Observatoire des media

ACRIMED

" Invité de la semaine ", dans L’Humanité (17-21 février 2003)

Invité par L’Huma : Guerre sociale ? (18 fév. 2003)

Pourquoi ne rien dire de cette forme de " guerre sociale " que mènent les médias dominants, quand ils traitent par le silence ou le mépris le monde du travail ?
par Henri Maler,

" Invité de la semaine ", par L’Humanité, en qualité d’ " universitaire et co-animateur d’Acrimed ", Henri Maler, du 17 au 21 février 2003, a proposé cinq brèves chroniques d’actualité qui s’inspirent d’articles souvent plus développés parus sur ce site.

Plusieurs centaines de milliers d’enfants irakiens sont morts des conséquences d’un embargo aussi humanitaire que le sont toutes les guerres impériales. Mais TF1 leur a consacré moins de temps qu’à l’opération " pièces jaunes ". Le peuple palestinien subit l’occupation et la misère. Mais nos intellectuels pour médias s’en émeuvent beaucoup moins que du non renouvellement d’un accord avec les Universités palestiniennes, qu’ils font passer, avec l’assentiment de nos majestés éditoriales, pour un " boycott " sournoisement antisémite.

Il existe en France des millions de sans voix et de sans droits, de chômeurs et de précaires. Mais les médias dominants les rangent prudemment dans les statistiques, dont ils ne sortent que dans des occasions très particulières : quand le vote pour le Front National incite Le Monde à enquêter subitement sur une " France qui va mal " ... et qui ne lit pas les pages boursières ; quand l’accumulation des fermetures d’entreprises et des " plans sociaux " obligent, pour un temps, à chasser de l’ouverture des journaux télévisés les informations sur l’enneigement des stations de sport d’hiver ; quand quelques actions spectaculaires sortent les anonymes de la clandestinité sociale où le journalisme routinier les maintient, en dépit du souhait et du travail de quelques dizaines de journalistes. " Journalisme de classe " ? L’expression semble appartenir à une autre époque. Mais la réalité ?

Autre expression tombée en désuétude : il fut un temps où existait en France un " problème du chômage ". Comme ledit " problème " n’a pas été résolu, c’est à peine si le chômage existe encore dans nos gazettes. Il a été remplacé par le " problème de l’insécurité " : une aubaine qui permet de substituer le répertoire des faits divers au traitement de l’actualité sociale ; une construction médiatique quand, sous couvert de parler de l’insécurité réellement existante, elle en amalgame toutes les formes (à l’exclusion de l’insécurité sociale) et la coupe de ses racines : les ravages sociaux provoqués par cette " modernité " dont la plupart de nos éditorialistes sont les zélateurs et, parfois, les bénéficiaires.

Si l’on dénonce, à juste titre, la " guerre contre les pauvres " engagée par les mesures répressives prises par le gouvernement Raffarin, pourquoi ne rien dire de cette forme de " guerre sociale " que mènent les médias dominants, quand ils traitent par le silence ou le mépris le monde du travail ? Une guerre feutrée à laquelle le journal Pas Lire Pas Lu consacre, dans son dernier numéro, une enquête exemplaire. Une seule exemple : " Sur les 630 épisodes du ’Téléphone sonne’, les 136 magazines ’Interceptions’ et les 128 de ’Rue des entrepreneurs ’ diffusés entre 2000 et 2002 par France Inter, seules deux émissions ont abord les conditions de travail (contre 59 pour l’ " insécurité " et la délinquance). "

Cette domination médiatique n’est pas anecdotique : non que les " publics ", comme on dit, la subissent comme des chiots que l’on dresse, mais parce que, malgré les brèches ménagées par quelques enquêtes et quelques documentaires, elle légitime une représentation du monde social conforme à " la pensée de marché ". Si " un autre monde est possible ", c’est aussi parce qu’un autre monde médiatique est possible : on ne lui ouvre pas la voie en ménageant l’ordre médiatique existant.


Les cinq chroniques :
1. Manifestations contre la guerre (17 fév. 2003),
2. Guerre sociale ? (18 fév. 2003),
3. A propos de L’Humanité (19 fév. 2003),
4. " Les petits soldats du journalisme " (20 fév. 2003),
5. La face cachée du Monde, prologue (21 fév. 2003).

 
  • Enregistrer au format PDF

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.