Observatoire des media

ACRIMED

Emmanuel Macron superstar médiatique

par Frédéric Lemaire, Thibault Roques,

Nous admirions, il y a peu, la remarquable diversité des préoccupations de la presse française au cours de ces derniers mois, visiblement à l’affût des moindres velléités présidentielles de celui qui était alors ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Coqueluche médiatique (déjà !), il semblait constituer le produit d’appel idéal tant pour relancer les ventes de titres moribonds que pour braquer les projecteurs sur la présidentielle – car il n’est jamais trop tôt !

Nous avons donc été fort peu surpris, ces dernières jours, d’observer la place proprement sidérante prise par le départ du gouvernement de M. Macron. Événement politique ? Ça se discute. « Événement » médiatique ? Indiscutablement !

Avalanche de « Unes »

La démission d’Emmanuel Macron, événement par et pour les médias, apparaît comme une information littéralement incontournable si l’on en juge tout d’abord par l’avalanche de « unes » y étant consacrées. Ainsi la presse nationale a été prompte à entrer dans la danse présidentielle, étonnamment généreuse à l’endroit d’un « petit candidat » (au moins à ce stade) comme elle aime d’ordinaire à les qualifier :













Fort logiquement, la Presse quotidienne régionale (PQR) n’avait plus qu’à emboîter le pas :



























Etc.

En résumé : le sens de l’événement (et de sa fabrication), de la formule (et de son originalité) et du pluralisme. Et il en est allé de même dans les journaux télévisés du 30 août au soir.


Macron superstar sur France 2

Dès le sommaire de son JT, David Pujadas annonce la couleur [1] : nous saurons tout sur Emmanuel Macron. « Sera-t-il candidat à la présidentielle, à quelles conditions, quelles conséquences pour François Hollande ? » Promesse tenue : pas moins de 22 minutes sont dédiées à la démission, au parcours, aux ambitions de l’ancien ministre. Soit les deux tiers du journal… Aucun doute : l’équipe du JT de France 2 est elle aussi atteinte de macronite aigüe !

Les autres sujets d’actualité, pourtant pas des moindres, sont expédiés : l’accord dans le secteur laitier entre Lactalis et les producteurs (1min25) ; la demande de la France de cesser les négociations du traité transatlantique (1min28) ; la condamnation d’Apple par la commission européenne pour fraude fiscale (14 sec) ; et le sauvetage de migrants au bord des côtes libyennes (14 sec) [2]. Pas un mot en revanche sur la condamnation de la France par l’ONU à propos de l’interdiction du burkini sur certaines plages françaises – un sujet qui avait pourtant largement agité les rédactions. De toute évidence, un « buzz » politico-médiatique chasse l’autre…

Six autres sujets donc, qu’on comparera aux 11 (!) dédiés au seul Emmanuel Macron. Trois intervenants sont invités à commenter sa démission : l’inénarrable tandem d’éditocrates en chef de France 2, Nathalie Saint-Cricq et François Lenglet, ainsi que le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb. Trois intervenants qui partagent par ailleurs, à différents égards, une certaine sympathie à l’égard d’Emmanuel Macron – et ne manqueront pas d’en faire part.

David Pujadas débute comme il se doit son « JT Macron » par une citation de l’ancien ministre : « Bonjour à tous, "Je souhaite entamer une nouvelle étape de mon combat politique", c’est par ces mots qu’Emmanuel Macron a donc expliqué sa démission du gouvernement ; c’est bien sûr un moment important dans le quinquennat et pour la campagne électorale qui s’annonce. » Un moment important pour David Pujadas en tout cas, n’en doutons pas. Et le présentateur de laisser la parole à… Emmanuel Macron – pour une longue séquence d’extraits (36 sec) de sa conférence de presse.

Mais ce n’est pas tout, car le sujet suivant, censé faire le récit de la démission de l’ancien ministre, diffuse à son tour deux longs extraits de son discours devant ses soutiens admiratifs, de 20 et 30 secondes. S’ensuit une succession d’informations du plus haut intérêt : Emmanuel Macron a rendu sa démission, il a envoyé des SMS à ses proches (dont le contenu est lu à voix haute), l’Élysée a publié un communiqué… avant de redonner la parole à l’ancien ministre pour 10 secondes supplémentaires.

En comptant les autres sujets, le JT de France 2 diffuse en tout plus de 2 minutes de discours d’Emmanuel Macron ! Un score considérable : en général, les extraits de conférence de presse dépassent rarement 10 à 15 secondes dans les journaux télévisés, où le temps est particulièrement précieux.


Tout sur Macron

Le second sujet revient sur l’« homme ». Un véritable morceau de bravoure : Macron à la plage, à Henri IV, à l’ENA, Macron banquier d’affaires, à Davos, Macron décontracté, qui se défend d’être « du sérail »… mais aussi Macron au casino, à Rungis, Macron et son épouse, à l’anniversaire de Line Renaud avec Johnny Halliday et Vanessa Paradis. Et le journaliste de s’émerveiller : « Macron fait parler, Macron fait vendre, on ne compte plus les "unes" de journaux qui lui sont consacrés ». Ni les sujets de JT. Visiblement sous le charme, il conclut : « Macron cultive sa différence… ce soir elle n’a jamais été aussi visible ».

Ce soir, les informations pleuvent sur le plateau du 20h. L’enquête se poursuit avec un sujet sur son parcours au gouvernement. Il s’agit d’un « ministre à part », un « électron libre » qui s’affiche au Puy du Fou avec Philippe de Villiers. « Transgressif, fracassant » lorsqu’il se défend d’être socialiste, il jouit d’une « liberté de langage unique ». C’est un « briseur de tabous » qui bouscule les « totems de la gauche » quand il remet en cause les 35h, ou les rémunérations des fonctionnaires. Il « déroute » en appelant les jeunes à devenir milliardaires et en défendant les rémunérations des grands patrons ; et lorsqu’il « dérape » en qualifiant des ouvrières « d’illettrées » ou en invitant des syndicalistes à travailler pour se payer un costume, il fait preuve d’un « franc-parler maladroit ». Et la journaliste de conclure sur une touche messianique : « Depuis sa présence aux fêtes de Jeanne d’Arc à Orléans […] il se sentait comme appelé de façon quasi mystique à servir la France autrement. Ce soir il se met en position de répondre à ce désir. »

Ce n’est pas l’interview du plus proche soutien d’Emmanuel Macron, le sénateur-maire Gérard Collomb qui viendra refroidir l’ambiance. Au terme de cette interview, déjà 14 minutes et 50 secondes de JT ont été consacrées à la gloire de l’ancien ministre. Il est sans doute temps de faire entendre quelques critiques, avec les réactions du gouvernement et de la droite (1min36). Et le JT Macron se poursuit avec l’analyse de Nathalie Saint-Cricq, qui répond à la question de David Pujadas : « Emmanuel Macron a-t-il une chance de gagner son pari ? » L’éditorialiste fait la fine bouche : « on ne peut pas dire que ce soit gagné » car l’ancien ministre n’a pas de parti derrière lui. Mais l’espoir subsiste car il est populaire. Conclusion : « Ce sera peut-être un petit phénomène politique. » Et c’est d’ores et déjà un joli phénomène médiatique.

Après l’intervention de l’envoyée spéciale à l’Élysée, un nouveau sujet s’interroge sur le bilan d’Emmanuel Macron au ministère de l’Économie. On y apprend qu’il a libéralisé l’économie et tenu tête aux professions mobilisées, s’attirant les louanges du MEDEF. On se surprend à entendre le journaliste évoquer un « bilan en demi-teinte sur le travail du dimanche », et « pas de résultat spectaculaire sur l’emploi ». Vraiment ? Qu’on se rassure : c’est qu’Emmanuel Macron « aurait aimé aller plus loin » (puisque c’est lui-même qui le dit). D’ailleurs la loi Macron 2 sur le numérique n’a-t-elle pas été « abandonnée, enterrée par l’Élysée » ?

Un sentiment partagé par François Lenglet, invité à commenter le bilan de Macron à Bercy : « il faut dire que son action a été un peu entravée par une majorité qui l’a vigoureusement combattu ». Comme sa collègue, il semble d’abord mesuré. Mais reconnaît tout de même que l’ancien ministre « n’est évidemment pas responsable » de l’« avalanche de nouveaux impôts » des premières années du quinquennat Hollande. Nous voilà rassurés ! L’expert en pédagogie libérale laisse ensuite apparaître son enthousiasme au grand jour : il admire « ses paroles, son énergie, son optimisme, son talent de communication » ; mais surtout, pour lui Macron « a réussi à incarner une forme de modernité […] en se présentant comme celui qui dit les vérités qui fâchent, on l’a vu sur l’ISF, sur les 35h, tout ça lui a attiré la sympathie de nombreux Français, celle des entrepreneurs en particulier ». Sans oublier celle des journalistes de France 2 !


Tapis rouge sur TF1

Le journal de TF1 n’est pas en reste. Mais cette fois, Emmanuel Macron n’est pas l’objet d’une série de sujets complaisants : il est tout simplement présent sur le plateau, en tant qu’invité principal. Sa démission fera l’objet d’une longue interview (17min40 tout de même), entrecoupée de quatre sujets (d’une durée totale de 9min26). Ainsi, comme pour le JT de France 2, sa démission occupera les deux tiers du temps du journal. Le peu de temps restant sera consacré à l’accord dans le secteur laitier, l’amende infligée à Apple et la sortie d’une comédie, Un petit boulot. Pas un mot sur l’accord transatlantique ; pas un mot sur la condamnation de la France par l’ONU.
Les quatre sujets qui ponctuent l’interview de l’ancien ministre traitent, grosso modo, des mêmes thèmes que ceux du JT de France 2. Ils font le récit de sa démission, évoquent son ambition et son mouvement politique, ses réseaux et soutiens ainsi que son parcours en politique. Une différence cependant : la complaisance à l’égard d’Emmanuel Macron est moins frappante que dans les sujets de France 2, et le ton se fait même parfois railleur.

Toujours est-il que l’ancien ministre bénéficie de trois séquences d’interview (de 5min30, 8min45 et 3min25) respectivement sur les raisons de son départ ; sa possible candidature en 2017 (sujet naturellement le plus développé) ; et enfin sa position en matière de sécurité et d’immigration où Gilles Bouleau lui laisse largement la parole. Un traitement de faveur assez rare pour un ministre démissionnaire…


***



Certes, un tel matraquage médiatique est tout sauf inédit. Il n’en reste pas moins problématique de la part de médias qui, soyons-en sûrs, sauront nous rappeler en temps utile que la « peopolisation » de la politique est un phénomène décidément détestable et qu’il faut se saisir sans plus attendre des questions cruciales et brûlantes que pose le monde d’aujourd’hui. En attendant, chacun est prié d’avoir avril et mai 2017 en ligne de mire…


Thibault Roques et Frédéric Lemaire

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[126 secondes soit 43% du sommaire du JT de France 2 sont consacrées à la démission d’Emmanuel Macron ; 9 secondes sont dédiées à l’accord entre Lactalis et les producteurs de lait, 10 secondes sur la demande de la France d’abandonner les négociations du partenariat transatlantique et 15 secondes sur le tourisme en Espagne.

[2À quoi s’ajoutent deux dossiers, un sur le « patriotisme économique » en Australie (3min51) et le tourisme en Espagne (5min15).

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.