Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

L’Obs observe Emmanuel Macron... jusqu’à L’Obsession ?

par Julien Salingue,

Un cas de macronite aigüe.

Pour sa première livraison de l’année 2017 (le jeudi 4 janvier), L’Obs a décidé de faire figurer Emmanuel Macron à la « une ». Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux [1], certains relevant que L’Obs semblait décidément atteint de macronite aigüe [2]. Le candidat à la présidentielle de 2017 est en effet un « invité » de plus en plus récurrent de l’hebdomadaire, qui lui avait déjà consacré trois « Unes » en 2016 (et quelques autres auparavant) :



Difficile de ne pas se souvenir du commentaire de Claude Perdriel, cofondateur et longtemps propriétaire du Nouvel Observateur devenu L’Obs [3], justifiant le licenciement d’Aude Lancelin de l’hebdomadaire au printemps dernier : « Quand on respecte son lecteur, on ne lui impose pas d’idées. » [4]

À bon entendeur...


Julien Salingue

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Voir notamment ce tweet de @Bebeuss, qui nous a inspiré le montage ci-dessous.

[2L’Obs n’est pas le seul média touché par ce syndrome, comme on pourra le vérifier ici, ici et ici. Mais il semble bien qu’il soit le plus atteint.

[3Claude Perdriel a vendu ses dernières parts du capital de L’Obs en novembre dernier.

[4Depuis cette touchante déclaration, Claude Perdriel a annoncé son soutien à... Emmanuel Macron.

Les bacchanales de la vertu : retour sur l’entre-deux tours de la présidentielle

Un journalisme de prescription des choix électoraux et d’écrasement des opinions dissidentes.

« Affaires sensibles » sur Hugo Chávez et la « fermeture » de RCTV

Erreur d’appréciation ou mensonge persistant ?

Lire : Pour une socioanalyse du journalisme, d’Alain Accardo

« Du journalisme considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle. »