Observatoire des media

ACRIMED

Laurent Joffrin : copinages, connivences et renvois d’ascenseur

par Denis Souchon,

Depuis 37 ans Laurent Joffrin travaille dans les médias (successivement : l’AFP, Libération, Le Nouvel Observateur, Libération, Le Nouvel Observateur et, depuis juin 2014, Libération) et est devenu un invité permanent des médias (IPM) en tant qu’éditocrate pouvant discourir à propos de tout et surtout de rien [1].

Il a ainsi accumulé un capital social dont un des effets est d’assurer une large et complaisante réception médiatique à son dernier livre paru le 1er avril 2015.

Les amis éditocrates

- Le 28 mars 2015, Franz-Olivier Giesbert (ancien directeur de la rédaction du Nouvel Observateur) consacre une partie de son éditorial du Point au livre de Laurent Joffrin (ancien directeur de la rédaction du Nouvel Observateur) : « un livre iconoclaste et plus dérangeant qu’il n’y paraît (...) [Laurent Joffrin est l’]un des chevaliers servants de la bonne gauche ».

Puis, dans Le Télégramme du 11 avril 2015, Franz-Olivier Giesbert nous apprend que ses liens avec Laurent Joffrin ne sont pas que de papier : « Ok, je fais des dîners avec les Kahn et les Joffrin mais on ne parle pas une seule fois de politique ». Peut-être parlent-ils de renvois d’ascenseurs ?

Souvenir  : dans Libération du 25 octobre 2014 Joffrin Laurent rendait compte d’un livre (aujourd’hui oublié) de Giesbert Franz-Olivier : « Véhément, convaincant, Giesbert dérange ».

Notons également que Franz-Olivier Giesbert est membre du jury du Prix Jean-Luc Lagardère du journaliste de l’année, jury très masculin (trois femmes sur 15 jurés) présidé par... son pote de bateau, pardon, son ami de croisière Laurent Joffrin.

- Le 2 avril 2015, Maurice Szafran rend compte du dernier livre de Laurent Joffrin sur le site de Challenges : « un livre écrit au plus vite, comme un cri pour rappeler que la France est vivante (...) Les responsables politiques et syndicaux, les enseignants et les journalistes, les intellectuels et les artistes, bref tous ceux que l’opinion publique écoutent et observent, devrait lire ce texte bref et dense. (...) il fait du bien, il réconforte tous ces citoyens qui ne supportent plus l’hégémonie intellectuelle et médiatique de la bien-pensance réac. (...) Si le trio Hollande-Valls-Macron pouvait passer une partie du week-end pascal à lire Joffrin, ce serait utile, ça leur serait profitable ».

Souvenir  : Maurice Szafran et Laurent Joffrin furent le 14 juin 2012 les acteurs involontaires d’un happening du FTP (Faites Taire les Perroquets) dont nous avions alors publié un communiqué : « Laurent Joffrin et Maurice Szafran, perroquets multicanaux respectivement [à l’époque] directeurs du Nouvel Observateur et de Marianne ont, pour la première fois depuis trente ans, cessé de caqueter pendant quelques minutes. Invités à "débattre" sur le thème "Presse, politique et indépendance rédactionnelle", ces deux frères siamois en connivences ont été contraints de prendre la fuite sous les sifflets, les cotillons et les cornes de brume d’un auditoire exaspéré par leur babillage autocongratulatoire » .

- Le 9 avril 2015, Renaud Dély, qui a travaillé sous les ordres de Laurent Joffrin à Libération et au Nouvel Observateur (l’ancêtre de L’Obs), rend compte du livre de Laurent Joffrin dans L’Obs : « Le petit livre vif et enlevé de Laurent Joffrin, ancien patron de "L’Obs", aujourd’hui directeur de "Libération", vient rompre le sinistre ronronnement de cette cohorte de désespérés (...) L’auteur fait œuvre de salubrité démocratique en déployant une sorte de bon sens de gauche (...). Laurent Joffrin remet en perspective l’idéal démocratique et redonne du sens là où la passion menace de tout emporter. (...) Cet essai est une bouffée d’oxygène bienvenue (...). Il nous rappelle que l’esprit des Lumières ne s’est pas éteint ».

Souvenir
 : dans Marianne du 22 mars 2008 Renaud Dély avait qualifié de « pamphlet d’excellente facture » un livre (aujourd’hui oublié) de Laurent Joffrin.

Renaud Dély, lui, nous rappelle que l’esprit de courtisanerie dans la presse ne s’est pas éteint.


Laurent Joffrin fait la tournée des médias

- Le 29 mars 2015, Laurent Joffrin est interviewé dans 20 Minutes.

- Le 2 avril 2015, Laurent Joffrin est l’un des invités de la fausse impertinente Anne-Sophie Lapix dans « C à vous » sur France 5. Il y est aussi interrogé par le rebelle des studios radio Patrick Cohen, la spécialiste du Venezuela Anne-Elisabeth Lemoine et le millionnaire Pierre Lescure.

- Le 3 avril 2015, Laurent Joffrin est invité sur Europe 1 dans « Le club de la presse » animé par Nicolas Poincaré. Il y est aussi interrogé par Gérard Carreyrou, Michèle Cotta et Olivier Duhamel.

Souvenir (1) : en 2002 Laurent Joffrin était le lauréat du Prix du livre politique. Michèle Cotta faisait partie du jury.
En 2009 Michèle Cotta était la lauréate du Prix du livre politique Laurent Joffrin faisait partie du jury.
En 2015 Laurent Joffrin et Michèle Cotta sont membres du jury du... Prix du livre politique.

Souvenir (2) : en 2009 Laurent Joffrin a publié Média-paranoïa, « un pamphlet grotesque et dérisoire contre « la » critique des médias », dans une collection co-dirigée par Olivier Duhamel.

- Le 3 avril 2015, Laurent Joffrin est l’un des invités de Frédéric Taddéi dans « Ce soir ou jamais » sur France 2.

- Le 4 avril 2015, Laurent Joffrin est l’un des invités de Serge Moati dans « Politiques » sur LCP.

- Le 5 avril 2015, Laurent Joffrin est l’un des invités d’Olivia Gesbert dans « Dimanche, et après ? » sur France Culture.

- Le 7 avril 2015, Laurent Joffrin est l’invité de Michel Field sur LCI.

Souvenir : Michel Field a co-écrit avec Olivier Duhamel un livre (aujourd’hui oublié) publié dans la même collection (co-dirigée par Olivier Duhamel) que Média-paranoïa de Laurent Joffrin.

- Le 7 avril 2015, Laurent Joffrin est l’un des invités de Ruth Elkrief dans « Le face à face » sur BFMTV.

- Le 10 avril 2015, le livre de Laurent Joffrin est le sujet d’un débat entre Laurent Joffrin et Ivan Rioufol dans Le Figaro Magazine.

Note : Laurent Joffrin et Ivan Rioufol appartiennent à la catégorie des « adversaires complices » qui peuplent les médias en participant à des « débats faussement vrais ou vraiment faux » [2] comme on peut le voir ci-dessous.

- Le 11 avril 2015, à l’issue du « Journal de la semaine politique » sur France Inter – un débat hebdomadaire entre Laurent Joffrin et le directeur de la rédaction du Figaro Magazine Guillaume Roquette (un autre « adversaire complice » de Joffrin Laurent) – le directeur de la rédaction de Libération est complaisamment interrogé sur son livre par Patricia Martin et Pierre Weill.

- Le 14 avril 2015, Laurent Joffrin est l’invité de Jean-Marc Morandini dans « Le grand direct de l’actu » sur Europe 1.

- Le 15 avril 2015, Paris-Match met en ligne une interview de Laurent Joffrin par Elisabeth Chavelet.

Note : Elisabeth Chavelet est, comme Laurent Joffrin, membre du jury du Prix du livre politique.

- Le 18 avril 2015, Laurent Joffrin est l’un des invités de Frédéric Haziza dans « Entre les lignes » sur LCP.

- Le 23 avril 2015, Laurent Joffrin est l’invité de Luce Perrot dans « Lire la politique » sur RCJ.

Souvenir : Luce Perrot était membre du jury qui en 2002 a décerné à Laurent Joffrin le Prix du livre politique.

Note : en 2015 Laurent Joffrin et Luce Perrot sont membres du jury du... Prix du livre politique.


***



S’il y a un domaine dans lequel Laurent Joffrin peut être reconnu comme un expert incontestable c’est bien celui des CRAC (Copinages, Renvois d’Ascenseurs et Connivences). Et l’on peut voir un indice de la forte intégration du microcosme médiatico-mondain (dont le directeur de la rédaction de Libération n’est qu’un épiphénomène) dans la participation de Joffrin Laurent et de quatre de ses faisant-fonction d’attachés de presse de son dernier livre (Franz-Olivier Giesbert, Maurice Szafran, Michèle Cotta, Serge Moati) [3] à une sauterie du roi des CRAC, un certain BHL [4].

Denis Souchon

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[2Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Raisons d’agir, 1996, p. 32-33.

[3Ainsi que de Manuel Carcassonne, le patron de la maison d’édition qui publie le livre de Laurent Joffrin.

[4Note d’Acrimed (27 mai) : Après la mise en ligne de cet article le 18 mai, dans son « bloc-notes » du Point du 21 mai, BHL s’enflamme pour le livre de son copain d’apéro Laurent Joffrin : « Et puis encore "Le réveil français" de Laurent Joffrin, Stock, dont il faudrait pouvoir prescrire la lecture à ceux que navre la tournure qu’est en train de prendre notre débat intellectuel national ». C’est touchant.

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »