Observatoire des media

ACRIMED

Le magot des télévisions locales nantaises et ses enjeux

par François Le Nours,

Depuis le 10 décembre 2004, 750 000 téléspectateurs de l’agglomération nantaise peuvent apprécier, dans l’attente de la Télévision numérique terrestre, les premiers effets de l’explosion de l’offre télévisuelle en recevant gratuitement, sur le canal 47 de leur téléviseur, les programmes des deux nouvelles chaînes locales : « Nantes 7 » et « Télénantes ». Cette apparente profusion médiatique est le résultat du choix opéré par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel de partager, pour la première fois, le gâteau d’une fréquence locale hertzienne et d’en attribuer un modeste morceau, en application de la loi du 1er Août 2000 [1], à un candidat qui se présente depuis comme « la plus grande télévision locale associative hertzienne de France » [2].

De quoi susciter espoirs mais aussi grandes manœuvres et appétits féroces : à Nantes, ainsi que dans les villes où ont été lancés des appels à candidature pour l’obtention de canaux hertziens locaux. De quoi attiser regrets et colère à Marseille où l’insolente et symbolique victoire de TV7 Marseille, c’est-à-dire du quotidien La Provence, filiale du groupe Lagardère, de la Caisse d’Epargne et du groupe AB Production, nie le principe même de TVasso, télévision des quartiers portée par une vingtaine d’associations [3].

Raison de plus pour observer et décortiquer la formule nantaise.

Stratégies d’accaparement, positionnements et profitabilité publicitaire

Par décision du 15 juillet 2003, le CSA a attribué, pour une durée de 10 ans, la fréquence du canal 47 nantais à deux éditeurs au positionnement éditorial distinct. L’un, commercial et privé, est baptisé Nantes 7 : nom de télévision de la société TV Nantes Atlantique dont l’actionnaire principal, allié pour l’occasion au Télégramme de Brest, est la Socpresse, propriétaire entre autres du Figaro, du quotidien nantais Presse-Océan et du Football Club Nantes-Atlantique [4]. L’autre, Télénantes, s’est donné, pour rentrer dans le cadre de la loi du 1er Août 2000, une structure associative, mais a regroupé ses membres autour de l’agence nantaise Double Mixte spécialisée dans la communication des collectivités locales dont la ville de Nantes [5].

Financée essentiellement par les recettes d’Inter-Régie, sa régie publicitaire, Nantes 7 occupe 19 heures quotidiennes d’antenne sous la houlette de Frédéric Hertz, venu de la direction de TV 10 Angers, et de Noël Couëdel, directeur du pôle Ouest de la Socpresse, ancien directeur de l’Equipe, des rédactions du Parisien, d’iTélévision et de RTL.

Rythmés et organisés par les retours des tunnels publicitaires, à la profitabilité annoncée - ils devront assurer la couverture des 3 millions d’euros du budget de fonctionnement annuel [6] - , les rendez-vous multi-diffusés de la grille de programmes sont un journal télévisé de 26 minutes, sept jours sur sept, un 13 minutes quotidien dédié au Football Club Nantes-Atlantique [7], un plateau quotidien centré sur un ou plusieurs invités dans un décor d’ « appartement », et des magazines thématiques.

L’homogénéisation du tout est réalisée à l’antenne par l’usage d’une rhétorique marketing déclinée sur le ton de l’autocongratulation permanente - on dit maintenant valorisation - et du consensus enjoué. Ce tout est habillé par une identité visuelle et une charte graphique cohérentes, un peu tapageuses mais efficaces sans être ordinaires, en tout cas suffisantes pour faire valoir l’existence de la chaîne face aux poids lourds de la diffusion hertzienne [8]. Le colocataire des dépendances de la fréquence, Télénantes, a plus de souci à se faire. Avec un partage de l’antenne inégalitaire, qui tient du marché de dupes, et des horaires de diffusion pénalisants, il n’aura pas trop de sa « différence » éditoriale pour affirmer sa présence sur le canal 47 et faire valoir son identité.

L’actualité nantaise et celle du FCNA, traitées donc, au jour le jour, par Nantes 7, autour de la grand-messe emblématique, très française, d’un journal télévisé. Ce choix a une logique en direction les annonceurs : « maintenir le plus fort taux de présence -ce qui ne veut pas dire d’intérêt actif- des téléspectateurs » devant leur téléviseur et transformer, de manière indirecte, ce journal - un de plus -, indispensable à l’image de marque de la chaîne, « en produit d’appel chargé de conduire les téléspectateurs d’un écran publicitaire à un autre ». Ce faisant, il consacre « le règne de l’audience instantanée, évaluée essentiellement en termes quantitatifs, comme critère autonome, indépendant du contenu [9].

Les importants moyens humains et techniques, qu’implique ce type de choix, devront cependant aussi permettre de produire les 9 à 10 heures de programmes frais hebdomadaires, imposés à Nantes 7 par le cahier des charges du CSA.

Avant de devenir financier, l’enjeu paraît, et pour quelques années encore, plutôt stratégique. Il est celui auquel sont confrontés les principaux titres de la presse quotidienne régionale (PQR) : prendre pied, par le biais des télévisions locales privées et par des alliances avec les nouveaux entrants du PAF (les groupes Lagardère, Dassault, NRJ, AB, France Antille-Comareg...), « dans la constitution d’un septième réseau de télévision analogique hertzien à côté de l’existant (TF1, France 2, France 3, Arte-France5, M6 et Canal+ [10], pour espérer à terme améliorer sensiblement les résultats en recul de leurs régies publicitaires et de leurs ventes. Pierre Musso, interviewé dans l’Humanité, fait remarquer que « tous titres confondus, la presse quotidienne attire 16% des recettes publicitaires globales...(que) le marché publicitaire local est très limité. La Presse Quotidienne Régionale, ajoute-t-il, n’a que 6% des recettes publicitaires et va être grignotée par les gratuits et la télévision locale hertzienne qui arrive. C’est une situation atypique en Europe » [11].

Le positionnement de Télénantes se veut différent. « Dans l’univers concurrentiel et marchand de la télévision, Télénantes lance le pari de créer une télévision locale de service public. Une télévision gratuite, au service de la société civile, avec pour thématique la vie locale, sociale, économique et culturelle » lisait-on dans le numéro de juin 2002 du journal de l’association. On y précise : « les gens passent 3h15 par jour devant leur poste de télé. Ils connaissent mieux les rues de San Francisco que les rues de leur propre ville. On admet aujourd’hui que les images participent à la formation de l’opinion et à l’acquisition du savoir. Si le local n’existe pas dans ce schéma concurrentiel, il disparaît ». Le ton est donné et l’argumentaire fait mouche. Le médium télévisuel, nouveau vecteur du débat démocratique, prenant la place de l’écrit inaccessible à beaucoup et la défense du local sont des accroches qui méritent qu’on s’y arrête. Le discours doit étonner, renouveler les « idées » sur la télévision, re-crédibiliser par ses formules un média décrié, notamment auprès des étudiants, des quadra branchés ou des « dircoms » des communes de l’agglomération nantaise. Télénantes sait donc faire parler d’elle. Appuyée sur les subventions de la ville, de la communauté urbaine Nantes-Métropole, du département de Loire-Atlantique, Télénantes, « espace d’information, d’expression, d’intégration, de création », sera « une télévision qui répond à des missions de service public » qui valorise « les habitants, les initiatives, le patrimoine et l’estuaire ». « Média participatif », de « lien social », « citoyen », la télévision favorisera « le pluralisme », « l’échange, le débat, la compréhension des enjeux locaux ». Elle « séduira et étonnera » en refusant le formatage télévisuel des cerveaux, en proposant « une pluralité de formes et d’écriture télévisuelles » [12].

Pour autant, le projet, porté par l’association Télénantes, ne milite pas pour un projet de télévision d’associations. Il développe sa conception d’un service public local, appuyé sur les collectivités et se positionne à l’intérieur du réseau des Télévisions Locales de Service Public (UTLSP). Il a su et continue de confondre, dans le discours, une structure, un réseau, une marque, mais aussi une sorte de groupe de pression : l’Union des Télévisions Locales de Service public, avec la notion même de service public d’information pluraliste.

Service public local, indépendance éditoriale, lien social : le prix du discours

L’équation financière d’une télévision locale et « de service public » donc suppose, cependant, une conviction et une volonté politiques fortes. Même à l’échelle d’une agglomération, elle reste un média et une industrie qui coûtent cher, surtout s’il s’agit d’une chaîne d’information qui prétend fonder son identité éditoriale sur l’expression des habitants. Le budget annuel global annoncé, d’environ 1,4 millions d’euros (80% de subventions des collectivités locales et 20%, pour l’instant, de publicité dès la première année) [13], paraît trop serré, notamment en regard des ambitions éditoriales et programmatiques affichées il y a un an [14]. Il a contraint Télénantes à réduire la voilure dès son ouverture d’antenne d’autant que la manne publicitaire n’est pas assurée. La chaîne, conduite par Dominique Luneau, journaliste- directeur de l’agence de presse économique API, ne sera donc en mesure, pour l’instant, de produire que deux heures et demie de programmes frais par semaine [15]. Il lui faudra pourtant trouver les moyens de presque doubler, dans les années qui viennent, cette autoproduction pour atteindre le volume de « 40 minutes quotidiennes d’émissions locales en première diffusion  » fixé par convention entre Télénantes et le CSA [16].

En attendant ce pari difficile, voir inenvisageable avec les moyens actuels, les charges des emprunts contractés, en particulier pour doter la chaîne des équipements nécessaires à la fabrication des programmes, ne permettront pas davantage. C’est au total, un peu plus d’une centaine d’heures qui seront autoproduites ou coproduites en 2005. Parce que c’est ce qui coûte le moins cher et sans doute aussi pour coller à la standardisation actuelle du grand cirque de la causerie et des conversations à la télévision [17], on peut parier sans risque - c’est ce qu’annonce la première grille des programmes - qu’elles prendront souvent la forme de « plateaux » sur le terrain et de débats construits autour d’invités sensés représentés les fameuses composantes de la population nantaise.

Pendant ses cinq heures d’antenne quotidiennes (20h 55-23h55, 13h-15h) Télénantes compte sur la multi-diffusion de magazines hebdomadaires ou mensuels, à raison de deux ou trois par semaine. Les thématiques traiteront les projets territoriaux, les faits de société, le retour sur l’actualité, la culture [18]. La chaîne souhaite, par ailleurs, diversifier et enrichir sa grille de captations, de collaborations, de partenariats par exemple avec l’Université [19], de co-productions avec les producteurs locaux. Là encore les moyens le permettront-ils ? Les partenaires de Télénantes ou les étudiants bénévoles pourront-ils travailler gratuitement, dans la durée, sans autre contrepartie que la diffusion ? Quant aux co-productions : sur quels équilibres seront-elles assises ? On connaît la composition du pâté d’alouette proposé par TV Breizh aux producteurs bretons. On sait maintenant qu’il a rendu malades et exsangues les entreprises audiovisuelles qui y ont goûté [20].

L’enjeu, ici, avant même d’être financier, relève de la responsabilité du politique, de son engagement concernant la pratique citoyenne des médias. Les différentes télévisions portées par des associations, qui se situent, pour la plupart d’entre elles, dans le champ du non-profit, qui sont ancrées dans le lien social et l’émergence de la parole des habitants, peuvent obtenir des fréquences, mais rien n’est prévu pour les financer. Le pouvoir actuel a écarté toute discussion sur un fond de soutien à l’expression audiovisuelle [21]. L’opposition socialiste, dans sa lettre de réponse à l’Observatoire français des médias (OFM), lors des dernières élections européennes, affirme que : « Le développement des télévisions locales ne doit pas, à terme, se réduire à l’extension des groupes nationaux ou du monopole de la presse écrite régionale  » et souhaite, entre autres, « la mise en place d’un tiers secteur télévisuel indispensable au pluralisme de l’expression locale et de la vie citoyenne »  [22]. Encore faut-il trouver et accorder, sur le terrain, là où c’est possible, les moyens réels de figurer face aux grosses cylindrées privées qui se lancent dans la télévision locale hertzienne, de construire un véritable média citoyen d’information, de ne pas l’instrumentaliser, d’en garantir envers et contre tous l’indépendance éditoriale.

Le lobbying fructueux d’Yves de Chaisemartin

Le CSA pensait, sans doute, avoir bien fait les choses le 15 juillet 2003 en partageant le canal 47 de l’agglomération nantaise. Il accordait à la Socpresse ce que son patron de l’époque, Yves de Chaisemartin, lui avait expressément demandé, le 5 mars 2003, lors de son audition pour l’attribution du canal : à savoir une large partie de la fréquence, avec l’assurance de l’ouverture aux télévisions locales de secteurs de publicité jusque-là interdits dont celui de la grande distribution.

De Chaisemartin le 5 mars : « ...je ne crois pas que nous sommes là pour parler la langue de bois. Je pense qu’il y aurait une gigantesque incohérence à être candidat à des fréquences de télévision locale et hostile à l’ouverture à la publicité des secteurs interdits. Au risque de fâcher un certain nombre (il rompt là un accord passé avec la PQR donc avec François Régis Hutin, le patron du 1er quotidien français Ouest-France, présent dans la salle parce qu’il va défendre sans succès, associé à TV Breizh et à Patrick Le Lay, un projet concurrent pour la fréquence nantaise)... je vous dit (au CSA) clairement aujourd’hui que nous sommes favorables à l’ouverture des secteurs interdits. Nous le sommes parce qu’il nous paraît que c’est dans l’air du temps et dans la logique de l’histoire, dans la comparaison avec d’autres pays du monde libéral... » [23]. Ces secteurs interdits de publicité à la télévision étaient jusque-là la chasse gardée et une importante source de profitabilité de la PQR.

Le CSA connaît la réponse le 15 juillet quand il attribue la fréquence nantaise, mais ne répondra officiellement et de manière positive à la demande de Chaisemartin qu’après avoir été sollicité pour avis par le gouvernement. Dans son rapport annuel 2003, il justifie son avis : «  L’année 2003 aura été marquée par l’ouverture des écrans publicitaires à plusieurs secteurs jusque-là interdits de publicité télévisée. Pressé par la Commission européenne qui considérait que le dispositif consistant à proscrire l’accès de secteurs économiques à la publicité pouvait constituer une restriction au principe communautaire de libre prestation des services et qu’il n’était pas proportionné aux objectifs poursuivis de pluralisme de l’information et des médias, le gouvernement français à modifié, le 7 octobre 2003, après avoir sollicité l’avis du CSA, l’article 8 du décret du 27 mars 1992... [24]. Les nouveaux décrets paraîtront en décembre 2003.

En accordant à Télénantes la portion congrue de la fréquence, le CSA voit là le moyen de faire la timide démonstration, sur le terrain du droit, de son ouverture vers les projets associatifs. Dans son rapport annuel, il insiste, à propos de Télénantes, pour le cas où les observateurs n’auraient rien vu ou compris. [25] : « Il convient de souligner que pour la première fois, le CSA a, au cours de l’année 2003, présélectionné des personnes morales relevant de la loi du 29 juillet 1901 sur les associations en vue de l’exploitation d’un service local de télévision par voie hertzienne terrestre analogique. L’autorisation de tels services est ouverte au secteur associatif depuis la loi du 1er août 2000... [26] ».

C’est sans doute pour rassurer les collectivités locales concernées, un peu bousculées par l’attribution du canal 47, que le CSA fait un choix délibérément nantais qui à l’avantage d’écarter le projet d’une télévision plus régionale que locale, à coloration bretonne : TVB Nantes, portée par la télévision lorientaise TV Breizh, Patrick Le Lay de TF1 et le quotidien rennais Ouest-France.

Le nouveau Paysage Audiovisuel Nantais (PAN)

Les sollicitudes feutrées du CSA vont toutefois rudement secouer le PAN et la PQR Le taux de pénétration de la PQR est important dans l’Ouest [27]. En Bretagne mais aussi en Loire-Atlantique, dans le Maine et Loire, la Sarthe, la Vendée où le pluralisme de la presse quotidienne est une réalité [28]. L’arrivée des télévisions locales hertziennes à Nantes mais aussi bientôt à Angers et au Mans relance la concurrence et les grandes manœuvres dans le champ télévisuel. Tous les titres de la PQR de l’Ouest se retrouvent autour du panier des télévisions locales.

Si Nantes 7 se positionne, avec son journal télévisé quotidien, de manière frontale contre le service public, « France 3 Ouest » et son décrochage nantais « Estuaire », la chaîne espère bien aussi mordre en fin de « prime time » sur le décrochage d’informations « locales » de M6. Elle s’interroge cependant déjà sur son devenir depuis le rachat sans sommation (PAN, PAN), il y a quelques mois, de l’empire Hersant par le Groupe Dassault. Avec près de 80% du capital de la Socpresse, l’avionneur-marchand d’armes est à la tête d’un empire de presse comptant quelque 70 titres [29] dont Presse-Océan et Nantes 7, qui a commencé à émettre le 10 décembre.

On sait, depuis ce rachat, que Serge Dassault a fait savoir qu’il souhaitait se débarrasser des titres déficitaires du groupe. Il est donc entré récemment en discussion avec le groupe concurrent, Ouest-France, pour lui céder son pôle de journaux régionaux de l’Ouest. « Le périmètre de discussion  », comme il a été dit, porte sur les titres de la Socpresse [30] dont le chiffre d’affaires global est de l’ordre de 75 millions d’euros, sur deux imprimeries, la régie publicitaire Inter-régies et Nantes 7. Si le FC Nantes Atlantique ne semble pas concerné par les discussions en cours, Nantes 7 semble bien faire partie, à la demande de Ouest-France, de la corbeille d’un curieux mariage entre la démocratie chrétienne bretonne et le chiraco-libéralisme le plus dur, surtout depuis la mise sur la touche, par Serge Dassault, d’Yves de Chaisemartin, qui avait affronté François Régis Hutin devant le CSA. Ce serait sur ces terres de l’Ouest, où est particulièrement actif et fédérateur l’institut patronal de Locarn : cette « sorte de Davos breton » [31], où plane parfois l’ombre de l’Opus Dei, une version actualisée et médiatique de l’alliance du sabre et du goupillon.

Sans préjuger de l’issue des négociations entre les deux groupes - le chiffre de l’offre avancé de 65 millions d’euros serait jugée insuffisant -, on peut cependant constater qu’ils viennent de répondre conjointement le 15 décembre 2004 à l’appel à candidature du CSA, concernant deux chaînes locales hertziennes sur Angers et Le Mans [32]. En présence de Noël Couëdel pour la Socpresse, François Régis Hutin a tenu à exprimer son leadership dans le montage présenté : « ... Nous devons par tous les moyens continuer la transmission de l’information. La presse écrite est embarquée dans le multimédia. Nous devons continuer le contact avec nos lecteurs par ce moyen... » Puis il a défini les contours d’un pluralisme d’un genre nouveau : « ...Avec la présence de Ouest-France et de la Socpresse, il y aura un pluralisme interne aux chaînes. .. ». Il aurait pu aussi commenter l’intéressante apparition, pour la première fois, des Centres Leclerc à ses côtés dans le capital du projet Le Mans 7 par le biais discret de Direct Distribution.

L’offre de rachat faite par Ouest-France montre que la concentration des médias est souvent l’œuvre des médias eux-mêmes, qu’ils n’hésitent plus à compromettre le droit à l’information, le pluralisme et le droit d’informer. La réponse conjointe, faite au CSA, par Ouest-France et la Socpresse, sur Angers et Le Mans, après l’accord probable sur Nantes, pointe aussi l’intérêt que cherchent à trouver les deux groupes dans la syndication du marché de la communication publicitaire et de l’offre de programmes par « blocs similaires de programmation ». Comme l’expliquait Guy Pineau à la 2è Université Européenne des Télévisions de proximité à Albi en octobre 2003, il y a dans ces syndications « ...en germe le danger d’acclimatation du modèle américain des networks, association de TV locales qui permet aux grands groupes de communication de poursuivre une stratégie de glocalisation, en investissant de façon coordonnée deux territoires, deux dimensions : le local et le global [33].

C’est sans doute pour avoir du réévaluer, depuis, sa stratégie, que Ouest-France, qui avait rallié au dernier moment et à la va-vite le projet de TVB(reizh) Nantes pour occuper la fréquence nantaise, ne pouvait rester sur un échec dans la plus grande ville de l’Ouest, là où les recettes de sa régie publicitaire sont les plus importantes. Son offre de rachat de Presse-Océan, du pôle Ouest de la Socpresse, son intérêt pour Nantes 7, ses candidatures conjointes aux fréquences locales hertziennes, lui permettraient de reprendre plus que le terrain perdu dans les trois principales villes de la Région des Pays de la Loire. Après avoir échoué à expérimenter avec TV Breizh, c’est-à-dire avec Patrick Le Lay, Sylvio Berlusconi, Rupert Murdock et François Pinault, une « Europe des régions audiovisuelles » appuyée sur de grands groupes internationaux de communication spécialisés dans la télévision commerciale [34], Ouest-France change de stratégie et de partenaires en reprenant de justesse la main au niveau hexagonal et régional par le biais de la PQR, avec la collaboration de Serge Dassault.

François Régis Hutin s’est d’ailleurs manifesté deux fois récemment à Nantes, en présence du maire Jean-Marc Ayrault, pour bien le faire comprendre : sur les marches du théâtre Graslin, d’abord, lors d’une manifestation de soutien aux deux journalistes français détenus en Irak, puis sur le chantier du futur siège départemental du quotidien. « Ouest-France, le journal de Nantes, a-t-il déclaré pour l’occasion... Être le journal de Nantes, c’est une fierté. Mais cela donne aussi des obligations ; D’abord garantir la qualité de l’information. Et c’est pourquoi nous avons besoin d’un outil moderne que nous construisons. Nous y implanterons tous les supports de diffusion : la rédaction du journal, bien sûr, mais aussi la radio, le site Internet, la télé Web et peut-être bien d’autres choses, nous l’espérons [35] ». La dernière allusion mériterait un développement de sa part. Puis s’adressant directement à Jean-Marc Ayrault, il a cherché à le conforter, devant l’opinion publique, sur le pluralisme : « Vous connaissez la rigueur de notre engagement sur le pluralisme et notre volonté de respecter ce principe, dont nous pensons qu’il est un pilier de la démocratie. Par le passé nous avons montré que nous avons su le maintenir lorsque des mouvements de concentration dans la presse nous ont concernés. C’est un point qui nous préoccupe. Nos exigences en cette matière sont les mêmes. [36] ». L’allusion aux grandes manœuvres en cours n’est là même plus voilée.

Télénantes : quel alibi ?

De quel poids va peser Télénantes, dans ce marigot médiatique ? La chaîne trouvera t-elle les moyens d’exister face à la puissance de frappe de l’autre éditeur de la fréquence ? Quel qu’il soit. Saura t-elle être davantage qu’une fenêtre concédée sur le canal 47 par Nantes 7 ? Ou sera t-elle, à court ou moyen terme, gobée d’un coup ?

Pourra t-elle affirmer, dans la durée, une identité citoyenne correspondant aux ambitions de la ligne éditoriale de départ ? Rencontrera t-elle les vrais acteurs du territoire et des téléspectateurs pour la regarder ? Sera t-elle capable de tisser, comme annoncé, du lien social à travers la participation des habitants à qui elle doit son financement et sa raison d’exister ?

Le rapport gouvernemental de la Direction des médias de juillet 2003 [37] ne va pas faciliter le développement de celle qui se prend pour « la plus grande télévision locale associative de France  ». Il ouvre plutôt un boulevard aux télévisions locales commerciales, issues ou pas de la PQR, en les aidant à conquérir leur nouveau marché, l’infranational. En ce qui concerne les télévisions dites « d’intérêt général » , c’est un bricolage-prétexte pour ne pas affirmer leur nécessité et leur liberté éditoriale. Il est proposé l’accueil par France 3 de partenaires locaux « à condition de prendre certaines précautions, notamment en termes de cohérence de la grille » ou d’offrir une fenêtre dans la programmation des télévisions commerciales, sous réserve de la compatibilité des contenus. Si, pour l’instant, l’indépendance éditoriale de Télénantes est affirmée, les questions de son financement et de sa pérennité, qui conditionnent son volume de programmes autoproduits, leurs contenus et leurs écritures, restent posées et risquent à court terme de ne plus la garantir.

Deux directions contradictoires semblent se présenter à Télénantes pour ne pas rester l’alibi, placé par le CSA, dans le nouveau Paysage Audiovisuel Nantais : approfondir le média d’information citoyenne ou emprunter les chemins d’une dérive « « entreprenario-libérale » fondée dans une pensée de marché.

Dans le premier cas, Télénantes devra s’ouvrir au terrain, trouver des appuis dans les tissus social, économique, associatif, les communes, les quartiers, tisser du lien sans retenue, ni arrière-pensée, partager ce qui a été difficilement acquis, montrer sa nécessité. Ce n’est pas gagné car l’association a la réputation d’être plutôt fermée [38], jalouse de son capital. Comme l’a écrit un journaliste nantais qui signait pour l’occasion Yves de Siègedupont dans le satirique journal local « La Lettre à Lulu » : Télénantes a « le pluralisme straponté ...La petite Télénantes n’est en fait associative que sur le papier et pas vraiment ouverte au monde associatif... » [39].

Dans le deuxième cas, Télénantes peut choisir de devenir une sorte de clone « light » d’un canal privé commercial mais construit avec des fonds publics en s’appuyant sur la valeur ajoutée et la dimension marketing d’une ligne éditoriale « différente » [40]. On connaît la recette. Après avoir contribué à déstabiliser le PAF, elle s’attaque au local. Les ingrédients sont ceux d’un nouvel espace de marchandisation : accorder une place de plus en plus importante aux écrans publicitaires et donc accepter à court terme de devoir être soumis à des impératifs immédiats d’audience pour trouver les ressources qui font défaut [41], entonner ouvertement le credo libéral et promouvoir de manière insistante l’économie de marché, ce qui montre que l’objectif d’influence idéologique est bien à l’œuvre dans ce type de média comme dans les autres [42], faire ce qui se fait, ce que font les autres donc ce que tout le monde fait, c’est-à-dire des produits interchangeables visant une programmation fédérative (ou, si l’on veut consensuelle) [43], travailler de plus en plus vite, faire de la minute d’antenne, se rapprocher de la concurrence et des autres éditeurs pour réaliser des économies d’échelle dans les fabrications, compresser la masse salariale, tirer sur le temps de travail comme actuellement dans beaucoup d’entreprises de presse [44], compter beaucoup et trop sur des co-productions, souvent à budget réduit, en acceptant leur écriture standard, souvent insipide, et leur formatage, chercher enfin, quand c’est possible, à changer de statut juridique.

Le rapport de la Direction des médias y pousse, en particulier sur le dernier point, puisqu’il recommande d’autoriser les collectivités territoriales à éditer un service de télévision par voie hertzienne en utilisant la structure juridique de la société d’économie mixte locale. Aucune décision n’a été prise pour l’instant, par le pouvoir, autorisant cette évolution. Si ce devait être finalement le cas, l’équilibre serait encore plus difficile à tenir entre le traitement indépendant de l’information et les demandes des collectivités locales ou des partenaires financiers. Quelle que soit la forme juridique adoptée, association ou SEM, le risque est grand, dans les conditions actuelles, de ne pas pouvoir garantir, dans le temps, les ambitions et l’indépendance éditoriales. Le glissement est insensible mais rapide entre information et communication. On le voit tous les jours sur les grandes chaînes généralistes nationales. Le danger de Télé-monsieur-le-maire, de Télé-monsieur-l’expert-local, de Télé-monsieur-le-décideur pointe son nez, à la place de l’expression des habitants. « Curieuse forme de décentralisation qui en 40 ans risque de passer de Télé-régionale-préfet à la Télé-locale-élus-territoriaux  » [45].

Le dossier distribué le 7 décembre 2004 par Télénantes, pour son lancement, à ses confrères de la presse dénote-t-il ce genre de glissement sémantique ou s’agit-t-il d’une reformulation pour rendre la ligne éditoriale plus accessible et plus claire ? En tout cas a disparu de la ligne éditoriale qui engage Télénantes auprès du CSA, telle qu’elle avait déjà été présentée en mai 2004 [46], le paragraphe suivant : « Tout citoyen, tout groupe économique, social ou culturel peut devenir producteur d’information et proposer des sujets d’intérêt général. À Télénantes de choisir de les traiter, de manière professionnelle et en toute indépendance »

La place, même modeste, occupée par Télénantes dans la formule nantaise a le mérite de dégager au moins trois types d’interrogations. Quelle place dans le PAF pour les télévisions locales ni privées, ni commerciales, issues du secteur associatif et à qui sont confiées des missions de service public d’information pluraliste et d’expression des habitants ? Quels modèles économiques proposer pour faire exister ce type de média ? Comment garantir, sur le long terme, l’indépendance et la pérennité de son positionnement éditorial face aux questions de son financement, des enjeux qu’il représente et des évolutions politiques locales ?

François Le Nours

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Télénantes est la première association, et pour l’instant la seule, à bénéficier de la loi du 1er Août 2000 qui reconnaît aux associations le droit de se porter candidates à l’attribution d’une fréquence nationale, régionale ou locale.

[2Le dossier de presse de Télénantes : mai 2004.

[3Le CSA a retenu le projet TV7 à Marseille le 3 novembre 2004. Sont aussi concernées début 2005, par les décisions du CSA Angers, Le Mans, Grenoble, Orléans, Tours, le département de la Dordogne. Voir sur le site d’ l’Acrimed, Guy Pineau, Alerte sur Marseille : les grosses pointures se lancent dans la télé locale ! ; Guy Pineau, Hachette-Lagardère pique la télévision de Marseille aux associatifs ! ; TVasso, « Lettre ouverte aux marseillais » ; Fédération Nationale des Vidéos de Pays et de Quartier, « Télé locale à Marseille : interrogations autour de la décision du CSA ».

[4Le capital de TV Nantes Atlantique est détenu par Presse Océan (49%), le Télégramme de Brest (14,6%), les Mutuelles de Loire-Atlantique (11,1%), la Caisse d’Epargne des pays de Loire (11,1%), Synergie : société d’intérim (11.1%), TV Nantes Atlantique Entreprises (3%). Voir Les publications du CSA, Auditions publiques du 5 mars 2003, page 26. La Socpresse est par ailleurs propriétaire de plusieurs quotidiens régionaux dans l’Ouest : Presse Océan - dont Vendée Matin - (53653 ex) à Nantes, Le Courrier de l’Ouest (97 238 ex) à Angers, Le Maine libre (47 837 ex) au Mans, soit un pôle de 200 000 exemplaires selon l’OJD 2003.

[5L’association « Télénantes » était localisée pendant plusieurs années, jusqu’à fin 2004, 11 rue des Olivettes à Nantes dans les locaux de l’agence Double Mixte. Le président de Télénantes, Benoît Perdoncin, est gérant de la société Théma prestations localisée 11 rue des Olivettes dans les locaux de l’agence Double Mixte. Patrick Ardois, trésorier de Télénantes est actionnaire et gérant de l’agence Double Mixte. Emmanuelle Morin, vice-présidente de Télénantes est actionnaire et salariée de Double Mixte. Ces trois personnes font aussi partie du collège des membres fondateurs de l’association Télénantes. Ce collège comprend au total cinq personnes, autoproclamées et irrévocables par l’Assemblée Générale de l‘association. Les membres fondateurs, s’ils le souhaitent, le sont donc à vie et verrouillent l’association. Cinq des six membres du Conseil d’Administration sont les membres fondateurs. Une dizaine de personnes sont venues compléter l’association en 2002, 2003, 2004. Sources : le dossier de presse de Télénantes - mai 2004, le greffe du tribunal du commerce, les statuts en préfecture.

[65 millions d’euros de recettes publicitaires à l’horizon 2009, dans le business plan de Nantes 7. Les publications du CSA, Auditions publiques du 5 mars 2003, page 24. Cependant, comme le fait remarquer le directeur de Nantes 7 (Conférence de presse de 7 déc. 2004), la publicité locale ne suffira pas à équilibrer le budget de la chaîne. La publicité nationale sera nécessaire à une hauteur nettement supérieure à 50% ainsi que la mise en syndication publicitaire de TV de villes alliées ou géographiquement proches. Voir plus loin, par exemple, le projet de régie publicitaire commune entre Nantes, Angers, Le Mans.

[7Le Football Club Nantes-Atlantique appartient à la Socpresse depuis son rachat à la ville en juin 2000. Nantes 7 espère tirer parti de l’image du club pour fidéliser un public de supporters. Jean-Luc Gripond, président du directoire du FCNA, était présent dans l’équipe de TV Nantes Atlantique auditionnée par le CSA le 5 Mars 2003. À la question du conseiller Levrier, sur une recette de 600 000 euros en provenance du FCNA en année 5 dans le business plan de Nantes 7, il répond : « Nous avons une approche purement commerciale... Il est clair que nous avons une synergie évidente que nous souhaitons exploiter entre le journal, la télévision et le FC Nantes... Donc, l’objectif du FC Nantes est vraiment de trouver un partenariat commercial qui permette, ce qui est un peu un phantasme de tous les clubs de football, un développement durable (sic) sur autre chose et parallèlement aux résultats sportifs ». Le conseiller Levrier : « Mais alors qu’achetez-vous exactement à la station ? C’est tout de même original de voir un club de football payer une télévision. Habituellement, cela se passe dans l’autre sens ! ». Source : les publications du CSA. Auditions publiques du 5 mars 2003, page 30. Malgré le démenti de Noël Couëdel, Ouest-France, intéressé au rachat de Nantes 7 (voir plus loin), « confirme que le FCNA verse 600 000 euros à Nantes 7 » dans son édition du 4 décembre 2004.

[8L’effort fait dans ce domaine par Nantes 7 montre qu’avec la diffusion hertzienne, pour l’instant gratuite pour le téléspectateur, la concurrence est rude et le zapping un sport national. Jouer dans la cour des grands réseaux, c’est y exister, entre autres, par son identité visuelle. Cela montre la nécessité des efforts consentis aussi par Télénantes dans ce domaine, mais en relativise cependant les effets escomptés. Si les deux chaînes comptent sur leur charte graphique pour être reconnues, le téléspectateur, sur le même canal, sera-t-il en mesure de faire la différence et de les dissocier ?

[9Henri Maler, « Critique des médias, critique de la domination », Acrimed 14 mai 2003.

[11Pierre Musso, « L’information, un bien commun »,L’Humanité, 1er décembre 2004.

[12« La ligne éditoriale » : dossier de presse de Télénantes, mai 2004. Sur le site de Télénantes (lien périmé, 2014).

[13Conférence de presse de Télénantes le 7 décembre 2004. Voir aussi : Pierre Musso, « TV Breizh, télévision-miroir de la Bretagne ? », Acrimed, 15 Août 2003. Pour donner un ordre de grandeur, le budget annuel annoncé de Télénantes représente approximativement le huitième de Télé Lyon Métropole, le septième de Télé Toulouse, la moitié de TV Rennes, les 4/5 de TV10 à Angers ou encore le neuvième de celui de TV Breizh à son ouverture d’antenne. Ces chaînes locales produisent toutes 3 à 6 fois plus de programmes d’émissions locales en première diffusion que ce qu’annonce Télénantes (cf. plus loin), parce qu’elles consacrent l’essentiel de leur budget à la fabrication de programmes donc à la masse salariale. Rappelons enfin, toujours à titre de comparaison, qu’à Nantes, par exemple, la construction, par des épigones de Royal de Luxe, d’une machine-éléphant à faire cornaquer, quai des Antilles, par des touristes et les bobos locaux, coûte 8 millions d’euros soit près de 20 ans de subvention de la ville à Télénantes.

[14Conférence de presse de Télénantes du 12 décembre 2003 et « La lettre à Lulu », journal satirique d’information nantais n°42-nov 03.

[15Conférence de presse de Télénantes le 7 décembre 2004.

[16Voir le site de Télénantes où il est précisé que le volume actuel d’autoproduction de programmes par la chaîne représente 60% de ce qui sera produit en année 3.

[17Le supplément « télévision » du quotidien Le Monde du samedi 24 octobre 2004 dans lequel le producteur Stéphane Simon explique qu’aujourd’hui à la télévision : « il faut être dans le registre de la conversation ...et qu’on y voit toujours la même chose »

[18Conférence de presse de Télénantes le 7 décembre 2004.

[19Ouest-France, éditions de Nantes du 21 octobre et du 24 décembre 2004.

[20Voir le dossier de « La feuille de l’arbre, auteurs et réalisateurs en Bretagne ». N°9, hiver-printemps 2004.

[22« Réponse de F. Hollande aux questions de l’OFM » (lien périmé, août 2013). Les marseillais membres de TVasso et de O2ZoneTV doivent certainement gamberger sur la décision qu’aurait pris le CSA si Lionel Jospin était devenu président de la République. En attendant, sur les hésitations du gouvernement Jospin et du ministre de la culture et de la communication, ils peuvent toujours lire Charlotte Dudignac « Le parti socialiste français et le tiers secteur de l’audiovisuel », Mémoire de DEA, Paris I, Septembre 2003.

[23Les publications du CSA, auditions publiques du 5 mars 2003, page 326.

[24Les publications du CSA, Rapport annuel 2003, page 110.

[25Au niveau national, on peut effectivement ne pas remarquer la présence de Télénantes pour 5 heures maximum de diffusion quotidiennes sur le canal 47.

[26Les publications du CSA, Rapport annuel 2003, page 23.

[27Pierre Musso, « TV Breizh, télévision-miroir de la Bretagne ? ». Voir ci-dessus.

[28On trouve dans chaque département plusieurs des titres suivants : Ouest-France, Le Télégramme, Presse-Océan, Vendée-Matin, Le Courrier de l’Ouest, Le Maine libre.

[29Voir sur le site de l’Acrimed une trentaine d’articles publiés concernant le Groupe Dassault

[30Voir : « Actualités-Les 1000 de l’Ouest ». Centre de communication de l’Ouest. Nantes.

[31Le qualificatif vient de l’hedomadaire Télérama. O Millot le 17/11/99

[32SAS Angers, pour le projet Angers 7, SAS Le Mans TV, pour le projet Le Mans 7.

[34Pierre Musso, [« TV Breizh, télévision-miroir de la Bretagne ? »-1165], Acrimed, 15 Août 2003.

[35Ouest-France du 17 septembre 2004.

[36Ouest-France du 17 septembre 2004.

[38Voir plus haut. On peut noter, aussi, que Elisabeth Clément, déléguée générale de l’Union des télévisions locales de service public (UTLSP), déjà membre du collège des membres fondateurs de Télénantes vient de rejoindre au Conseil d’administration les quatre autres membres fondateurs.

[39« La lettre à Lulu », n°42-nov 03. Voir aussi : Mathias Le Galic : « La démocratie participative, le cas nantais » (éditions de l’Harmattan, 2004).

[40Rappelons à ce propos le curieux concept de « mieux disant culturel » inventé par François Léotard, alors au Ministère de la Culture, et Patrick Le Lay, lors de la privatisation de TF1 en 1986.

[41Cette acceptation de la publicité peut prendre plusieurs formes : celle du « mal nécessaire » et du « Comment faire autrement ? », celle exposée à l’antenne par D. Luneau, le directeur de Télénantes : « La pub est nécessaire. Il ne faut pas en avoir honte...C’est une chance pour les annonceurs d’avoir deux chaînes à Nantes... » (Il a d’ailleurs confié la partie la plus importante de la régie publicitaire de Télénantes à MD Inter-régies télévision , la régie publicitaire de la Socpresse.), celle, beaucoup plus brutale de P. Lelay concernant les parties de cerveau humain à mettre à la disposition des annonceurs. Comme le constate le documentariste et critique Jean-Louis Comolli : « L’horizon de la lessive libérale à fond publicitaire n’est pas pour demain. Nous y sommes. Les télévisions y sont, elles accélèrent le chantier ». J.C Comolli : « Voir et pouvoir, l’innocence perdue » Ed Verdier, 2004. Voir aussi Le Monde des livres du 21 mai 2004 qui rend compte de l’ouvrage de J.C Comolli.

[42Depuis l’ouverture d’antenne de Télénantes, combien de reportages et d’émissions ont-ils été consacrés à des entreprises et des portraits à des entrepreneurs ?

[43Dans le domaine de l’information, cette pensée unique de la représentation trouve son aboutissement dans le sempiternel reportage vite fait, construit autour d’un commentaire journalistique additionnel qui nous dit ce qu’il faut voir, savoir et penser

[44Dans une émission du 26 décembre, sur Télénantes, intitulée « Quoi de neuf sur les marchés ? », la présentatrice a tellement intégré ses conditions de travail et est tellement convaincue du discours actuel sur la remise en cause des 35 heures qu’elle saute sur la première occasion.Un commerçant du marché de Talensac, interviewé, explique que les 35 heures et la RTT ont sans doute permis à une clientèle nouvelle et plus jeune de venir au marché. La présentatrice (alors que ce n’est pas le sujet) : « En parlant de 35 heures, cela ne vous concerne pas trop je crois ? » Rires entendus de la présentatrice. Le commerçant saute à son tour sur l’occasion, alors qu’il vient de dire que les 35 heures lui avaient amené de nouveaux clients : « Ah si pour deux jours, c’est bon ! » (18 heures par jour : de mieux en mieux, un héros !). La présentatrice aux anges : « Parce que c’est un rythme de folie, je crois ? » Ou comment se servir du marché le plus chic, au centre du boboland nantais, pour faire glisser le discours vers une incidence idéologique « sarkosienne » sur les 35 heures.

[45Guy Pineau, « Télés associatives : Une si longue attente pour un si triste rapport... ». cité ci-dessus.

[46Le dossier de presse de Télénantes : mai 2004.

Jeudi d’Acrimed : mobilisations contre la Loi Travail, le retour des chiens de garde

Le 29 septembre 2016 à Paris, avec Sophie Binet (CGT) et Frédéric Lemaire (Acrimed).

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.