Observatoire des media

ACRIMED

Le Magazine électronique n°137 (avril 2013)

par Cyrille Rivallan,

Si vous ne parvenez pas à lire ce message correctement, cliquez ici.

Sommaire

1. Médiacritique(s) n°7
2. Débats
3. Sur le site d’Acrimed
4. Sur d’autres sites
5. Livres, revues, journaux sur les médias

1. Médiacritique(s) n°7

Médias et mobilisations sociales : la morgue et le mépris ? Ce petit livre d’Acrimed, paru en 2007 (toujours disponible), n’a rien perdu de son actualité. Les zélateurs de "LA" réforme (quelle qu’elle soit...) n’ont pas cessé d’imposer leur "pédagogie" ; les pacificateurs des conflits sociaux ont continué de remplir la mission qu’ils se sont attribuée. Ainsi vont les formes dominantes du journalisme et en particulier du journalisme de commentaire. Mais la gravité de la crise économique et de ses conséquences sociales rend particulièrement visibles (et difficilement supportables) ces travers. Sans doute tous les journalistes et tous les médias ne peuvent-ils pas être mis dans le même sac. Mais pourquoi faudrait-il en tirer argument pour s’agenouiller devant les molosses et les toutous les plus bruyants ? Les pages du grand dossier du n°7 de Médiacritique(s) sont successivement dédiées à d’émouvants exemples de ces médias et journalistes qui se posent en gardiens de l’ordre public (contre les "extrémistes") et en défenseurs de l’intérêt général (contre les "corporatistes").

Les "extrémistes" (ou ceux qui menacent de le devenir...), ce sont les salariés qui, en lutte contre les fermetures d’entreprise, ne sont pas suffisamment "raisonnables" pour accepter de négocier à bas prix leur licenciement. Quelques propos véhéments ou quelques pots de fleurs jetés à terre témoignent de la violence de certains salariés - sans que la violence patronale soit jamais évoquée comme telle. Le spectre des "casseurs" hante les cerveaux de doux commentateurs. Et quand on interroge des représentants des salariés, on les soumet à un interrogatoire.

Les "corporatistes" (ou ceux qui sont soupçonnables de l’être...), ce sont, par exemple, ces enseignants qui osent prétendre qu’ils ne sont pas les plus mal placés pour avoir leur avis sur l’intérêt des écoliers ou ces fonctionnaires qui refusent que l’on présente comme des "privilèges" des avantages sociaux dont devraient également bénéficier les salariés du privé.

Sans doute le mauvais traitement médiatique que les enseignants du primaire ou les salariés de la fonction publique ont eu à subir a-t-il été d’inégale gravité. Et qui aurait eu le loisir, l’envie et la patience de tout lire, tout écouter et tout voir serait sans doute parvenu à se forger une vision d’ensemble et à recueillir des informations détaillées sur la réforme proposée, la concertation qui l’a précédée, et la mobilisation qu’elle a entraînée. Mais ce citoyen-là est un citoyen imaginaire. Le citoyen ordinaire doit se contenter d’un ou deux médias pour s’informer : il n’en retirera bien souvent qu’une vision tronquée, celle d’une grève ou d’une manifestation incompréhensible et injustifiée. Et ce pour n’importe quelle "réforme" qui a l’heur de plaire à l’éditocratie.

Pour lire le dossier que nous avons consacré à ce sujet dans son intégralité, il vous suffit de vous abonner ou bien de commander le n°7 de Médiacritique(s) dans notre boutique.

2. Débats

Pour tous les débats, les précisions (thème, lieu, horaires…) sont à suivre sur l’agenda des débats et initiatives.

- Vendredi 12 avril à Mont-de-Marsan, dans le cadre du 8ème festival ciné d’Attac (10 au 14 avril), projection de "Profession journaliste" suivie d’un débat avec Jean Pérès (Acrimed) ;

- Vendredi 12 et samedi 13 avril, à Toulouse : dans le cadre de l’"Initiative Quartiers Populaires", deux journées de rencontres, débats, ateliers, projections sur le thème "Médias et quartiers populaires" (programme complet disponible ici). Au gymnase André Daste, Empalot.

- Jeudi 18 avril : Jeudi d’Acrimed consacré à la formation des journalistes, avec Jean Stern et Franz Durupt. À partir de 19h à la Bourse du travail (3 rue du Château-d’Eau, 75010 Paris). Présentation et précisions à venir
sur le site.

3. Sur le site d’Acrimed

3.1. Magazine, Acrimed Hebdo, Flux RSS

Nous vous proposons ci-dessous une sélection… sélective (puisque vous consultez le site régulièrement...) et un peu organisée.

De surcroît, Acrimed vous offre une liste, complémentaire de celle-ci : Acrimed Hebdo. En vous inscrivant, vous recevrez la liste hebdomadaire des articles parus sur notre site. Pour s’inscrire, deux solutions :

- Envoyer un message vide à zelistes@acrimed.org avec, dans le champ "sujet" ou "objet" : subscribe hebdo (sans autre mention).

- Recourir à l’inscription automatisée sur notre site.

- Enfin, vous pouvez également vous abonner au flux RSS. Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, pas d’inquiétude : votre navigateur vous expliquera...

3.2. Sélection d’articles (mars 2013)

I. MEDIAS DE DEMOBILISATION SOCIALE
** Les sondologues de BVA contresignent l’accord Medef-syndicats minoritaires
Fort de sa science, BVA suggère au gouvernement d’éviter le débat pour que la contestation ne s’élève pas trop.

** L’interrogatoire de trois syndicalistes par Jean-Pierre Elkabbach (avec vidéo)
… assortie d’une émouvante profession de neutralité !

** L’interrogatoire d’un syndicaliste par Marc-Olivier Fogiel (RTL)
Michaël Wamen sommé de condamner la violence. Mais quelle violence ?

**Jean-Pierre Elkabbach au service de Laurence Parisot
Après avoir houspillé trois syndicalistes, Jean-Pierre Elkabbach câline la patronne des patrons.

II. HUGO CHAVEZ
** Mort ou vif, Chavez est la cible du mépris des médias (Fair, Usa)
Aux États-Unis aussi, la désinformation sur le Venezuela est caricaturale…

** Pour mémoire : Franz-Olivier Giesbert géopolitise sur le Venezuela
Une illustration de la désinformation systématique dont Chavez et la « révolution bolivarienne » font l’objet dans les médias dominants.

** Hugo Chavez, le ministre et les médias
Circulation circulaire d’une fable.

III. SPLENDEURS DU JOURNALISME
** « Unes » trash et bâclées pour concurrence effrénée
Menacée de déclin, la presse hebdomadaire sombre dans un désastre éditorial…

** La beaufitude sexiste d’un journaliste-consultant de football
En guise d’hommage de Pierre Ménès, rendu involontairement aux sportives, deux jours avant la Journée Internationale de la femme.

** Mélenchon antisémite ? De la « petite phrase » déformée au « clash » obsessionnel
Quand les journalistes se payent de mots…

IV. DIVERS
** Un article ne plaît pas au préfet ? Il interdit de conférences de presse (Montpellier Journal)
Le nouveau représentant de l’État en Languedoc-Roussillon use de prétextes oiseux pour écarter un journaliste insolent.

** David Pujadas, pourfendeur d’un « islam » imaginaire
Retour sur une carrière marquée par une participation constante, au nom de la lutte contre l’intégrisme, à la stigmatisation médiatique de l’islam.

** Écouter, voir : « Un morceau de chiffon rouge – L’aventure de Radio Lorraine Coeur d’acier »
CD et vidéo sur une radio de lutte et de libre parole, une authentique radio participative.

V. VIDEOS
** « La presse spécialisée professionnelle » (vidéo d’un « Jeudi d’Acrimed »)
Avec Anne de Haro (Filpac-CGT) et Martine Rossard (bureau national du Syndicat national des journalistes - SNJ/Solidaires)

** « Le documentaire, un genre maltraité par la télévision » (vidéo d’un « Jeudi d’Acrimed »)
Avec José Chidlovsky (producteur et réalisateur), Dorine Brun et Julien Meunier (réalisateurs).

4. Sur d’autres sites

Voici une sélection extraite de notre série : Critique des médias sur le Web. Le numéro de novembre-décembre-janvier est d’ores et déjà consultable en ligne.

- Le pillage dans le journalisme web, ce foutage de gueule ultra rentable (Gaelle-Marie Zimmermann, A contrario.net, 18/03) - « Concrètement, le ou la journaliste qui procède au pillage n’avait pas du tout envisagé de traiter ce sujet et ne se penche dessus que parce que quelqu’un d’autre vient de publier un article qui en parle. L’article buzze, une communauté y réagit, le contenu se propage de façon virale, ça mousse sur le web et ça génère de la page vue, bref il est impératif de prendre le train en marche et de récupérer une part de trafic (et de fric), donc il faut absolument publier sur ce sujet. Problème : on n’a pas le temps, on n’a pas d’angle, et on n’a aucune expertise dans le domaine concerné. Qu’à cela ne tienne : on va faire une synthèse de l’article initial (super bien documenté), on va l’agrémenter de longues citations, on va en gros résumer le propos, on titrera de façon efficace, et avec un lien vers la source, ça donnera « de la visibilité » à l’auteur(e), qui sera forcément content(e) vu qu’il ou elle a bossé comme un(e) dingue sur ce sujet qui le/la passionne et que son objectif, très louable, est de diffuser son message. »

- Cher Jean-Michel Aphatie (Christophe Conte, lesinrocks.com, 01/04) - « Oui, Jean-Minou, je te le dis avec tendresse, tu viens de passer pour une nouille. Tu auras beau agiter les bras, prétendre comme tu le fais depuis une semaine, à grands coups de “rira bien qui rira le dernier”, que TA vérité surgira au bout du tunnel judiciaire où l’ancien ministre du Budget a été contraint de s’engager, rien n’y fera. »

- Une vague de racisme déferle sur France 2 (Télérama.fr, 25/03) - « Tous les jours, le même refrain. Entonné par un chœur œcuménique où vocalisent aussi bien l’historien Pascal Blanchard que David Pujadas, le sondologue Pascal Perrineau que la philosophe Chantal Delsol – sans compter Le zapping de Canal+ en perroquet. De plateau en plateau, tout ce petit monde s’en va répétant deux vérités chiffrées donc incontestées : « 70% des Français jugent qu’il y a trop d’étrangers en France » ; « 74 % des Français estiment que l’islam n’est pas compatible avec les valeurs de la France. » Consternation ! Touts ces gens commettent la même erreur de débutant : remplacer les « sondés » par des « Français ». [...] Dire « 74 % des Français pensent que… » au lieu de « 74 % des sondés pensent que… » n’est pas seulement une erreur, c’est une faute. Une faute d’autant plus grave qu’il est permis de se poser de sérieuses questions sur ces « sondés », au vu des conditions de production dudit « sondage », dont la perversité a été brillamment mise en lumière par Alain Garrigou dans Le sondage de trop (sur son blog intitulé « Régime d’opinion »). »

- Ceux qui cassent la presse (Guy Birenbaum, Huffington Post, 07/03) - « Pourtant, je vais finir par ne plus ouvrir un journal papier, tant le virage pris par ces médias dans un "grand sauve qui peut", pour vendre quelques exemplaires de plus, confine, chaque jour davantage, au pathétique, au cynique, à l’escroquerie, même. C’est que comme l’écrit finement Pierre-Louis Rozynès, nous sommes désormais face à "une presse qui a cessé d’exister mais qui continue de paraître". »

5. Livres, revues, journaux sur les médias

De très bonnes, de bonnes et de moins bonnes lectures.

5.1 Nouveaux (du moins ici...)
* Michaël Abecassis et Gudrun Ledegen, Écarts et apports des médias francophones, Peter Lang AG, Internationaler Verlag Der Wirs, mars 2013, 300 p. ;
* Mediasig, Documentation française, mars 2013, 47€ ;
* Anthony Feinstein, Reporters de guerre - Ils risquent leur vie pour l’information, Alti Press, février 2013, 24,35€ ;0
* Ignacio Ramonet, L’explosion du journalisme – Des médias de masse à la masse de média, Gallimard, février 2013, 176 p., 7,50€ ;
* Renaud de La Brosse, Médias et démocratie en Afrique : les enjeux de la régulation, Bruylant, janvier 2013, 95€ ;
* Jean David N’da, Médias, colons et mondialisation : le cas de la Côte d’Ivoire, L’Harmattan, février 2013, 11,88€ ;
* Christophe Kihm, L’épreuve de l’image – Techniques et compétences des corps, Bayard Culture, mars 2013, 19,90€ ;
* Florent Barrère, Le coelacanthe, une espèce animale à l’épreuve des médias, L’Harmattan, février 2013, 185 p., 20€ ;
* Karen Morris, Médias et gouvernance d’entreprise – L’influence de la presse sur les dirigeants et la création de valeur, Vuibert, février 2013, 25€ ;
* Grégory Derville, Le pouvoir des médias – Mythes et réalités, Presses universitaires de Grenoble, janvier 2013, 168 p., 14€ ;
* Alice Antheaume, Manuel de journalisme numérique, Presses de Sciences Po, février 2013, 220 p., 16€ ;
* Alexis Levrier et Adeline Wrona, Matière et esprit du journal – Du Mercure Galant à Twitter, Presses universitaires Paris-Sorbonne, janvier 2013, 20€ ;
* Valentine Frey et Matteo Treleani, Vers un nouvel archiviste numérique, L’Harmattan, février 2013, 217 p., 22€ ;
* Laetitia Gonon, Le fait divers criminel – Dans la presse quotidienne française du XIXe siècle, Presses de la Sorbonne nouvelle, janvier 2013, 326 p., 25€ ;
* Kamel Zegout, La presse quotidienne en Grande-Bretagne – Une analyse socio-historique de l’information médiatique, L’Harmattan, mars 2013, 188 p., 20,50€ ;
* Grégory Carteaux, Eva Joly et les affaires financières – Analyse du discours télévisuel, L’Harmattan, mars 2013, 256 p., 26€.

5.2 Déjà signalés
* Christine Berrou, Ecrire une chronique : Presse, radio, télé, web, Eyrolles, janvier 2013, 181 p., 20€ ;
* Odile Pimet, Claire Boniface, Ateliers d’écriture : mode d’emploi – Guide pratique de l’animateur, ESF Editeur, février 2013, 233 p., 23,35€ ;
* Richard Sharpe, Daniel Ichbiah, Relations presse – Comment obtenir l’attention des médias – Comment se faire aimer des journalistes, Amazon Media, février 2013, 140 p., édition Kindle : 0,89€ ;
* Jacques Tillier, Une plume libre : de Mesrine à Sarkozy, souvenirs d’un journaliste pas comme les autres, Pygmalion, février 2013, 417 p., édition Kindle : 14,99€ ;
* Hélène Maurel-Indart, Petite enquête sur le plagiaire sans scrupule, Léo Scheer, janvier 2013, 129 p., 15€ ;
* Yves-Alexandre Thalmann, Le décodeur de la manipulation – Comprendre les ficelles de la manipulation, First, décembre 2012, 162 p., édition Kindle : 1,99€ ;
* Jean-Serge Bernault, Les pionniers de la radio, Lulu.com, janvier 2013, 164 p., 17,17€ ;
* Christophe Pluchon, Marie Pluchon, Victor Pluchon, Réussir sa conférence de presse – Les trucs et astuces d’un journaliste, Amazon Media, 21 p., édition Kindle : 3,78€ ;
* Joël Bellassen, Héba Medhat-Lecocq, Louise Ouvrard, Ecritures, politiques linguistiques et didactique des langues, Editions des Archives Contemporaines, janvier 2013, 184 p., 25€ ;
* Michel Renouleaud, L’actualité, revue et… commentée – Année 2012, Dictus Publishing, janvier 2013, 148 p., 45€ ;
* Antoine-Beauvard Zanga, L’Écriture médiatique au Cameroun : de l’indéfinition à la manipulation sociale, Éditions Universitaires Européennes, 256 p., décembre 2012, 79€ ;
* Wisnique Panier, La déontologie des médias face au pouvoir de l’argent : le cas d’Haïti et de la France, Edilivre-Aparis, janvier 2013, 44€ ;
* Magali A. Martin, La télévision française, Fastbook Publishing, décembre 2012, 92 p., 33,51€ ;
* Gauthier Berthélémy, Opinions et représentations du politique dans la presse – Tome 2 : Veja et les élections présidentielles brésiliennes de 2002, Dictus Publishing, décembre 2012, 124 p., 39€ ;
* Aurélie Olivesi, Implicitement sexiste ?, Genre, politique et discours journalistique, Presses Universitaires du Mirail, mars 2012, 313 p., 28€


Prochain magazine : mai 2013

Le site d’Acrimed, observatoire des médias : http://www.acrimed.org/

N’hésitez pas à copier/coller et à transmettre tout ou partie des informations contenues dans ce message à celles et ceux qui pourraient être intéressés.

Vous pouvez également nous suivre sur Twitter, nous rejoindre sur Facebook et également vous abonner à Médiacritique(s).

De trop nombreux messages nous reviennent parce que les boites-à-lettres des destinataires sont surchargées ou périmées. Nous supprimons automatiquement de notre base de données les adresses après deux retours (sans préavis, sans message d’alerte). Merci de votre compréhension.


Se désabonner en ligne
Se désabonner par mail
Signaler des difficultés
Nous écrire
 
  • Enregistrer au format PDF

Jeudi d’Acrimed : mobilisations contre la Loi Travail, le retour des chiens de garde

Le 29 septembre 2016 à Paris, avec Sophie Binet (CGT) et Frédéric Lemaire (Acrimed).

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.