Observatoire des media

ACRIMED

« Affaire Fillon » : L’émotion de Laurent Delahousse (France 2)

par Frédéric Lemaire,

On savait que Laurent Delahousse ne brillait pas toujours, dans ses interviews politiques, par sa pugnacité ou son impertinence [1]. Il l’a prouvé une nouvelle fois lors du journal télévisé de France 2 du dimanche 29 janvier.

Ce soir-là, Laurent Delahousse recevait François Baroin pour revenir, avec lui, sur le meeting de lancement de campagne de François Fillon qui s’était tenu le jour même [2]. L’occasion d’évoquer également les soupçons d’emploi fictif dont aurait bénéficié l’épouse du candidat à l’élection présidentielle [3].


Des émotions partagées

Après la diffusion d’un reportage sur le meeting de François Fillon, avec notamment une séquence où le candidat a condamné les « attaques » contre lui et sa compagne, Laurent Delahousse accueille François Baroin avec une question... tout en complaisance :

« Bonsoir François Baroin, vous étiez à ce meeting cet après-midi, comment vous l’expliquez cette émotion, qu’on a tous ressentie en écoutant François Fillon aujourd’hui ?  »

Alors que le reportage précédent évoquait « une séquence savamment mise en scène », le présentateur vedette préfère insister quant à lui sur l’émotion de François Fillon – que nous aurions tous ressentie, voire partagée. Son interlocuteur saisit immédiatement la perche, évoque « des attaques douloureuses » pour le candidat. Laurent Delahousse surenchérit :

«  Il a été touché, il a été heurté… C’est rare de le voir comme il a été cet après-midi : à plusieurs reprises, très ému… »

Devant une telle compassion, François Baroin ne manque pas de rassurer son interlocuteur : François Fillon, dit-il, « a laissé transparaître son émotion », mais « il a été fort ».


Des surprises surprenantes

Après cette bouleversante entrée en matière, le présentateur de France 2 en vient donc à « l’affaire » :

«  Ça vous a surpris ces révélations ? On va les prendre dans l’ordre. Ça fait une semaine qu’il y a cette affaire, est-ce que d’abord vous, vous avez été surpris par les révélations de cette affaire ?  »

Plutôt que d’évoquer le fond de « l’affaire », Laurent Delahousse demande à son invité si les « révélations » l’ont surpris. Une façon de sous-entendre que de telles attaques sont courantes en période électorale ?

Quoi qu’il en soit François Baroin, sans doute trop heureux d’en rester aux généralités, se saisit de cette nouvelle perche : « il y a toujours eu dans ces campagnes des affaires, une campagne présidentielle ce n’est pas un long fleuve tranquille. » Il s’agirait donc essentiellement de coups bas : « François Fillon étant favori, il subit toutes les attaques. »


Une émotion chasse l’autre

Après une minute trente d’interview, Laurent Delahousse finit tout de même par mettre les doigts de pied dans le plat, en posant une nouvelle question pour le moins alambiquée :

« On a parlé de l’émotion de François Fillon, est-ce que vous comprenez également l’émotion, parfois, des Français ? Il y a la légalité d’un côté, cet emploi, et il y a aussi, effectivement, la morale. Il a placé la morale au cœur de sa campagne : est-ce que certains Français ne peuvent pas être troublés en voyant que… il emploie sa femme, c’est juste cette question-là, déjà. »

Que d’émotion ! Ainsi les Français, « parfois », auraient été émus, voire « troublés » d’apprendre que le candidat avait employé sa femme. Une question morale, donc, qui élude le cœur de l’affaire : le caractère fictif ou non de l’emploi de Penelope Fillon. C’est pourtant le motif principal de l’enquête ouverte à l’encontre des époux Fillon ! François Baroin peut donc se contenter de répondre qu’il est légal pour un député d’employer un proche et que cela peut tout à fait se justifier dans certaines circonstances.


« Et puis voilà »

Des explications qui, visiblement, semblent satisfaire Laurent Delahousse, qui enchaîne aussitôt sur l’hypothèse… d’une maladresse de communication :

« Il n’aurait pas dû anticiper, placer ça sur la table en disant "voilà ce que j’ai fait, voilà comment j’ai agi à un moment donné et puis voilà" ? Au lieu d’attendre finalement que les autres en parlent, s’il s’attendait à ce genre de choses ? »

Probablement acculé par tant d’audace et d’impertinence, François Baroin demande aimablement à son interlocuteur de circuler, puisqu’il n’y a rien à voir : « il y a une haute autorité de la transparence de la vie financière, tout est sur la table, tous les hommes politiques ont l’intimité d’un poisson rouge dans un bocal, y a rien à cacher, pour personne. »

Transparence totale, donc. Là encore, Laurent Delahousse n’y trouve rien à redire. « J’aimerais qu’on parle, si vous le permettez, un peu politique », conclut François Baroin. Et le présentateur d’acquiescer : on n’en saura pas plus sur « l’affaire Fillon ».


***


En tout, l’interview de François Baroin aura duré près de six minutes, dont plus de la moitié a été dédiée à l’affaire qui touche Penelope et François Fillon. Au fil de l’entretien, Laurent Delahousse, « star de l’info », se sera donc livré à un véritable coup de force : ne pas évoquer à un seul instant le caractère présumé fictif de l’emploi en question, et faire passer cette « affaire » pour une simple maladresse.

En insistant lourdement sur l’émotion de François Fillon, en évitant scrupuleusement d’entrer dans les détails, en acquiesçant systématiquement aux propos de François Baroin sans jamais le contredire, le présentateur de France 2 se fait caution complaisante de la communication de crise élaborée par l’équipe de François Fillon. À sa décharge, il est vrai qu’il n’est pas le seul. Du journalisme émotionnel au journalisme promotionnel, il n’y a qu’un pas.


Frédéric Lemaire

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Comme l’avait relevé, sous ce titre ironique, Samuel Gontier : « Laurent Delahousse prouve sa pugnacité face à Alain Juppé ».

[2François Baroin est soutien de François Fillon et sénateur Les Républicains.

[3Pour mémoire : quelques jours auparavant, Le Canard enchaîné révélait que son épouse avait été employée plus de neuf ans comme assistante parlementaire par son mari, puis par le suppléant de ce dernier. L’hebdomadaire révélait également que Pénélope Fillon avait touché une somme conséquente en tant que « conseillère littéraire » à La Revue des deux mondes, et remettait en question la réalité de ces deux emplois. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet national financier sur la base de ces révélations.

CQFD : « SOS d’un canin en détresse »

.Un appel à soutien du mensuel de critique et d’expérimentation sociales.

Le gouvernement s’attaque à l’audiovisuel public – Le Parisien en redemande

Un projet en forme de réduction drastique du périmètre ainsi que des moyens financiers humains et techniques de France Télévisions et Radio France.