Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

« Opération antiterroriste » à Argenteuil : la mosquée était presque parfaite

par Julien Salingue,

Parler pour ne rien dire, mais parler de l’Islam.

Jeudi 21 juillet 2016, 14h57 : la chaîne d’information i-Télé est la première à l’annoncer :

Aussitôt les réseaux sociaux (et les médias concurrents) s’affolent. Une nouvelle comportant le mot « terroriste » est en effet, comme chacun le sait, potentiellement créatrice de « buzz ».

Mais l’affolement ne fait pas bon ménage avec l’information et, dans de telles circonstances, le journalisme de l’instantanéité a tendance à se saisir du moindre détail qui, quand bien même il ne signifierait rien, peut « accrocher » et générer du clic et/ou de l’audimat.

C’est ainsi que, dans le cas des perquisitions d’Argenteuil, nous avons rapidement été informés de ceci [1] :


(site de BFM-TV)



(bandeau de BFM-TV)



(site d’i-Télé)





Etc.

Le « spécialiste police-justice » d’i-Télé, Jean-Michel Decugis, confirme oralement, à l’antenne, cette information essentielle (15h30) :

Il s’agit d’un pavillon situé à proximité de la mosquée dite Assalam.

C’est ainsi qu’en quelques dizaines de minutes, grâce à la caution apportée par nombre de « grands médias », un amalgame (pas très) subtil aura donc été, une fois de plus, diffusé : islam = terrorisme.

Quel est, en effet, l’intérêt de la précision selon laquelle les perquisitions auraient lieu « à proximité » ou « près » d’une mosquée ? S’agit-il d’une simple précision géographique ? Nous avons du mal à y croire. Car dans ce cas, pourquoi ne pas annoncer que les perquisitions ont eu lieu « à proximité d’une boulangerie » ou « à proximité d’une supérette » ?

On l’aura compris : quelles que soient les intentions des médias et des journalistes qui ont cru utile de préciser qu’une mosquée était sise à proximité de l’opération de police, ils ont repris à leur compte et contribué à renforcer l’amalgame entre musulmans et terroristes, pour le plus grand plaisir de l’extrême-droite [2].

À l’heure où ces lignes sont écrites, aucun lien n’a été établi entre la mosquée et les perquisitions. Ce lien sera-t-il établi ? Nous n’en savons rien, pas plus que les journalistes et les médias qui se sont empressés de diffuser cette « information ». Cette dernière a même disparu des « unes » et des bandeaux des chaînes d’information en continu, les autorités ayant annoncé que les perquisitions n’avaient rien donné.

Mais, serait-on tenté de dire, le mal est fait. Une fois de plus, la course au « buzz », au clic et à l’audimat [3], à laquelle s’ajoute malheureusement une intégration des amalgames par les journalistes eux-mêmes, aura fait des ravages.

Une énième bavure médiatique qui nous rappelle à quel point la précipitation est non seulement mortifère pour l’information mais aussi responsable de la perpétuation, voire de l’amplification, de dangereux amalgames.


Julien Salingue



Annexe : l’extrême-droite se régale.

Etc.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Certains « grands » médias ont, cette fois-ci, refusé de céder à la précipitation. Mais les exemples qui suivent donnent une idée de l’échelle de l’emballement…

[2Voir annexe.

Acrimed aux côtés des manifestants contre les ordonnances et autres macronades

Nous étions là le 12 septembre. Nous serons là le 21 et le 23. Quels sont nos motifs ?

La politique au miroir déformant des séries télévisées

Fictions didactiques, ou puissants instruments idéologiques ?

Il y a 100 ans : premier exercice de propagande de masse avec la commission « Creel »

Un succès fondateur pour l’industrie des « relations publiques »