metro. Selon la newsletter de CB News (1er juin) Via Media, la régie publicitaire locale du Telegramme, a signé un contrat avec Metro pour commercialiser « dans les dix jours qui viennent les espaces pour les annonceurs régionaux  ».

- Presse quotidienne régionale - Social. A l’appel de la Filpac-CGT, le personnel technique du Républicain lorrain s’est mis en grève le 2 juin (Les Echos, 3 juin).

Car dans le cadre du processus de modernisation technique et rédactionnel, une suppression de 106 postes est prévue suite au « découpage de la zone de diffusion et l’arrivée d’un nouveau format du journal à l’horizon 2008 ».

- Presse quotidienne nationale - remodelage du contenant en vue. Le Parisien, Le Figaro et Le Monde préparent pour la rentrée de nouvelles maquettes.
Le 24 mai 05, Le Figaro (« Petits formats, grands effets  ») annonce déjà ce qui attend le lecteur : la lecture « s’horizontalise » (sic), or « la force du tabloïd est de se rapprocher d’un rythme de lecture proche de celui offert par les magazines, tant apprécié par les Européens en général, et les Français en particulier. Le tabloïd offre en fait une ‘’synthèse entre la presse magazine et la presse quotidienne’’, analyse Jean-Marie Charon, chercheur au CNRS  ». Et de citer les exemples récents des gratuits 20 Minutes et Metro.

- Presse quotidienne nationale - Le Monde et contenu marchand. À force d’abnégation, Le Monde parvient à s’alléger de sa masse salariale. Le quotidien «  a enregistré 31 demandes d’adhésion supplémentaires à son plan de départs volontaires, après sa réouverture le 18 novembre 2004 » (Les Echos 13 mai 05).

Pourtant, Le Monde sait trouver de l’argent pour le lancement de sa collection « Le Musée du Monde  » (ces 36 livres d’art édités avec Taschen, vendus avec son magazine [17]), il s’est offert une campagne de publicité sur le câble et le satellite, d’un budget de « 1,5 million d’euros  ».

C’est bien sûr un retour sur investissement : «  Le groupe compte bien exporter le savoir-faire de son nouvel actionnaire Prisa. Près d’un tiers des 343 millions d’euros de chiffre d’affaires de l’éditeur d’El Pais est issu des produits dérivés. " En 2006, ces produits vont mécaniquement remettre les comptes du journal au vert et ils pourraient représenter 10 % de notre chiffre d’affaires ", explique Fabrice Nora, directeur général délégué des opérations au Monde  » (La Tribune, 20 mai 05).

- Presse quotidienne nationale et contenu marchand - Le Parisien veut aussi trouver de l’argent. Le Figaro (19 mai 05) évoque «  parmi les pistes de développement  » du Parisien «  celle des produits dérivés (livres, guides...). Un département a d’ailleurs été créé dans ce sens. Aux yeux du directeur général, la déclinaison de la marque Le Parisien doit être considérée comme un « relais de croissance ».

Autre facteur de développement, l’événementiel. Créer des grands concerts, organiser des événements festifs, culturels sous la bannière Le Parisien est une piste étudiée par la direction générale. Déclinaison de la marque ou brand-strectching dans les milieux autorisés du concept marketing vendeur.

Rappelons que le quotidien appartient au groupe Amaury (L’Equipe) qui déteint ASO - organisateur notoire du Dakar et du Tour de France.

-  Presse quotidienne nationale - Le Parisien va dégraisser. Le Parisien s’apprêterait à restructurer son imprimerie » (Les Echos, 2 juin 05). Et comme à la parade : « un plan social prévoyant la suppression de 30 % du personnel. »

- Presse gratuite - Tiens, Rothschild investit. Le premier actionnaire de Libération, dont le directeur de la rédaction Serge July fustige dès qu’il le peut les quotidiens gratuits, se lance pourtant dans le business des gratuits : « H3S Group, numéro deux en France de la presse gratuite thématique va " s’associer, dans le cadre d’un LBO, avec le fonds géré par Edmond de Rothschild Capital Partners, afin de financer l’accélération du développement du groupe ". H3S Group, qui édite 32 titres (Mag immo, l’Offre immobilière, Mag nautic...) et emploie 310 personnes, a réalisé, en 2004, un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros.  » (La Tribune, 17 mai 05).

- Presse Gratuite - et de trois. «  EuropePlusNet, magazine généraliste en ligne abordant tous les sujets de société sous l’angle européen, va paraître le 9 mai 05 en version papier. Ce magazine, édité par l’Association des journalistes européens, se présentera sous la forme d’un cahier de 12 pages insérés dans le gratuit Economie Matin. EuropPlusNet sera diffusé à 200 000 ex dans les grandes villes de France  » (Newsletter de CB News, 9 mai 05).

- Presse et contenus marchand - rafale de plaintes. Les producteurs indépendants réunis au sein de la Chambre syndicale des producteurs de films (CSPF) se sont réveillés en portant « plainte auprès du Tribunal de grande instance contre Le Monde, Le Figaro, Entrevue, Téléstar et Télé Poche pour concurrence déloyale  » (La Tribune, 10 mai 05).

Idem, l’Union de l’édition vidéographique indépendante (Unevi), soutenue par la Chambre syndicale des producteurs de films et le Syndicat des producteurs indépendants, a assigné en justice cinq titres de presse : Le Monde, Le Figaro, Entrevue, Télé star et Télé poche. Les accusant, avec leurs DVD en suppléments, de dévaloriser la notion d’œuvre audiovisuelle et cinématographique, ce qui porte selon eux « gravement préjudice au métier d’éditeur  » (Stratégies Newsletter, 18 mai 05).

Par ailleurs, le syndicat national de l’édition fait savoir qu’il «  déplore vivement l’initiative du Monde » (Libération ,19 mai 05).

- Kiosquiers - social. En ligne directe avec ce qui précède, à l’appel du Syndicat national des libraires et de la presse ainsi que du Syndicat des diffuseurs, les malheureux kiosquiers parisiens, environ 150 kiosquiers ou magasins de presse parisiens ont fait grève du 30 mai au 1er juin, jugeant leur situation «  intenable et insupportable ». Ils voulaient une augmentation de 5 % de leur commission perçues sur chaque vente, une meilleure régulation dans le trafic des centaines de journaux et Dvd qu’ils reçoivent et doivent exposer.

Représentés par Syndicat national des diffuseurs de presse (SNDP), ils ont finalement obtenu une « une commission additionnelle de 0,5 % au titre de la " pénibilité ”, qualification qui remplace la notion d’" amplitude horaire ”. Jusque-là cette commission ne devait être payée que par les éditeurs de magazines » (Les Echos, 3 juin 05).

- Presse magazine - Troubles à l’Express. [18] Sur fond de rumeurs de revente (le Belge Roularta [19]), Dassault, en nommant un affidé (Rudi Roussillon) à la présidence du conseil de surveillance du Groupe Express-Expansion contre l’avis du directeur du de L’Express et PDG du groupe, Denis Jeambar, lequel souhaitait la nomination d’une personnalité indépendante, a provoqué l’ire de la Société des journalistes, craignant une ingérence éditoriale [20]. Il y eut grève, et recul masqué de Dassault : des « avancées dans les négociations avec Rudi Roussillon ».

- Presse magazine économique - un fonds de plus. La Commission européenne a transmis au groupe Dassault l’agrément de la société d’investissement Prado Finance comme acquéreur de l’hebdomadaire La Vie Financière, selon un communiqué (26 avril 2005) du groupe Express-Expansion, propriétaire du titre et filiale de la Socpresse [21].

Un fonds à La Vie Financière : au moins l’hebdo financier sera-t-il aux premières loges...

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[2Voir la rubrique rubrique 40 (note d’Acrimed).

[4Voir la rubrique Sports et loisirs (note d’Acrimed).

[5Pour rappel sur la mentalité sportive de Le Lay, lire Le Lay ou le comble de la décence.

[6Réponse : c’est déjà prévu. Lire les éditions précédentes de L’actualité des médias, sur la convergence

[7" Le CSA lance la bataille pour désigner le futur président de France Télévisions ".

[9Dans son numéro du 1er juin 2005, Le Canard enchaîné publie l’information suivante :
" Ex-patron de la DDM (Direction des médias) à Matignon et conseiller de l’Elysée pour la Culture et la Communication, Alain Seban a reçu succesivement à déjeuner plusieurs membres du CSA pour leur demander de reconduire, cet été, son ami Marc Tessier. " Ce qui susciterait la colère de Dominique Baudis, président du CSA : Tessier et Seban " entretiennent les meilleurs liens avec Douste-Blazy ", successeur à la mairie de Toulouse de Baudis, qui l’a dans son colimateur depuis l’affaire Alègre (voir L’affaire "Alègre" (Toulouse)) (note d’Acrimed).

[10France 3 avec 14,5% perd 0,5 point. M6, avec 13,7%, gagne 1,7 point.

[11France 4, NT1, W9 et NRJ 12

[12sans oublier Nextradio avec BFM

[13TLT Toulouse, TLM Lyon, TV8 Mont-Blanc, Clermont 1ère, TV7 Bordeaux, Marseille Télévision locale, Nantes 7, Angers 7, Touraine Télévision et Orléans TV.

[14522 000 auditeurs quotidiens, selon Médiamétrie.

[15« Ces quatre groupes radiophoniques, fers de lance des stations indépendantes en France, multiplient les acquisitions de radios locales et régionales depuis plusieurs années » notent Les Echos du 2 juin 05.

[16Nuançons : où, qui, quoi, quand, comment ? - ndlr.

[17Et écrits dans un français incertain (note d’Acrimed).

[20Gag des Echos (2 juin 05) : « La tonalité éditoriale du journal sur la politique gouvernementale exaspèrerait au plus haut point l’Elysée  ». Si bien que l’actionnaire « essaie d’établir un rapport de force qui lui soit plus favorable  ».

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.

Jeudi d’Acrimed : la « vie au poste » de Samuel Gontier, journaliste de canapé (15 décembre)

Retour sur huit années de gardes à vue télévisuelles.