Observatoire des media

ACRIMED

En Bref

Isabelle Giordano, réputée pour ses « ménages », recrutée au « Comité d’éthique » de Radio France !

par Denis Souchon,

Le 3 avril 2017 le médiateur de Radio France nous apprend la « création du Comité d’éthique de Radio France » et nous explique que « le Comité relatif à l’honnêteté, à l’indépendance et au pluralisme de l’information et des programmes de Radio France – c’est son nom officiel – a été créé en application de la loi du 14 novembre 2016 [1] et de son décret d’application du 21 mars 2017. Il vise à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias. (…) Ce comité est composé de cinq personnalités indépendantes nommées pour trois ans, et dont le mandat est renouvelable. »

Parmi ces « personnalités indépendantes », Isabelle Giordano, une journaliste qui, après avoir écumé les médias (Antenne 2, France 2, France 3, Canal +, Arte, France Inter, Europe 1, Femme Actuelle…) de la fin des années 1980 à 2012, est depuis avril 2013 la directrice générale d’UniFrance [2].

Cette nomination d’Isabelle Giordano au « Comité d’éthique » de Radio France est surréaliste et en même temps provocatrice quand on sait qu’en matière d’éthique, l’ex-présentatrice des bandes-annonces de films sur Canal + mériterait plutôt que ledit Comité se penche sur son cas, comme en témoigne ce savoureux passage du délicieux documentaire « Les Nouveaux Chiens de garde » sorti en 2011 :


Passage qui montre qu’Isabelle Giordano est une spécialiste des « ménages », une activité dont l’analyse occupe une rubrique spécifique sur notre site et dont la définition peut s’énoncer ainsi : « Dans le jargon de la profession, les “ménages” désignent notamment les prestations des journalistes qui mettent leur notoriété au service d’une entreprise privée ou d’une institution publique pour animer des débats en tous genres. Ces activités, surtout quand elles sont rémunérées, sont, en principe, interdites par les codes de déontologies, mais les transgressions sont tolérées... surtout par ceux qui bénéficient ou espèrent bénéficier de “ménages”. »

« Monsieur Lambert » nous permet donc de savoir qu’à l’époque du tournage du documentaire (2010/2011) une entreprise pouvait demander à Isabelle Giordano d’animer pendant une demi-journée un repas de fin d’année ou un pot de départ à la retraite pour la modique somme de 12 000 Euros HT.

Parmi les heureux clients de cette habituée des conseils d’administration [3] et des comités Théodule [4], figurent la Caisse d’Épargne, Camaïeu, le Crédit Lyonnai , la Fondation de France, Groupama, HP, Pirelli, Sofinco, Vediorbis, ou encore Vivarte.



Déjà en 2009 nous avions relevé un « exploit » ménager réalisé par Isabelle Giordano : animer le 26 octobre 2009 sur France Inter, en direct du ministère de l’Économie, l’émission « Service public » de 09 h 10 à 10 h, consacrée ce jour-là aux « Assises de la consommation », puis, occuper le reste de sa journée à animer les mêmes « Assises de la consommation » pour le compte du… ministère de l’Économie !

***

Entre ce passé/passif ménager d’une éminente membre de son « Comité d’éthique » et la mise en accusation de son PDG pour avoir méconnu le droit des marchés publics dans ses précédentes fonctions, on doit bien reconnaître que les hautes sphères du groupe Radio France ont fière allure !

Mais tout n’est peut-être pas perdu puisqu’Isabelle Giordano semble avoir, de temps à autre, des accès de décence, comme l’illustre cette brève du Figaro en date du 17 mars 2016 :

« Surprenant revirement que celui d’Isabelle Giordano, directrice générale d’Unifrance, organisme chargé de la promotion du cinéma français à l’étranger, qui démissionne de ses fonctions au conseil d’administration de SFR, quatre jours après sa nomination. Lundi, Michel Combes, président du conseil d’administration de SFR, avait lui-même déclaré se réjouir “de l’arrivée d’une grande professionnelle des contenus au conseil d’administration de SFR. Cela vient renforcer un peu plus la stratégie du groupe autour de la convergence entre le très haut débit et les contenus”. Cet après-midi seul un porte-parole de l’opérateur indiquait “regretter” cette décision de l’ex-journaliste (...) Si de son côté UniFrance n’a pas souhaité commenter cette information, une source proche du dossier a expliqué que le milieu du cinéma avait mal réagi à cette nomination et estimait que les fonctions de la responsable d’UniFrance, n’étaient pas compatibles avec celles chez SFR (...)  »

Denis Souchon

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[2«  UniFrance est l’organisme chargé de la promotion du cinéma français dans le monde. Créée en 1949 sous la forme d’une association loi 1901, UniFrance est sous le contrôle des pouvoirs publics et notamment du CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée). L’association compte près de 1000 adhérents, producteurs de longs et de courts métrages, exportateurs, réalisateurs, comédiens, auteurs (scénaristes) et agents artistiques. »

[3Le Forum des images, le Forum d’Avignon, l’établissement public du domaine national de Chambord.

[4Conseil d’orientation stratégique (COS) de l’Institut français, Conseil de promotion du tourisme, Comité des « 11 tricolores » de l’Euro 2016.

Michel Onfray critique la presse à la serpe

Pour le philosophe médiatique, la liberté de la presse n’existe pas. Ce qui ne l’empêche pas de l’inonder de ses tribunes !

Un « Conseil de la Presse » ? À quelles conditions et comment

Note d’Acrimed à l’intention de Madame Sirinelli, chargée de mission

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)