Observatoire des media

ACRIMED

Aude Lancelin virée de L’Obs : un chef-d’œuvre de management très politique

par Henri Maler,

Les motifs politiques du licenciement d’Aude Lancelin sont désormais avérés. Notre solidarité (comme celles de toutes celles et de tous ceux qui, intellectuels ou non, journalistes ou pas, se sont manifestés) est entière. Son cas personnel est emblématique. Il suffit de parcourir les épisodes de ce licenciement pour voir se confirmer sur un exemple particulier un fonctionnement de la presse qui ne concerne pas seulement L’Obs.

Cela commence par l’audience en berne d’un hebdomadaire, puis un ultimatum lancé par des actionnaires inquiets à leur factotum – le directeur de la rédaction (Mathieu Croissandeau) –, ultimatum auquel répondent des mesures autoritaires, prises avec la complicité active des dits actionnaires, dans le but de leur complaire. Ce management brutal se prévaut d’une prétendue efficacité qui dissimule mal des motifs politiques. La rédaction se rebelle mais, la hiérarchie étant ce qu’elle est, ses protestations sont vaines : elle ne dispose d’aucun véritable pouvoir statutaire.

Seulement voilà : les articles de la concurrence et une tribune d’intellectuels (dont on pourrait souhaiter que la question des médias les émeuve même quand ils ne sont pas directement concernés) ont obligé le chef, ainsi que le cofondateur de L’Obs (Jean Daniel) à réagir. Ces magnifiques tentatives de déni ont été démenties par un simple SMS, avant que des extraits d’un conseil de surveillance n’attestent la brutalité de l’intervention des actionnaires et son caractère politique.

Bref : les actionnaires actionnent et Aude Lancelin est licenciée.

Reprenons…


Au commencement était la crise

La diffusion de L’Obs est en chute libre. La consultation de son site aussi. Selon l’ACPM (l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias), la diffusion moyenne de l’hebdomadaire en kiosque a chuté de 13 % en 2015. Et certains numéros ont été vendus à moins de 30 000 exemplaires en kiosque. Selon CB News, « malgré une nouvelle formule en 2014, l’hebdomadaire affiche sur les trois premiers mois de 2016 une baisse de 16,64% de sa diffusion, à 356 477 exemplaires en moyenne, selon les déclarations déposées trimestrielles (DDT) publiées le 12 mai dernier par l’ACPM-OJD. » Et, « sur le numérique, les chiffres sont catastrophiques », indique Libération qui précise : « 40,3 millions de visites au mois de mars, en baisse continue, quand la moyenne cumulée de 2015 hors attentats oscillait autour des 44,2 millions de visites mensuelles. »

Alarme et ultimatum : le jeudi 10 décembre 2015, lors d’une réunion d’un Conseil de surveillance de L’Obs, les trois actionnaires – Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre Bergé – « donnent un mois à Matthieu Croissandeau pour changer la ligne éditoriale » [1].

L’orientation éditoriale d’un titre, on s’en doute, n’a aucun rapport avec son orientation politique… Et en exigeant que la ligne éditoriale change, les actionnaires, c’est évident, n’interviennent nullement sur l’orientation politique ! D’ailleurs celle-ci est placée sous le contrôle du directeur de la rédaction qui occupe cette fonction grâce à des actionnaires qui, bien sûr, sont les garants de son indépendance !


Et le management fut brutal

Le 10 mai 2016, les deux directeurs adjoints de la rédaction, Aude Lancelin et Pascal Riché, sont écartés par Matthieu Croissandeau [2].

Le mercredi 11 mai, la conférence de rédaction est d’autant plus tumultueuse que, s’agissant d’Aude Lancelin, c’est un licenciement sec qui est prévu et que Mathieu Croissandeau, droit dans ses bottes, refuse de s’expliquer. La société des rédacteurs décide alors de soumettre au vote, le lendemain, une motion de défiance.

Droit dans ses bottes, donc, Mathieu Croissandeau a donné des gages aux actionnaires : une nouvelle réunion du conseil de surveillance qui se tient le même jour le confirme dans ses fonctions et confirme le licenciement d’Aude Lancelin, avant même qu’il ait lieu et sans aucun respect pour les procédures réglementaires.

À cette date, les motifs politiques de ce licenciement ne sont encore qu’une hypothèse, alimentée par des informations qui n’ont pas vraiment valeur de preuve. Il faudra attendre le début du mois de juin pour que le compte-rendu du conseil de surveillance ne laisse aucun doute. Mais respectons la chronologie !

Le jeudi 12 mai, la société des rédacteurs de L’Obs, comme elle l’a décidé la veille, soumet au vote des journalistes de l’hebdomadaire la question suivante : « Avez-vous confiance en la stratégie de Matthieu Croissandeau ? » Cette motion de défiance est approuvée par 80 % de la rédaction.

Matthieu Croissandeau reste droit dans ses bottes (bis). Et du haut de son trône, Jean Daniel supplie la rédaction de « donner sa chance » à Croissandeau. Dans le même mail, il ajoute : « Ce n’est pas parce que je proteste avec vous et comme vous contre l’humiliation qu’elle a subit [sic] que je peux oublier que mon amie Aude Lancelin ne s’est pas toujours souciée de la façon dont j’avais fondé ce journal. » Sa Grandeur est compatissante, mais le sous-entendu est lourd de sens : Aude Lancelin a franchi la « ligne » fixée par le fondateur. Un licenciement politique ? Vous n’y pensez pas !


Mais la rédaction s’insurgea

Pourtant, au fil des jours les soupçons d’un licenciement politique gagnent en consistance.

Le vendredi 20 mai, Aude Lancelin est reçue par Jacqueline Volle pour l’entretien préalable à son licenciement. La veille déjà, Libération s’interrogeait : « Aude Lancelin virée pour avoir fait battre le cœur de "L’Obs" trop à gauche ? » (Libération, 19 mai 2016). La réponse est dans la question et l’article la confirme : « Cette décision a été prise la veille d’un conseil de surveillance réunissant le 11 mai les actionnaires du titre. » On a vu dans quelles conditions, et l’on en apprendra plus au début du mois de juin. Patience…

Le jour de la convocation d’Aude Lancelin, Libération publie un texte rédigé par la société des rédacteurs : « Nous, journalistes de "L’Obs"… ». « Forts et fiers de notre histoire, disent-il, nous résistons. » Et ils s’insurgent : « Engager une procédure de licenciement contre un journaliste de cette manière et dans de telles circonstances est contraire aux principes que L’Obs défend. Cette situation laisse peser le soupçon grave et inacceptable d’une intervention politique. […] Il ne saurait être question pour nous d’aborder une campagne électorale dans un tel climat de suspicion. »

Ce même 20 mai, l’intersyndicale de L’Obs proteste à son tour, en invoquant d’éventuelles raisons politiques à l’éviction d’Aude Lancelin : « Nous avons demandé l’arrêt de la procédure en cours. […] Si licenciement il devait y avoir, il serait particulièrement choquant au moment où ont filtré dans la presse et au conseil de surveillance de L’Obs des raisons politiques à l’éviction de cette journaliste. [3] »

Le lundi 23 mai, l’assemblée générale des salariés de L’Obs décide d’un arrêt de travail d’une heure, « pour protester contre le licenciement d’Aude Lancelin et le traitement réservé aux salariés de L’Obs, de Rue 89 et de O, amenés à changer de postes ou à quitter l’entreprise (ruptures conventionnelles en lieu et place de licenciements économiques, promesses de reclassement dans le groupe non tenues, souffrance au travail) ». Un texte publié par l’intersyndicale et les représentants du personnel, avec le soutien de la société des rédacteurs, insiste : « Les salariés considèrent inacceptables ces méthodes qui vont à l’encontre des valeurs fondamentales de ce journal. »

Mais rien n’y fait [4]. Les rédactions ne disposent pas du pouvoir statutaire qui leur permettrait de contrecarrer les décisions d’une hiérarchie incontrôlable. Mathieu Croissandeau, fort du soutien des actionnaires et de Jean Daniel, reste droit dans ses bottes (ter).


Un complot contre L’Obs ?

Après Libération, c’est au tour de Mediapart de confirmer, dans un long article publié le 23 mai 2016, l’hypothèse d’un licenciement politique : « Purge à L’Obs, reprise en main à Marianne ».

Et le 25 mai, Libération publie une tribune rédigée par un collectif (mise en ligne à 10h 26) : « À "L’Obs", un licenciement très politique ». Le licenciement d’Aude Lancelin ? Une « opération de police intellectuelle », affirment les signataires, dont la liste est éloquente [5] : toutes les variétés – des plus « radicales » aux plus « modérées » – d’une gauche qui n’est pas directement inféodée au Parti socialiste sont représentées. Extrait :

À l’état d’urgence, à la déchéance de la nationalité, au 49.3, il manquait encore une vilenie pour achever le quinquennat, et la voici  : la presse aux ordres. À un an de la présidentielle, le premier hebdomadaire de la gauche française, L’Obs, a brutalement décidé d’engager une procédure de licenciement à l’égard de sa numéro 2, Aude Lancelin. On a du mal à croire que les raisons de cette éviction puissent revêtir un caractère « managérial », comme s’obstine à le soutenir curieusement la direction du journal.

On lit, en effet, dans la presse qu’il y aurait eu un conflit entre la prétendue ligne de M. Croissandeau, dite « de toutes les gauches », et celle d’Aude Lancelin que certains ont voulu mensongèrement réduire à la « gauche de la gauche ». Il suffit de lire les éditoriaux dudit directeur de la rédaction pour s’apercevoir que « toutes les gauches », ce sont, en fait, les seules « gauches » de Hollande, Valls et Macron…

Nous autres savons très bien, au contraire, que l’un des seuls lieux réellement ouverts à toutes les gauches dans ce journal était précisément les pages dédiées aux idées, aux interventions intellectuelles, aux débats, dont Aude Lancelin avait plus particulièrement la charge.

Le même jour, quelques heures après la parution de la tribune collective (baptisée désormais « tribune des intellectuels »), le site de Libération met en ligne une réponse de Mathieu Croissandeau : « L’Obs ne prend ses ordres nulle part ».

Encore et toujours droit dans ses bottes, le chef s’insurge contre « une tribune aux accents conspirationnistes, imaginant une conjuration ourdie au sommet de l’État pour mettre L’Obs aux ordres de l’Élysée, n’a donc pas manqué de nous faire réagir. Tout simplement parce qu’elle est diffamatoire et mensongère ». Et il persiste à soutenir l’insoutenable : « J’ai pris la décision, en toute indépendance, de remanier l’équipe de direction du journal pour des raisons d’efficacité qui tiennent à notre organisation interne, rien de plus. » Avant de conclure, non sans arrogance, que L’Obs « ne prend ses ordres nulle part. Pas davantage dans les colonnes des pétitions que dans les salons de l’Elysée ».

En laissant entendre que « la presse aux ordres », selon leurs propres termes, avait peut-être reçu des ordres de François Hollande et de son entourage, les signataires de la « tribune » avaient omis de préciser qu’aucun ordre, à proprement parler, n’est indispensable pour que la presse aux ordres se livre à une « opération de police intellectuelle » et se soumette aux exigences d’un certain maintien de l’ordre : un maintien de l’ordre politique, évidemment. De même que l’autocensure peut remplacer avantageusement la censure (surtout quand elle est visible ou peut le devenir), la soumission volontaire de la chefferie actionnariale et éditoriale peut rendre inutiles les commandements ou les suggestions des chefferies politiques !

« En toute indépendance », selon sa propre expression, le chef Croissandeau obtient un renfort de poids. En effet, deux jours plus tard, le 27 mai, Libération publie une « tribune » de Sa Majesté Fondatrice qui, elle aussi dénonce les « thèses complotistes » : « L’insoutenable légèreté des calomniateurs de L’Obs, par Jean Daniel, éditorialiste et cofondateur de L’Obs ».

Après un habituel (et long) exercice d’autocongratulation, Jean Daniel proclame :

Je me suis assuré que la décision prise par Matthieu Croissandeau de se priver d’une collaboratrice qu’il avait nommée à son poste, n’avait aucune motivation politique et qu’elle n’était en rien dictée par la triste défense d’un gouvernement aux abois. La conclusion que j’ai pu tirer de mon enquête, c’est que les signataires de cette pétition contre L’Obs, représentants d’une gauche en guerre et jusqu’au-boutiste, veulent instrumentaliser Aude Lancelin. Ils se sont gravement trompés d’ennemis. Gravement.

Une « enquête » (dont on ne saura rien, alors qu’il a assisté lui-même au conseil de surveillance où tout fut dit et décidé) l’a donc convaincu de répéter la version officielle. La même « enquête » l’a convaincu que les signataires sont les « représentants d’une gauche en guerre et jusqu’au-boutiste ». Nombre de signataires apprécieront ! Et Aude Lancelin, ainsi méprisée, serait la victime de comploteurs complotistes qui la manipulent. Elle aussi appréciera !

Mais – patatras ! – il aura suffi d’un simple SMS pour que la version officielle se fissure avant de s’effondrer…


Patatras : le licenciement politique est confirmé

Le 1er juin 2016, Mediapart et Le Figaro (coalisés ?) rejoignent en même temps la conspiration et publient un SMS [6] que Claude Perdriel a adressé à Aude Lancelin le samedi 14 mai à 18 h 26, qui confirme que le conseil de surveillance du 11 mai a lui-même décidé le licenciement neuf jours avant qu’il soit officiellement prononcé, et que ce sont bien les « opinions » d’Aude Lancelin qui sont en cause. Voici le SMS en question :

Chère Aude, vous avez toute ma sympathie mais la décision du dernier conseil est évidemment irrévocable. Votre talent est indiscutable vous êtes jeune vous n’aurez pas de problème pour trouver du travail nombreux sont ceux qui vous soutiennent. Moralement c’est important. Je respecte vos opinions mais je pense qu’elles ont influencé votre travail cela n’empêche pas le talent. Amicalement, Claude

Tant de condescendance paternaliste et désinvolte éblouit !

Dans l’article du Figaro, Claude Perdriel commente ainsi son SMS : « Quand on respecte son lecteur, on ne lui impose pas d’idées. Aude Lancelin donne la parole à Nuit debout ! Cela la regarde, mais ce n’est pas la ligne du journal ».

Mais ce n’était encore que le commentaire affligeant d’un malencontreux SMS. Les informations les plus compromettantes étaient à venir.

Le 6 juin, en effet, Mediapart, publie un article de Laurent Mauduit – « La presse à l’heure des purges et des publireportages » (lien payant) – faisant état d’un compte rendu du conseil de surveillance qui, dit-il, « circule au sein de la rédaction ». Bref compte rendu du compte rendu partiellement publié par Mediapart :

- À la présidente de la société des rédacteurs, Elsa Vigoureux, qui annonce la préparation d’une motion de défiance, Pierre Bergé répond : « Les actionnaires renouvellent complètement leur confiance à Matthieu Croissandeau. Et sachez-le, ça ne nous fera rien, mais rien, ces motions de défiance. Faites-en autant que vous voulez, ça glissera… ! »

- Claude Perdriel s’exprime à son tour pour flatter, s’insurger et menacer : « Aude Lancelin a beaucoup de talent, il faut bien le dire. J’ai une grande estime pour sa culture, et une admiration certaine pour son intelligence. C’est une journaliste reconnue. Elle pourrait même m’intéresser. Mais là, elle est en faute avec la charte qu’elle a signée en arrivant à L’Obs. Notre journal est d’inspiration sociale-démocrate. Or, elle publie des articles anti-démocratiques dans ses pages. Je ne resterai pas actionnaire d’un journal qui défend des idées, une éthique, une morale, qui me cassent le cœur. »

- Pierre Bergé enfonce le clou : « Il faut respecter la ligne de ce journal, qu’il arrive que je ne reconnaisse plus. »

Les actionnaires, c’est dit, sont donc les garants de « la ligne » !

Jusqu’alors manquaient les preuves irréfutables du licenciement politique. Mais désormais la cause est entendue : le parti de la presse dominante se renforce en s’épurant ! C’est du moins ce que semblent croire ses tenanciers.


Henri Maler



En guise d’Annexes

- 1. Tant vont les chartes au vent qu’à la fin elles s’envolent ! (extraits du communiqué des sociétés des rédacteurs ou des journalistes du groupe Le Monde, ainsi que la Société des rédacteurs de L’Obs)
- 2. Toutes les variétés d’une gauche qui n’est pas directement inféodée au Parti socialiste (la liste des signataires de la « tribune des intellectuels).


1. Tant vont les chartes au vent qu’à la fin elles s’envolent !

Le vendredi 3 juin, les sociétés des rédacteurs ou des journalistes du groupe Le Monde et la société des rédacteurs de L’Obs ont publié un communiqué (que l’on peut le lire dans l’article déjà cité de Mediapart) : « Inquiètes de la crise persistante à L’Obs, les sociétés des rédacteurs du groupe Le Monde (Le Monde, Courrier international, La Vie, Télérama) s’associent à la société des rédacteurs de L’Obs pour réaffirmer leur attachement à leur indépendance éditoriale. »

Puis les signataire citent la Charte d’éthique et de déontologie du groupe Le Monde (2010) qui stipule que « l’indépendance éditoriale des journaux du groupe Le Monde à l’égard de ses actionnaires, des annonceurs, des pouvoirs publics, politiques, économiques, idéologiques et religieux est la condition nécessaire d’une information libre et de qualité. » Le communiqué invoque également la Charte de L’Obs (2010) qui « précise que les actionnaires “s’interdisent d’intervenir d’une quelconque manière, sur le travail journalistique des membres de la rédaction”. »

Et pour finir : « Nous sommes particulièrement préoccupés par la brutalité du licenciement d’Aude Lancelin et sa connotation politique assumée par un actionnaire[[Sans doute s’agit-il Claude Perdriel, talentueux rédacteur de SMS], méthode inédite dans l’histoire de L’Obs comme dans celle du groupe Le Monde. »

Prises de position plus qu’honorables, mais… Mais, dans le monde merveilleux des actionnaires et des hiérarchies incontrôlables, tant vont les chartes au vent qu’à la fin elles s’envolent !


2. Toutes les variétés d’une gauche qui n’est pas directement inféodée au Parti socialiste (la liste des signataires de la « tribune des intellectuels)

Denis Podalydès, acteur – Etienne Balibar, philosophe - Claude Lanzmann, réalisateur - Emmanuel Todd, démographe et historien - Michela Marzan, philosophe - Julia Cagé, économiste - Alain Badiou , philosophe- John MacArthur, directeur du magazine Harper’s - La Rumeur, groupe- Jérôme Prieur, auteur et réalisateur - François Bégaudeau, écrivain - Christian Salmon, essayiste - Jacques Rancière, philosophe- Laurent Binet, écrivain- Raphaël Liogier, sociologue et philosophe - Bernard Stiegler, philosophe - Gérard Mordillat, écrivain et réalisateur - Stéphanie Chevrier, éditrice - André Orléan, économiste - Christian Laval, sociologue- Pierre Dardot, philosophe - Hugues Jallon, éditeur Michaël Fœssel, philosophe - Cédric Durand, économiste - Chloé Delaume, écrivaine - Geoffroy de Lagasnerie, sociologue - Guy Walter, écrivain et directeur de la Villa Gillet - Chantal Jaquet philosophe - Razmig Keucheyan, sociologue - Edouard Louis, écrivain- Frédéric Schiffter, philosophe - Jacques de Saint-Victor, historien - Caroline de Haas, militante féministe - Christine Delphy, sociologue - Benjamin Stora, historien -Mathieu Terence, écrivain - Bernard Lahire, sociologue - Roland Gori, psychanalyste - Elsa Dorlin, philosophe - Patrick Chamoiseau, écrivain - Anne Dufourmantelle, psychanalyste - Annie Ernaux, écrivaine - Guillaume Le Blanc, philosophe - Ollivier Pourriol, philosophe - Hervé Le Bras, démographe - François Gèze, éditeur - Sophie Wahnich, historienne - Lydie Salvayre, écrivaine - Quentin Meillassoux, philosophe - Romain Bertrand, historien - François Schlosser, ancien rédacteur en chef du Nouvel Observateur.- Edwy Plenel, fondateur de Mediapart et Jean-Pierre Dupuy, philosophe.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[4Après les plus récentes révélations, ce sera encore le cas, le 6 juin, du communiqué des sociétés des rédacteurs ou des journalistes du groupe Le Monde, ainsi que la société des rédacteurs de L’Obs. Voir les extraits en « Annexe ».

[5Entre autres : Denis Podalydès, Étienne Balibar, Caroline de Haas, Edwy Plenel, Julia Cagé, Alain Badiou, Christine Delphy, François Gèze, Claude Lanzmann, Jacques Rancière, Bernard Lahire, etc. Voir la liste complète en « Annexe ».

[6Voir : « Licenciement politique à L’Obs : le SMS qui confirme », Mediapart, 1er juin 2016] et « Limogeage à L’Obs : le SMS qui relance la piste politique », Le Figaro, 1er juin 2016. Publié à 8 h. Mis à jour à 11 h 16. (« L’Obs a-t-il viré la compagne de l’économiste Frédéric Lordon ? » demandait initialement le titre de l’article, comme l’indique le lien.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

La mairie de Lille intente un procès à La Brique

« Votre feuille de chou n’aurait pas sa place sur un marché ! »

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !