Observatoire des media

ACRIMED

France Inter enquête sur le « marché des conférences », mais oublie les « ménages »

par Denis Souchon,

Le 18 septembre 2015, France Inter diffuse dans Secrets d’infos une enquête de Jacques Monin titrée « Les conférences, un marché à prix d’or ». Étrangement, l’auteur de cette enquête n’évoque pas le tout aussi lucratif marché des animateurs de conférences ou de débats, en d’autres termes les « ménages » [1]. Serait-ce parce que certains de ses collègues de France Inter s’y adonnent avec assiduité ?

À titre de complément à l’enquête de Jacques Monin, voici donc quelques rappels d’activités ménagères de certains journalistes (ou ex-journalistes) de France Inter. Précisons que si ces « ménages » ne sont pas toujours rémunérés financièrement, ils sont toujours lucratifs pour leurs auteurs : un « ménage » permet toujours d’accumuler du capital, qu’il soit financier, symbolique (modérer une table ronde avec telle ou telle « célébrité ») ou social (être introduit dans tel ou tel réseau).



Stéphane Paoli
Cet ancien journaliste d’Europe 1 travaille sur France Inter depuis 1994. Sa pratique récurrente des ménages, qu’il a reconnue sans trop de scrupules, est une facette encore trop méconnue de ce grand professionnel :

« Pas si mal payés » : Stéphane Paoli s’enorgueillit sur France Inter d’effectuer des « ménages »

Stéphane Paoli informe avec « modération » sur la pensée des Galeries Lafayette

Stéphane Paoli et Elle emménagent aux Champs-Elysées

La Fédération française du bâtiment, Les Galeries Lafayette... lui disent merci.



Fabrice Drouelle
Journaliste sur France Inter depuis 1988, il est le producteur/animateur d’ « Affaires sensibles » depuis 2014. Et Fabrice Drouelle est particulièrement sensible à l’appel des ménages :

Les bonnes affaires de Fabrice Drouelle, de France Inter

Spir, Gan Vie, La Poste, le Congrès National du MCC (Mouvement des cadres chrétiens), Nestlé... lui disent merci.



Danielle Messager
La spécialiste santé et médecine et actuelle secrétaire générale de la rédaction de France Inter sait soigner les participants des conférences qu’elle anime :

Les art(iste)s ménagers de France Inter (5) : Danielle Messager

La Haute Autorité de Santé, l’INPES, la revue Gestions Hospitalières, Allegro fortissimo, Au cœur de la prévention, Assureurs Prévention, l’Agence de la biomédecine, l’ANPA, le ministère de la Santé et de la Cohésion sociale... lui disent merci.



Denis Astagneau
Le spécialiste des automobiles et présentateur de journaux le week-end est un tout-terrain des ménages :

Les art(iste)s ménagers de France Inter (2) : Denis Astagneau

Le Sénat, les Rencontres de la communication hospitalière, AutoScout 24, les Sables d’Olonnes, Créapôle... lui disent merci.



Philippe Lefébure
Rédacteur en chef du 7/9, cet ancien chroniqueur économique a modéré avec beaucoup de professionnalisme les « Rencontres économiques d’Aix en Provence » organisées par le très neutre Cercle des économistes en 2012, 2013 et 2014.



Jean-Luc Hees
Directeur de France Inter de 1999 à 2003 et PDG de Radio France de 2009 à 2014, Jean-Luc Hees a animé en novembre 2002 un colloque du laboratoire pharmaceutique Novartis. Comme par hasard, « En juillet 2003, le Dr Martin Winckler a été "débarqué" prématurément de sa chronique matinale sur France Inter par Jean-Luc Hees. Plusieurs de ses chroniques dénonçaient les agissements des laboratoires pharmaceutiques. Or, leur organisation professionnelle, le Leem, est un des principaux annonceurs publicitaires de France Inter » [2].

Les laboratoires Novartis lui disent merci.



Isabelle Giordano
Animatrice/productrice d’émissions de 2004 à 2012, elle a su, en présentant son émission en direct des « Assises de la consommation » dont elle assurait par ailleurs l’animation, élever le mélange des genres et la confusion des fonctions au rang de chefs-d’œuvre :

Assises de la consommation : Isabelle Giordano au four... et au ménage ?

Les art(iste)s ménagers de France Inter (3) : Isabelle Giordano

Les Assises de la consommation, Groupama, Hewlett-Packard, les Trophées du tourisme responsable... lui disent merci.



Brigitte Jeanperrin
Journaliste économique sur France Inter de 1987 à 2014, spécialisée dans l’économie, Brigitte Jeanperrin a donné ses lettres de noblesse à l’économie ménagère :

Les art(iste)s ménagers de France Inter (4) : Brigitte Jeanperrin

Les Rencontres territoriales du Grand Paris, l’Usgeres, Oséo, le ministère de l’Économie... lui disent merci.


***



Dans la présentation de son enquête, Jacques Monin nous indique la marche à suivre :

Comme pour tout marché, il y a des boutiques, et des vitrines ! Pour choisir son conférencier, Il suffit de surfer sur Internet. Plusieurs sites proposent des profils de tout ordre. Ce sont les nouvelles agences de mannequins pour entreprises. On y trouve des politiques, des philosophes, des stars, mais aussi des journalistes comme Jean François Kahn, André Julliard, Jean-Marc Sylvestre, Jérôme Bonaldi, Bernard de la Villardière, Natacha Polony, et même Martin Wolf du Financial Times, qui depuis peu monnaye ses prestations.

Mais pas de trace des journalistes de France Inter qui « monnayent » eux aussi leurs « prestations ». Parce qu’ils ne sont pas assez connus ? Pas assez chers ? Ou parce que l’enquête portait uniquement sur les « conférences » et pas les « animations » et autres « modérations » de tables rondes ? Sans doute, une autre enquête devrait-elle se pencher sur ces sujets, pas moins problématiques et tout aussi révélateurs que les cas évoqués lors de l’émission du 18 septembre. A fortiori lorsqu’il s’agit de journalistes travaillant pour une radio de service public.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Dans le jargon de la profession, les « ménages » désignent notamment les prestations des journalistes qui mettent leur notoriété au service d’une entreprise privée ou d’une institution publique pour animer des débats en tous genres. Ces activités, surtout quand elles sont rémunérées, sont, en principe, interdites par les codes de déontologies, mais les transgressions sont tolérées... surtout par ceux qui bénéficient ou espèrent bénéficier de « ménages ».

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »