Observatoire des media

ACRIMED

" L’honneur perdu de Jean-Luc Hees ? " (PLPL)

Lu dans PLPL n°19 (avril 2004) :

« Le lundi 2 février 2004, l’émission " 90 minutes " (Canal Plus) a diffusé une enquête sur les techniques sirupeuses des laboratoires pharmaceutiques pour gagner les faveurs des journalistes. Extraits :
" Ce que nous avons par ailleurs découvert au cours de cette enquête, c’est qu’en novembre 2002, le directeur de France Inter avait animé le colloque annuel de Novartis, l’un des premiers laboratoires pharmaceutiques mondiaux. Dans la brochure du colloque, son éditorial rend hommage au laboratoire, puis ont trouve son curriculum vitae. Dans la lettre qu’il nous a envoyée, Jean-Luc Hees s’explique sur cette collaboration avec Novartis :
"Il est parfaitement exact que j’ai accepté en novembre 2002 de participer, un samedi après-midi sur mon temps libre, à titre privé, avec le rôle de meneur de débat, non à une quelconque manifestation commerciale, mais à un colloque réunissant 2000 médecins." "
Le reportage ne précise pas si la prestation du docteur Hees fut rétribuée, et si oui combien... »

En juillet 2003, le Dr Martin Winckler a été " débarqué " prématurément de sa chronique matinale sur France Inter par Jean-Luc Hees. Plusieurs de ses chroniques dénonçaient les agissements des laboratoires pharmaceutiques. Or, leur organisation professionnelle, le Leem, est un des principaux annonceurs publicitaires de France Inter.

Voir le site de Martin Winckler, et, ici-même L’actualité des médias n°6 (12- 25 juillet 2003) , A quoi sert un "médiateur" ? L’exemple de France Inter, Stéphane Paoli, co-propriétaire de France Inter, Philippe Val se charge de l’épuration de l’Observatoire français des médias, Philippe Val recycle son éditorial purificateur sur France Inter.

 
  • Enregistrer au format PDF

Le lynchage médiatique de Bernard-Henri Lévy : c’est assez !

L’adulation médiatique de BHL, ce n’est jamais assez [Réédition d’un article publié le 1er mars 2010].

Les jeux de l’été d’Acrimed : champions en titres (2017)

Vrais ou faux, ces titres ? Celui-ci par exemple : « Un bébé de trois mois interrogé pour terrorisme ».

Jean-Michel Aphatie s’étonne pour rien. Étonnant, non ?

Et il suggère à ceux qui contestent le capitalisme (ou certains de ses effets) de le boycotter.